twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Fiscalité dans le secteur des Télécommunications : Le contexte mondial exige un renforcement des capacités des administrations fiscales

lundi 19 septembre 2016

Pour le Directeur général des impôts et domaines du Sénégal, Cheikh Ahmed Tidiane Ba, le contexte mondial marqué par la faiblesse des prix des ressources exige que les administrations fiscales soient renforcées afin d’améliorer la mobilisation des recettes fiscales.

« Le contexte actuel, caractérisé par la faiblesse des prix des matières premières et de l’augmentation des dépenses publiques, rend plus problématique la maitrise des indicateurs budgétaires et renforce la nécessité d’améliorer la mobilisation des recettes fiscales. Et cela passe entre autres par un renforcement des capacités des administrations fiscales », a dit Cheikh Ahmed Tidiane Ba.

Le Directeur général des impôts et domaines s’exprimait à l’occasion de la 4e session de formation du groupe de travail sur le contrôle des opérations internationales du secteur des télécommunications.

Selon lui, la création du groupe de travail régional sur le contrôle fiscal des opérations internationales du secteur des télécommunications constitue une réponse pertinente à cette problématique en ce qu’il permet de renforcer les capacités de nos cadres afin de lutter contre les pratiques fiscales dommageables.

De même, il a précisé que les pratiques fiscales dommageables, sont notamment observées, à travers les prix de transfert, pratique devenue courante pour opérer des transferts de bénéfices des territoires où ils sont générés vers des juridictions à fiscalité privilégiée.

Parallèlement, il a insisté sur le potentiel économique du secteur des télécommunications, lequel peut constituer un levier de croissance économique important.

Idrissa Guèye

(Source : Leral, 19 septembre 2016)

Mots clés

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 15 418 058 abonnés Internet

  • 15 064 336 abonnés 2G+3G+4G (97,72%)
    • 2G : 21,30%
    • 3G : 39,18%
    • 4G : 39,52%
  • 195 457 abonnés ADSL/Fibre (1,28%)
  • 156 129 clés et box Internet (1,00% )
  • 2 136 abonnés aux 4 FAI (0,02%)
  • Internet fixe : 1,28%
  • Internet mobile : 98,72%

- Liaisons louées : 4 131

- Taux de pénétration des services Internet : 92,29%

(ARTP, 30 juin 2021)

- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 252 221 abonnés
- 210 908 résidentiels (83,62%)
- 41 313 professionnels (16,38%)
- Taux de pénétration : 1,51%

(ARTP, 30 juin 2021)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 19 667 613 abonnés
- Taux de pénétration : 117,73%

(ARTP, 30 juin 2021)

FACEBOOK

3 900 000 utilisateurs

Taux de pénétration : 23%

- Facebook : 3,2 millions

- Instagram : 1,2 million

- LinkedIn : 680 000

- Twitter : 148 400

(Hootsuite, Février 2021)