twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Forte croissance du marché des Data Centres en Afrique

vendredi 11 février 2011

Dans certaines régions d’Afrique, comme en Afrique du Sud, le marché des data centres a pris une longueur d’avance en prévision de la nouvelle bande passante qui sera fournie par le câble WACS dans le courant de cette année, mais plusieurs régions demeurent inexploitées bien que la demande des entreprises locales soit de plus en plus forte.

En 2011, les perspectives pour ces data centres en Afrique sont très prometteuses, avec divers degrés de déploiements et la fourniture progressive des services qui leur sont associés.

Les data centres offrent des solutions qui vont soutenir les économies africaines

Un nouveau cap a été franchi en Afrique avec l’arrivée de plusieurs câbles internationaux de chaque côté du continent et la naissance d’un parc de centres de traitement de données partagés de plus en plus fourni. Les data centres sont l’un des éléments clefs de l’infrastructure télécoms émergente du continent.

Leur installation permet le stockage, la sauvegarde, le traitement et la transmission rapide de vastes quantités de données informatiques au niveau local et sous stricte surveillance.

Les missions principales de ces centre sont d’offrir une meilleure connexion aux réseaux internet et intranet, une haute disponibilité des systèmes d’informations et le déploiement d’applications logicielles pour faciliter les tâches essentielles liées à l’activité métier des sociétés, comme par exemple les gestionnaires de bases de données, de fichiers et d’applications.

Des perspectives prometteuses

La concentration de ces centres est amenée à se poursuivre sur le continent, avec le développement de data centres spécialisés pour lesquels les défis les plus importants sont la maîtrise de la climatisation et surtout de la consommation électrique qui demeure un point faible en Afrique.

Dans un avenir proche ces centres vont devoir intégrer des outils et des méthodes écologiques afin de réduire leurs coûts de fonctionnement, et en particulier leur coût énergétique. Dans le domaine des Technologies de l’Information et de la Communication (TIC), on parle de Green IT qui se traduit par la réduction des consommations énergétiques des centres de stockage des données (Green Data Centers).

Avec le développement de l’Internet à haut débit, l’Afrique peut tirer profit de l’économie immatériel (e-formation, e-médécine, télé et vidéo-conférence, call-centers, etc.) grâce aux activités de services aux entreprises, administrations et collectivités territoriales.

L’Afrique du Sud fait la course en tête

Les poids-lourds internationaux tels que Google ou IBM investissent le secteur. En Afrique du Sud, Telehouse et Teraco Data Environnements Pty, premier fournisseur de data centers neutre dans le pays, ont conclut une alliance stratégique pour le développement de centres. Un premier site d’une surface de 450 m² a été ouvert en février 2009 à Cape Town, un deuxième devrait être opérationnel très prochainement à Johannesburg.

Ces prestataires représentent une opportunité attractive pour les entreprises internationales qui y trouvent une offre très bon marché par rapport à celle des centres européens et ce, pour un même niveau d’alimentation électrique, de refroidissement, de sécurité et de service élevé.

Actuellement le Continent compte 112 data centres dans 24 pays africains, dont 15 en Afrique du Sud.

(Source : Afrique avenir, 11 février 2011)

Mots clés

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 10 770 683 abonnés Internet

  • 10 512 647 abonnés 2G+3G+4G (97,60%)
  • 99 177 clés et box Internet (1,11%)
  • 138 743 abonnés ADSL (1,31%)
  • 17 952 abonnés bas débit (0,17%)
  • 2164 abonnés aux 4 FAI

- Liaisons louées : 22 633

- Taux de pénétration des services Internet : 68,49%

(ARTP, 31 mars 2019)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 4710 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 25 septembre 2018)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 307 736 abonnés
- 237 282 lignes résidentielles (77,11%)
- 70 363 lignes professionnelles (22,86%)
- 84 lignes publiques (0,03%)
- Taux de pénétration : 1,95%

(ARTP, 31 mars 2019)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 16 977 104 abonnés
- Taux de pénétration : 107,95%

(ARTP, 30 septembre 2018)

FACEBOOK

- 3 171 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 18,6%

(Facebook, Juin 2019)