twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Former massivement la jeunesse en Afrique grâce au numérique : de l’importance de référents à la fois professionnels ET pédagogues

mardi 18 juillet 2017

Le passage par l’outil numérique pour la formation de masse à des métiers demandés par le marché semble incontournable. Sur le continent, le nombre d’étudiants est passé de 200 000 en 1970 à 5 millions en 2014 et les effectifs continuent de progresser de 9 % par an. Et que faire de ceux qui arrêtent l’école au Collège ou au lycée ? Si des plateformes de formation à distance diplômante, qualifiante et autre université virtuelles se développent, la dimension humaine de la formation ne doit pas être oubliée. Mieux : une nouvelle génération de formateurs est nécessaire : des professionnels pédagogues. Découvrez dans cet article mon analyse et mes propositions pour que le numérique puisse permettre d’accélérer l’employabilité des jeunes sur le Continent.

L’analyse du grand frère Didier Acouetey

Lorsqu’une personne qui a 20 ans d’expérience dans le recrutement en Afrique prend la peine de faire des recommandations sur une stratégie de développement de compétences afin d’augmenter l’employabilité des jeunes sur le Continent, il est sage de l’écouter.

C’est précisément ce que j’ai fait : suivez l’intervention grand frère Didier Acouetey président du cabinet de recrutement AfricSearch durant la conférence ’Développer les compétences : un enjeux majeur de l’emploi en Afrique’ lors des rencontres Africa de septembre 2016 au palais Iéna.

Une intervention de 7 minutes (entre 56’10 et 1:02:35) de qualité qui

  • pose le problème des 80% de jeunes qui sortent du système scolaire sans qualification professionnelle.
  • encourage l’utilisation du numérique et de la technologie (smartphones) comme opportunité d’améliorer la qualification...à condition que l’apprenant soit ’bien encadré’

Enseignement 2.0

Pour les ’rares’ jeunes qui accèdent à l’enseignement supérieur, les écoles en Afrique préparent les étudiants à des diplômes, et non à la vie professionnelle. D’après moi l’employabilité massive des jeunes passera par

  • Une plateforme d’auto formation en ligne
  • Un réseau de professionnels pédagogues en contact physique avec les apprenants

Une plateforme de formation en ligne

L’Afrique, c’est aujourd’hui près d’un milliard de téléphones mobiles dont majoritairement des smartphones, qui peuvent servir de support à la diffusion d’informations contribuant à la qualification des jeunes dans des métiers recherchés par l’industrie (les 3/4 des besoins sont des profils techniques : électricien, soudeur, informaticien...).

Dans mon secteur d’activité, près d’un demi million de personnes profitent chaque année du contenu pédagogique (Tutoriels initiation programmation JAVA) que je met à disposition sur objis.com et permet de s’initier à la programmation JAVA

INFO : Je prépare pour 2018 une véritable plateforme de formation à distance relativement au contenu du métier ’Développeur Concepteur Java Web Mobile’ du programme #10000codeurs

Des professionnels pédagogues

Mon expérience montre que le numérique ne suffit pas. Comme Didier Acouetey, il me semble indispensable qu’un contact de l’apprenant avec un professionnel pédagogue va accélérer de façon importante le savoir-faire de l’apprenant.

Et c’est toute la difficulté :

  • les enseignants sont souvent soit des universitaires (non professionnels) ce qui emmène souvent des formations théoriques.
  • Lorsque les formateurs sont des professionnels ils manquent souvent de pédagogie.

C’est pour souligner le ’problème des formateurs’ que nous avons produit l’épisode suivant de la web série humoristique #AfricanGeek

Le rôle de la Diaspora et des professionnels locaux

La diaspora, tout comme des professionnels locaux possède des compétences mais pas la pédagogie permettant de structurer et transmettre cette compétences. Une ingénierie pédagogique pourtant indispensable. Une formation de formateurs est donc indispensable.

C’est ainsi que j’ai formé plusieurs professionnels Développeurs d’application au métier de formateur. Cela dans le cadre du programme 10000codeurs : Serge Komi Innocent en Côte d’Ivoire, Ousseynou SENE au Sénégal.

Identifier

Pour ceux d’entre vous qui sont sensible à ma vision et souhaitent contribuer à l’atteindre de mon objectif, merci de partager le formulaire suivant me permettant d’identifier :

  • Les jeunes (et moins jeune) en Afrique en demande d’une formation de qualité qualifiante en vue d’être Développeur professionnel. Ainsi que les personnes en reconversion professionnelle voulant donner un nouveau souffle dans leur vie professionelle.
  • Les Développeurs professionnels désireux comme Christian PALOUKI (Directeur technique PAYDUNYA) de devenir formateur et transmettre leur expertise à une nouvelle génération de développeurs sur le Continent. Je leur transmettrai sans frais le savoir-faire pédagogique du centre de formation Objis.

Douglas Mbiandou

(Source : LinkedIn, 18 juillet 2017)

Mots clés

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 25 Gbps
- 2 FAI (Orange et Arc Informatique)
- 8 592 990 abonnés Internet

  • 8 304 319 abonnés 2G+3G (96,6%)
  • 166 539 clés Internet (1,9%)
  • 103 706 bonnés ADSL (1,2%)
  • 18 426 abonnés bas débit (0,2%)

- Taux de pénétration des services Internet : 57,59%

(ARTP, 31 mars 2017)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 50,70%

(Internet World Stats 30 juin 2016)

- 4463 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 21 avril 2017)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 288 652 abonnés
- 1 156 lignes publiques
- Taux de pénétration : 1,95%

(ARTP, 31 mars 2017)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 15 281 488 abonnés
- Taux de pénétration : 103, 25%

(ARTP, 31 mars 2017)

FACEBOOK

- 2 300 000 utilisateurs

(Internet World Stats, 30 juin 2016)