twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Fin du monopole de la Sonatel

lundi 12 janvier 2004

Selon une source proche du milieu des télécommunications, l’Etat du Sénégal aurait notifié à la Sonatel, le 31 décembre 2003, la cessation du régime de monopole concédé à la Sonatel depuis le 18 juillet 1997.

Si cette information se confirme, ce serait là la première mesure concrète pour la réduction de la fracture numérique au niveau national pour le plus grand bonheur de la majorité écrasante des Sénégalais :

- Les petits consommateurs qui pourraient espérer une baisse encore plus conséquente des communications téléphoniques et d’un accès plus aisé et moins cher à Internet,

- Les opérateurs économiques qui pourraient exploiter le créneau des services à valeur ajoutée jusqu’à présent muselés par les tarifs exorbitants appliqués par la Sonatel sur les moyens de communication et notamment les liaisons spécialisées,

- Les entreprises qui verraient une baisse substantielle des coûts des communications et qui amélioreraient ainsi leur compétitivité.

- L’écrasante majorité de sénégalais habitant hors des centres urbains qui verraient leur vie nettement améliorée avec la réduction de l’éloignement qu’apporte les NTIC. D’un point de vue économique ce serait la révolution pour eux avec l’explosion des échanges entre eux et le reste du monde par la naissance d’opérateurs télécom pour le monde rural.

- La naissance d’une nouvelle économie au Sénégal avec ses effets sur la redynamisation de toute l’économique ainsi que ses effets sur l’emploi.

- L’Etat, Hé oui l’Etat, qui pourrait renflouer ses caisses avec les taxes et impôts générés par cette nouvelle économie.

Prions pour tout le Sénégal que cette information soit confirmée et qu’un véritable régime de concurrence puisse voir le jour dans le monde des télécommunications avec :

- Une mutualisation des moyens de communication avec l’international pour la voix et l’Internet,

- Une mutualisation du réseau de communication entre la Sonatel et les abonnés pour permettre une introduction rapide d’un second opérateur sur le fixe,

- Une chartre très claire imposée à tous les opérateurs pour éviter les subventions croisées. Ce qui est le cas entre la Sonatel et Alizé et entre la Sonatel et la Sonatel Multimédia. La Sonatel Multimédia a, en effet, complètement mis à genoux les fournisseurs privés d’accès à Internet en obtenant un meilleur accès aux ressources Internet.

Prions

(Source : Texte anonyme reçu le 11 janvier 2004)

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 13 529 883 abonnés Internet

  • 13 251 404 abonnés 2G+3G+4G (97,95%)
    • 2G : 28,14%
    • 3G : 49,01%
    • 4G : 22,05%
  • 117 023 clés et box Internet (0,86%)
  • 158 130 abonnés ADSL/Fibre (1,19%)
  • 3 325 abonnés aux 4 FAI
  • Internet fixe : 1,19%
  • Internet mobile : 98,81%

- Liaisons louées : 22 456

- Taux de pénétration des services Internet : 83,47%

(ARTP, 31 mars 2020)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 211 026 abonnés
- 169 128 lignes résidentielles (80,15%)
- 41 898 lignes professionnelles (19,85%)
- Taux de pénétration : 1,30%

(ARTP, 31 mars 2020)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 17 948 492 abonnés
- Taux de pénétration : 110,73%

(ARTP, 31 mars 2020)

FACEBOOK

- 3 408 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 20,4%

(Facebook, Décembre 2019)