twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Flash- cas, le Ministère de l’Education nationale et la CDP vont appliquer des sanctions disciplinaires

jeudi 31 décembre 2020

La CDP et le ministère de l’éducation nationale ont manifesté leur volonté de mettre fin à » Flash- cas », ce nouveau phénomène imité d’une série télévisée de Marodi, Virginie.

C’est dans un communiqué conjoint que les deux structures ont déclaré avoir constaté des agissements déplorables sur Instagram consistant en la création de comptes appelés « Flash-cas ».

Dans le texte, elles déplorent de tels faits qui portent sur la divulgation de données personnelles portant atteinte à l’image, l’honneur et à la dignité des personnes qui en sont victimes.

Dans le communiqué, le Ministère de l’Education nationale (MEN) et la Commission de Protection des Données personnelles (CDP) rappellent aux élèves que de tels faits contraires à la loi et aux bonnes mœurs sont punissables.

En effet, la divulgation de données personnelles ayant, pour effet de porter atteinte à l’intimité de la vie privée d’autrui, est sanctionnée par les dispositions de l’article 363 bis du Code pénal. Par ailleurs, le traitement des données personnelles est encadré par la loi 2008-12 du 25 janvier 2008 portant protection des données à caractère personnel au Sénégal et les articles 431-14 et suivants du Code pénal.

Dès lors, d’une part, le département de Mamadou Talla entend faire appliquer les sanctions disciplinaires, sans préjudice des poursuites pénales prévues par la loi.

D’autre part, la Commission de Protection des Données personnelles va continuer à assurer la protection de la vie privée et des données personnelles des jeunes, particulièrement les victimes de ce phénomène. Une demande formelle de suppression des pages « Flash-cas » va être envoyée à Facebook avec un signalement préventif pour bloquer ce genre de publications impliquant des élèves.

Dans le communiqué, il est précisé que les équipes du MEN et de la CDP se mettent se mettent à la disposition de toute personne victime de ces publications pour l’exercice des voies de recours, conformément à la réglementation en vigueur.

Par conséquent, c’est un avertissement lancé aux potaches, fauteurs de trouble dans les réseaux sociaux, en divulguant des informations personnelles, actes punis par la loi sénégalaise.

(Social Net Link->https://www.socialnetlink.org/], 31 décembre 2020)

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 15 154 400 abonnés Internet

  • 14 826 621 abonnés 2G+3G+4G (98,76%)
    • 2G : 22,99%
    • 3G : 41,61%
    • 4G : 35,40%
  • 186 225 abonnés ADSL/Fibre (1,24%)
  • 139 205 clés et box Internet (0,90% )
  • 2 349 abonnés aux 4 FAI (0,02%)
  • Internet fixe : 1,20%
  • Internet mobile : 98,80%

- Liaisons louées : 4 019

- Taux de pénétration des services Internet : 90,71%

(ARTP, 31 mars 2021)

- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 236 763 abonnés
- 195 398 résidentiels (82,53%)
- 41 365 professionnels (17,47%)
- Taux de pénétration : 1, 41%

(ARTP, 31 mars 2021)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 19 420 501 abonnés
- Taux de pénétration : 116,25%

(ARTP, 31 mars 2021)

FACEBOOK

3 900 000 utilisateurs

Taux de pénétration : 23%

- Facebook : 3,2 millions

- Instagram : 1,2 million

- LinkedIn : 680 000

- Twitter : 148 400

(Hootsuite, Février 2021)