twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Fake news : le Conseil de l’Entente recherche un cadre juridique harmonisé

mardi 14 septembre 2021

Les ministres de la sécurité des pays de l’entente étaient le 11 septembre en réunion extraordinaire en Côte d’Ivoire. Au centre des discussions, l’organisation de la lutte contre les fausses informations sur les réseaux sociaux. Les patrons de la sécurité et des frontières ont posé un diagnostic du fléau et formulé des recommandations, sous la direction du Général de brigade togolais, Yark Damehame.

« Mutualisation des moyens de lutte contre la désinformation sur les réseaux sociaux ». C’était le thème de la première session extraordinaire de la réunion annuelle des ministres en charge de la sécurité du Bénin, du Burkina Faso, de la Côte d’Ivoire, du Niger et du Togos. Conduite par le togolais, le Général Yark Damehame, la réunion a établi que la sécurité et la cohésion sociale de l’ensemble des Etats est menacés par « la désinformation sur les réseaux sociaux ».

Le Conseil de l’Entente veut alors se doter d’un cadre harmonisé afin de lutter contre ce fléau de manière coordonnée. Pour les ministres de la sécurité, « l’expansion de fausses informations ou fake news devient de plus en plus un danger manifeste (…) ». Ils ont aussi relevé la complexité de la lutte contre le phénomène. Comme solution, la réunion ministérielle propose aux Etats « de disposer d’une législation spécifique à la désinformation sur les réseaux sociaux » ; de même qu’un « cadre juridique harmonisé de lutte contre la désinformation sur les réseaux sociaux ».

Il s’agit de renforcer les mesures prises par chaque Etat pour faire face au phénomène de la désinformation. Dans la communauté, des exemples existent. Les ministres en charge de la sécurité du Conseil de l’Entente ont alors appelé à prendre exemple sur le modèle ivoirien avec la Direction de l’Informatique et des Traces Technologiques (DITT). Elle est intervient particulièrement dans la lutte contre la cybercriminalité et la désinformation sur les réseaux sociaux en Côte d’Ivoire.

L’ensemble des propositions devront aider les Etats à réguler plus efficacement l’activité numérique et réprimer la cybercriminalité ainsi que la désinformation à travers l’espace cybernétique, soutiennent les ministres de la sécurité du Conseil de l’Entente.

Souleyman Tobias

(Source : CIO Mag, 14 septembre 2021)

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 15 418 058 abonnés Internet

  • 15 064 336 abonnés 2G+3G+4G (97,72%)
    • 2G : 21,30%
    • 3G : 39,18%
    • 4G : 39,52%
  • 195 457 abonnés ADSL/Fibre (1,28%)
  • 156 129 clés et box Internet (1,00% )
  • 2 136 abonnés aux 4 FAI (0,02%)
  • Internet fixe : 1,28%
  • Internet mobile : 98,72%

- Liaisons louées : 4 131

- Taux de pénétration des services Internet : 92,29%

(ARTP, 30 juin 2021)

- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 252 221 abonnés
- 210 908 résidentiels (83,62%)
- 41 313 professionnels (16,38%)
- Taux de pénétration : 1,51%

(ARTP, 30 juin 2021)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 19 667 613 abonnés
- Taux de pénétration : 117,73%

(ARTP, 30 juin 2021)

FACEBOOK

3 900 000 utilisateurs

Taux de pénétration : 23%

- Facebook : 3,2 millions

- Instagram : 1,2 million

- LinkedIn : 680 000

- Twitter : 148 400

(Hootsuite, Février 2021)