twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Formation de formateurs : L’enseignement à distance pour améliorer la qualité

mercredi 15 septembre 2004

Quatre millions d’enseignants supplémentaires sont nécessaires pour réaliser l’enseignement universel d’ici 2015. Armoogun Parsuramen, directeur du Bureau de l’UNESCO à Dakar (BREDA) l’a déclaré hier. C’était au cours de l’ouverture d’un atelier de partage sur les expériences d’enseignement à distance dans les pays francophones de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) et de la Communauté Economique et Monétaire de l’Afrique Centrale (CEMAC). L’atelier regroupe des participants venus d’environ 17 pays. Devant durer trois jours, cet atelier intervient dans un contexte où, plusieurs spécialistes ont obtenu un consensus sur le fait que les formations classiques d’enseignants en présentiel dévolues aux Ecoles de Formation d’Instituteurs et Ecoles Normales Supérieures pour les professeurs connaissent des difficultés.

MASSIFICATION

Celles-ci sont liées à la massification des enseignants à former et à la pénurie de formateurs. Au même moment, il est établi que les progrès fulgurants enregistrés dans le domaine des Technologies de l’Information et de la Communication offrent une large gamme d’applications pour les systèmes éducatifs. Dès lors, l’intégration de ces technologies dans le processus de formation des enseignants peut constituer une alternative crédible et une opportunité pour améliorer la qualité de l’éducation. Ce à quoi, en Afrique, on semble convaincu. Cela justifie le fait que depuis quelques années, des projets d’enseignement à distance pour la formation des enseignants soient mis en œuvre dans les espaces CEDEAO et CEMAC.

Selon une définition certainement pas consensuelle, la formation à distance est une forme d’enseignement « ou de formation au cours de laquelle l’organisateur et l’élève sont habituellement éloignés l’un de l’autre ». Les contacts entre « formés » et « formateurs » s’effectuent entièrement ou principalement par un échange régulier de communications imprimées, écrites, auditives, visuelles, audio-visuelles ou autres.

« Le moment est donc venu de partager les différentes expériences pour s’enrichir mutuellement, faire une première évaluation et tracer de nouvelles perspectives ». C’est donc ce qui motive le Bureau régional de l’UNESCO à Dakar (BREDA), en partenariat avec l’Agence Universitaire de la Francophonie (AUF) et la Banque Mondiale, pour organiser un tel atelier. Le Pr Moustapha Sourang, ministre de l’Éducation du Sénégal, a présidé hier la cérémonie d’ouverture.

APPRENTISSAGES

Le Sénégal, a indiqué le Pr Moustapha Sourang, après avoir pris en charge les problèmes de l’accès et de la gestion dans son système éducatif, « met en ce moment l’accent sur la qualité des apprentissages dont le succès dépend largement de la résolution des problèmes de la formation des enseignants ».

Le Sénégal, comme d’ailleurs la plupart des pays de l’Afrique subsaharienne, est confronté à la massification des effectifs enseignants enrôlés qui déteint sur la qualité des apprentissages. « C’est pourquoi la conceptualisation de l’enseignement à distance comme réponse alternative pour l’optimisation des mécanismes de la formation pédagogique est à saluer », a déclaré le Pr Sourang. Il a ajouté que cela permettra de concilier le recrutement massif d’enseignants à une formation de qualité.

ACCES

Aujourd’hui, Armoogun Parsuramen l’a dit, dans le déroulement des programmes en cours d’exécution dans les pays africains, l’élargissement de l’accès à la formation et la qualité des apprentissages occupent une position centrale. « La réalisation de ces objectifs passe incontestablement par la formation des enseignants », a-t-il ajouté. Il se trouve par ailleurs, que de nouveaux corps émergents d’enseignants ont fait leur apparition un peu partout en Afrique. Ils ont pour noms : volontaires de l’Education, vacataires, maîtres contractuels ou auxiliaires. Ils jouent un rôle important dans la prise en charge des besoins en éducation. De ce fait, « leur intégration dans le système éducatif soulève une problématique qui peut trouver une partie de sa solution dans une approche de formation continue, ouverte, à distance et dans l’utilisation des technologies de l’information », a suggéré le directeur du BREDA.

Bonaventure Mve Ondo, directeur du Bureau Afrique de l’Ouest de l’Agence Universitaire de la Francophonie a, pour sa part, indiqué que la formation à distance comme moyen de formation des formateurs s’est développée dans nos universités, à la suite d’un constat « sévère » opéré au début des années 90. « Les universités africaines ont globalement échoué dans leur mission de formation de cadres opérationnels », a-t-il expliqué. Une situation qui, de l’avis de M. Mve Ondo, a nécessité la redéfinition d’une autre logique de formation.

L’atelier se poursuit aujourd’hui avec la présentation des expériences de formation à distance dans chaque pays participant.

SADIBOU MARONE

(Source : Le Soleil 15 septembre 2004)

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 13 529 883 abonnés Internet

  • 13 251 404 abonnés 2G+3G+4G (97,95%)
    • 2G : 28,14%
    • 3G : 49,01%
    • 4G : 22,05%
  • 117 023 clés et box Internet (0,86%)
  • 158 130 abonnés ADSL/Fibre (1,19%)
  • 3 325 abonnés aux 4 FAI
  • Internet fixe : 1,19%
  • Internet mobile : 98,81%

- Liaisons louées : 22 456

- Taux de pénétration des services Internet : 83,47%

(ARTP, 31 mars 2020)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 211 026 abonnés
- 169 128 lignes résidentielles (80,15%)
- 41 898 lignes professionnelles (19,85%)
- Taux de pénétration : 1,30%

(ARTP, 31 mars 2020)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 17 948 492 abonnés
- Taux de pénétration : 110,73%

(ARTP, 31 mars 2020)

FACEBOOK

- 3 408 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 20,4%

(Facebook, Décembre 2019)