twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Fatou Kiné Diop Keita, Fondatrice de E-Tontine : ‘’Le problème des cotisations ne justifie pas les arnaques’’

mardi 11 août 2020

Elle a décidé de faire de l’épargne solidaire autrement. La fondatrice d’e-tontine s’active dans tout ce qui est matériel électroménager et autres mobiliers de maison, depuis 2015. Le concept de Fatou Kiné Diop Keita est aujourd’hui repris par bon nombre d’organisatrices sur la toile. Seulement, si Mme Keita ne déplore aucun problème dans ses activités, les cas d’arnaque ne manquent pas dans les tontines en ligne.

Qu’est-ce qui vous a poussée à initier le concept e-tontine ?

C’est parti d’un constat. Par exemple, dans la banlieue dakaroise où j’habite, les gens ne peuvent pas toujours s’offrir du matériel de bonne qualité. Les moyens font souvent défaut. Il faut aussi tenir compte de la population non bancarisée, qui n’a pas accès au système. Par exemple, pour avoir un climatiseur, avec un bulletin de salaire, c’est toujours plus facile, contrairement à celui qui n’en dispose pas. C’est cette inégalité-là que le concept e-tontine veut corriger, à savoir acquérir du matériel de qualité sans trop de conditions. Pour ce faire, tout est basé sur la confiance et on travaille ainsi depuis 2015.

Quels sont les articles que vous proposez le plus ?

On fait dans la literie, c’est-à-dire tout ce qui est drap, rideau… de l’électroménager, du matériel bureautique, du mobilier de maison. On prévoit également de faire des prestations de services pour financer des voyages de vacances ou une formation dans une auto-école. Ça reste toujours dans le cadre d’une tontine. Par exemple, si le coût du voyage est de 100 mille francs, les cotisations seront fixées en fonction de cette somme et ça permettra aux bénéficiaires de rallier leur destination finale.

Comme je vous le disais tantôt, les gens ont des projets, mais ont parfois des difficultés pour les concrétiser. C’est la pertinence de notre initiative.

Est-ce que vous faites des tontines d’argent ?

Non, je ne l’ai pas encore expérimentée. Je suis en train de mettre sur pied un site Web et je compte, par la suite, démarrer avec l’argent. On me le propose souvent, car les gens me font confiance.

Vous êtes beaucoup plus centrée sur le matériel. Est-ce que vous travaillez avec des partenaires qui vous fournissent ces produits ?

Nous servons de relais ou d’intermédiaire entre la population et les fournisseurs. Nous ne mettons pas notre argent dans l’achat de matériel pour le revendre, mais nous allons vers les sociétés commerciales afin de négocier avec elles des prix. Seulement, l’utilisateur obtient son produit à un tarif normal, le même vendu sur le marché. Par exemple, pour un article de 100 mille francs, c’est à ce prix qu’on fixe la tontine. Par contre, une fois chez le fournisseur, on négocie pour un rabais. C’est de là que vient notre bénéfice. On a tendance, au Sénégal, à surfacturer ceux qui viennent contracter une dette. Chez nous, ce n’est pas le cas. Pour nous, le client, ce n’est pas l’utilisateur, mais plutôt le fournisseur qui nous permet de faire des bénéfices.

Comment sélectionnez-vous vos participants pour les tontines ?

Tout se fait sur Internet : Facebook, Twitter, Instagram... Pour chaque produit, on prend le soin de mettre les prix, les modalités et le lien d’un groupe WhatsApp pour les intéressés. Pour le e-tontine, tout se fait de manière digitale. Les gens ne sont pas censés se connaitre, le livreur qui achemine les produits, par contre, peut mettre des noms sur certains visages. Des gens participent à mes tontines depuis 2015, mais je ne les connais pas et on ne s’est jamais vu.

Et comment faites-vous pour garantir l’aspect sécuritaire ?

Nous n’avons jamais eu de problèmes certes, mais on a jugé nécessaire de créer un site Web pour mieux assurer notre sécurité. Les Sénégalais tiennent à leurs réputations. Donc, ils font tout pour respecter leurs engagements et éviter d’être vilipendés sur les réseaux sociaux. Avec le site Web, il y aura un formulaire d’engagement. Ce qu’on n’a jamais fait depuis 2015. Les choses commencent à évoluer, donc les difficultés seront inévitables. Nous comptons collaborer avec un assureur pour plus de sécurité. On sera en mesure de combler certains trous dus souvent aux cas d’abandon.

Comment procédez-vous pour les tirages ?

On tire au sort tous les 10 jours et on livre plus de 50 personnes à chaque fois. Nous n’attendons pas que les utilisateurs versent la presque totalité de la somme demandée.

Votre concept est repris pratiquement par beaucoup de gens sur les réseaux sociaux. Et les cas d’arnaque ne manquent pas dans la pratique. Quelle lecture en faites-vous ?

Au Sénégal, on reprend des concepts qu’on ne maitrise pas, alors que c’est petit à petit qu’on perfectionne les choses. Ceux qui reprennent le concept n’ont pas souvent la patience qu’il faut ; ils sautent des étapes et s’attirent, à la longue, des problèmes. C’est évident que ça décourage les adhérents. Je tombe sur des complaintes d’arnaque, chaque jour, sur la toile. Cependant, la crédibilité de l’organisatrice également joue.

Les participants ne sont pas dupes et n’hésitent pas à faire adhérer d’autres. Cela veut dire qu’ils me font confiance. Tout dépend de la fiabilité. Je dis toujours aux participants pas très convaincus de ne pas se soucier de la cotisation des autres. L’essentiel est que le tirage se fasse à temps et que le bénéficiaire obtienne son produit.

Est-ce que cette nouvelle version d’épargne solidaire ne risque pas d’éclipser la forme classique organisée par nos mamans ?

Non, je ne pense pas. Nos mamans n’en font pas des sociétés, comme c’est le cas aujourd’hui. Les e-tontines aident, d’une part, à résoudre les problèmes de traçabilité et de sécurité. Ce qui n’existe pas avec les initiatives de nos mamans. Les cas d’arnaque y sont plus fréquents, car rien ne prouve les transactions ; les choses se font main à main. Aujourd’hui, avec le mobile money, l’argent envoyé ou reçu est retracé grâce aux notifications.

Cette traçabilité existe aujourd’hui, mais n’a pas permis de résoudre les arnaques…

Il ne faut pas prendre comme excuse les cotisations pour créer des problèmes dans les tontines. L’organisatrice doit prendre les devants et veillez à ce que les bénéficiaires récupèrent leurs dus à temps.

Habibatou Traoré

(Source : Enquête, 11 août 2020)

Mots clés

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 13 141 900 abonnés Internet

  • 12 848 086 abonnés 2G+3G+4G (97,77%)
    • 2G : 27,55%
    • 3G : 46,81%
    • 4G : 25,65%
  • 163 820 abonnés ADSL/Fibre (1,27%)
  • 126 486 clés et box Internet (0,96%)
  • 3 508 abonnés aux 4 FAI
  • Internet fixe : 1,27%
  • Internet mobile : 98,73%

- Liaisons louées : 22 540

- Taux de pénétration des services Internet : 81,08%

(ARTP, 30 juin 2020)

- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 216 286 abonnés
- 175 400 résidentiels (81,10%)
- 40 886 professionnels (18,90%)
- Taux de pénétration : 1,33%

(ARTP, 30 juin 2020)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 17 728 844 abonnés
- Taux de pénétration : 109,38%

(ARTP, 30 juin 2020)

FACEBOOK

- 3 408 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 20,4%

(Facebook, Décembre 2019)