twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Forum Union Internationale des Télécommunications : L’Afrique se projette dans la société de l’information de demain

lundi 10 mai 2004

LE CAIRE - La capitale égyptienne, forte de ses 20 millions d’habitants, a abrité du 4 au 8 mai la rencontre internationale organisée par l’Union Internationale des Télécommunications, dont le siège est a Genève, intitulée Telecom Africa 2004. Cette manifestation, à laquelle plus de mille participants ont pris part, a réuni des opérateurs de téléphonie, des équipementiers, des fournisseurs, des hauts responsables des agences de régulation, dont celle du Sénégal conduite par son directeur général Malick F. M. Guèye et des institutions internationales du système des Nations-Unies.

Telecoms Africa 2004 est la première manifestation d’ampleur de l’Union Internationale des Télécommunications après la tenue du Sommet mondial de la Société de l’Information organisé à Genève et auquel le Sénégal et son Président, Me Abdoulaye Wade avaient pris une part prépondérante, comme beaucoup de participants le souligneront du reste dans les panels qui seront consacrés a la solidarité numérique et au NEPAD, qui pour tous ouvre une nouvelle page dans l’histoire africaine en ce début du nouveau millénaire.

En remerciant ses hôtes lors de la cérémonie d’ouverture, en présence du Premier ministre égyptien qui représentait le président Hosni Moubarak, le Secrétaire général de l’Union Internationale des Télécommunications, le Japonais Yoshio Utsima, a vivement remercié l’Egypte d’avoir accepté d’accueillir cette manifestation régionale de l’UTI Telecom en Afrique comme il l’avait déjà fait en 1994. Il a rappelé que l’objectif de cette rencontre était d’offrir aux participants venus des pays d’Afrique, mais également des pays développés, une tribune qui leur permettrait d’analyser les potentialités inexploitées du continent et de les mettre à profit pour étendre l’accès aux Technologies de l’Information et de la Communication aux régions encore mal desservies, en particulier aux Communautés rurales vivant encore en marge du monde moderne. L’idée centrale, ajoutera-t-il, est de façonner la Société de l’Information de façon constructive, qui soit profitable à toutes et à tous.

Placé sous le thème « Avantager l’Afrique », le forum a permis aux dirigeants, aux opérateurs, aux producteurs de technologies et aux responsables d’agences de régulation des télécommunications, ces derniers sont près de 54 aujourd’hui à travers le continent, alors qu’ils n’étaient que seulement 7 en 1997, de débattre de sujets fondamentaux, sur les mécanismes de financement du développement des Nouvelles Technologies de l’Information, les stratégies à mettre en œuvre pour offrir un accès plus large au plus grand nombre à ces technologies, les réformes réglementaires nécessaires pour assurer un développement accru et susciter l’investissement requis, comment trouver les voies et moyens pour mettre en œuvre le Pacte de solidarité numérique énoncé et soutenu par le Sénégal dans le Plan d’action du sommet de Genève, etc.

Des questions sur le développement rapide du mobile en Afrique et les perspectives de ces marchés, les problèmes de politique générale auxquels sont confrontés les organismes de régulation et les initiatives prise en matière de technologies de l’information et de la communication dans le cadre du NEPAD ont été également abordés au cours de ces journées de discussion reparties en sessions plénières et en ateliers.

Outre ces lieux de discussion entre opérateurs, dirigeants nationaux et régulateurs de télécommunications avec la participation active des associations de consommateurs, dont celles venues du Sénégal avec l’ASCOSEN représenté par son président Momar Ndao et l’Union Nationale des Consommateurs du Sénégal dirige par Jean-Pierre Dieng, l’Union Internationale des Télécommunications a organisé avec les équipementiers une exposition sur les nouvelles technologies, un forum de la jeunesse auquel deux jeunes Sénégalais ont pris part, et un symposium sur le développement des télécommunications.

Nous reviendrons dans nos prochaines éditions sur toutes ces manifestations et leurs conclusions qui ont mobilisé pendant six jours, au Caire, décideurs, spécialistes et opérateurs de télécommunications du monde entier.

DE NOTRE ENVOYE SPECIAL BADARA DIOUF

(Source : Le Soleil 10mai 2004)

Mots clés

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 10 770 683 abonnés Internet

  • 10 512 647 abonnés 2G+3G+4G (97,60%)
  • 99 177 clés et box Internet (1,11%)
  • 138 743 abonnés ADSL (1,31%)
  • 17 952 abonnés bas débit (0,17%)
  • 2164 abonnés aux 4 FAI

- Liaisons louées : 22 633

- Taux de pénétration des services Internet : 68,49%

(ARTP, 31 mars 2019)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 4710 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 25 septembre 2018)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 307 736 abonnés
- 237 282 lignes résidentielles (77,11%)
- 70 363 lignes professionnelles (22,86%)
- 84 lignes publiques (0,03%)
- Taux de pénétration : 1,95%

(ARTP, 31 mars 2019)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 16 977 104 abonnés
- Taux de pénétration : 107,95%

(ARTP, 30 septembre 2018)

FACEBOOK

- 3 171 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 18,6%

(Facebook, Juin 2019)