twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Fonds de solidarité numérique : Les experts font le point sur les mécanismes de financement

mercredi 16 janvier 2008

Une réunion technique des Etats membres du Groupe pilote sur les contributions de solidarité en faveur du développement a débuté hier ses travaux au Méridien Président sous la présidence de Cheikh Tidjane Gadio, ministre d’Etat, ministre des Affaires étrangères . Cette réunion de deux jours sur le Fonds de Solidarité numérique fait le point de la contribution de 1% de solidarité numérique, ainsi que les différents mécanismes initiés pour le financement de ce fonds mondial .

Les représentants des 54 pays membres, appartenant à différentes parties du monde sont présents à la réunion technique des Etats membres du groupe pilote sur les contributions de solidarité en faveur du développement .

Elle fait suite à la session du groupe pilote tenue à Séoul en septembre 2007 qui avait vu l’élection du Sénégal à sa présidence jusqu’en mars 2008, date à laquelle il passe le relais à la Guinée conakry.

Le programme de cette rencontre est articulé autour du thème « Solidarité numérique et principe de 1% de solidarité numérique » . Les experts vont faire le point au cours de leur discussion, sur les mécanismes de financement du Fonds de Solidarité Numérique initiés à travers le monde pour alimenter ce fonds de solidarité .

Présentée lors de la première phase du Sommet Mondial sur la Société de l’Information à Genève, en décembre 2003, par le président Abdoulaye Wade, en sa qualité de coordinateur du volet NTIC du Nouveau Partenariat pour le Développement en Afrique(Nepad), le Fonds de Solidarité numérique (FSN)a été véritablement porté sur les fond baptismaux par le Sénégal, les Villes de Genève, de Lyon et la Province de Turbin, avant d’être endossé, en juillet 2004, par le Sommet de l’Union Africaine .

Le FSN est ainsi perçu comme un fonds mondial volontaire et complémentaire des mécanismes de financement existants pour combler la fracture numérique.

Selon les termes définis à la conférence internationale sur le financement du développement de Monterrey (Mexique) en mars 2002, il a été jugé nécessaire d’accroître les financements pour réaliser les OMD (Objectifs du Millénaire pour le Développement) d’ici l’an 2015. Selon ce raisonnement, l’aide publique au développement devrait passer de 65 milliards de dollars à 200 milliards et cet impératif a été à la base de plusieurs initiatives visant à créer de nouvelles sources de financement . C’est dans ce prolongement que se situe l’initiative de « la contribution de 1% à la solidarité numérique ». Elle repose sur « la contribution de 1% sur les transactions liées aux technologies de l’information, prélevée sur la marge bénéficiaire du vendeur ».

Contribution de 1% de solidarité numérique

Dans sa formulation, le principe de « 1% de solidarité numérique »( que l’on appelle aussi « Principe de Genève ») appelle « l’engagement volontaire des pouvoirs publics locaux ou nationaux qui introduisent cette contribution dans les marchés publics relatifs aux technologies de l’information ».

Le ministre Cheikh Tidjane Gadio a justement profité de cette réunion pour réaffirmer l’engagement du Sénégal à supporter les initiatives visant la contribution au fonds de solidarité numérique en tant qu’instrument contribuant à la réduction de la fracture numérique.

Participer à la révolution technologique du numérique se pose désormais comme une voie privilégiée pour les pays africains et les pays en développement en général de bénéficier de la démocratisation de l’accès au savoir et à la connaissance.

Quand on sait que seule une minorité d’environ 20% de la population mondiale profite actuellement des avantages de la société de l’information , ouvrir les portes de cette société devient dés lors une responsabilité qui incombe à tous les pays développés. M. Alain Clerc, Secrétaire Exécutif du FSN, l’a souligné dans son allocution à l’ouverture : « il ne peut y avoir de mondialisation sans la participation de l’Afrique à ce processus... ».

Il s’agit aujourd’hui de s’accorder sur les mécanismes à adopter pour favoriser l’entrée de plain pied dans la société de l’information . En remerciant les pays développés qui accompagnent le processus de financement du FSN, Véronique Aulagnon, la représentante du groupe pilote sur les contributions de solidarité en faveur du développement , a encouragé l’intérêt ainsi manifesté et qui balise la voie vers la Conférence de suivi des Nations Unies sur le financement du développement prévue à Doha (Quatar) en décembre 2008.

A la séance d’ouverture de cette réunion, M. Bernard Zoba, commissaire aux infrastructures et à l’énergie de l’Union Africaine a appuyé les initiatives de financement du Fond de solidarité numérique , en plaidant notamment pour la prise en compte des transformations nécessaires pour la modernisation des infrastructures de télécommunication . Il a prôné une approche collective des Etats vers la mise en place de mécanisme de contribution au FSN.

M. Gadio a surtout transmis une préoccupation du président Abdoulaye Wade , en lançant un appel aux pays partenaires et aux représentants de la Banque Mondiale afin qu’ils mettent à la disposition de l’Afrique des centaines de millions d’ordinateurs . Cela ne relève pas de l’impossible souligne Cheikh T. Gadio, affirmant « ce n’est pas un luxe de refermer la fracture numérique ».

Ce groupe pilote se réunit périodiquement sous une présidence tournante de six mois. Le Sénégal actuel président du groupe pilote, cédera le siège de président à notre voisin de la Guinée Conakry au mois d’avril prochain.

Jean Pires

(Source : Le Soleil, 16 janvier 2008)

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 15 418 058 abonnés Internet

  • 15 064 336 abonnés 2G+3G+4G (97,72%)
    • 2G : 21,30%
    • 3G : 39,18%
    • 4G : 39,52%
  • 195 457 abonnés ADSL/Fibre (1,28%)
  • 156 129 clés et box Internet (1,00% )
  • 2 136 abonnés aux 4 FAI (0,02%)
  • Internet fixe : 1,28%
  • Internet mobile : 98,72%

- Liaisons louées : 4 131

- Taux de pénétration des services Internet : 92,29%

(ARTP, 30 juin 2021)

- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 252 221 abonnés
- 210 908 résidentiels (83,62%)
- 41 313 professionnels (16,38%)
- Taux de pénétration : 1,51%

(ARTP, 30 juin 2021)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 19 667 613 abonnés
- Taux de pénétration : 117,73%

(ARTP, 30 juin 2021)

FACEBOOK

3 900 000 utilisateurs

Taux de pénétration : 23%

- Facebook : 3,2 millions

- Instagram : 1,2 million

- LinkedIn : 680 000

- Twitter : 148 400

(Hootsuite, Février 2021)