twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Facilitation des échanges entre entreprises : Les chambres de commerce se connectent à e-commerce

jeudi 10 avril 2008

Le projet de mise en place d’une plateforme de commerce électronique financé par l’Union européenne dans le cadre du neuvième Fonds européen de développement (Fed) a été officiellement lancé, ce mercredi 9 avril à Dakar. Un outil devant permettre de décentraliser le système d’information commerciale et économique dans les chambres de commerce qui verront leurs relations avec les entreprises, huilées.

La pratique commerciale va connaître une révolution pour augmenter les flux commerciaux et faire face aux exigences de la mondialisation. Les Technologies de l’information et de la communication (Tic) vont servir de support pour répondre aux exigences de rapidités et de sécurité dans le commerce. Le Projet de la Plateforme de commerce électronique, initié par Aïcha Agne Pouye, ancien ministre du commerce, fait son entrée en jeu, ce mercredi 9 avril, dans un environnement commercial concurrentiel. Il est mis en place grâce à un financement du 9ème Fonds européens de développement (Fed), dans le cadre du Projet de Renforcement et de développement des capacités commerciales (Prdcc), dont le coût global est estimé à trois millions d’euros.

Le ministre de l’aménagement du territoire, du commerce et de la coopération décentralisée, Abdourahim Agne, affirme que ce projet ficelé par le Cabinet Sensoft et abrité par Trade Point Sénégal (Tps), permettra l’introduction, le développement et la vulgarisation du commerce électronique au Sénégal. Selon lui, ledit projet favorisera les échanges entre les différents acteurs commerciaux via les Technologies de l’information et de la communication. A court termes, a-t-il ajouté, il permettra aux chambres de commerce de faciliter les échanges entre les entreprises sénégalaises mais aussi d’élargir leur horizon.

Le développement du e-commerce est une composante du Prdcc qui compte également un aspect lié au développement et la promotion des exportations, l’amélioration de la qualité des produits et de leur conformité avec les normes internationales. A cela s’ajoutent le renforcement des capacités commerciales et le renforcement des capacités de gestion des micros entreprises et leur insertion dans l’économie formelle. Le ministre de l’aménagement du territoire, du commerce et de la coopération décentralisée qui loge cette démarche dans la mise en œuvre de la stratégie nationale pour le développement du commerce pense que « cette initiative permettra de renforcer la compétitivité des entreprises et des réseaux à l’heure où la mondialisation de l’économie exige de plus en plus d’alliances stratégiques et organisationnelles pour soutenir une croissance durable et une réduction significative de la pauvreté ».

Le chef de la délégation de la Commission européenne au Sénégal, Gilles Hervio est revenu, pour sa part, sur la question de l’intégration commerciale qui est identifiée comme un secteur de concentration dans le 10ème Fed qui couvre la période 2008-2013 pour un montant de 288 millions d’euros. Il a fait savoir que les secteurs de concentration sont l’appui à l’intégration régionale et commerciale pour un montant de 75 millions d’euros qui incluent le financement d’infrastructures routières, des appuis à la Stratégie de croissance accélérée (Sca) et la bonne gouvernance.

A cela, le chef de la délégation de la commission européenne au Sénégal y a ajouté le volet « infrastructures d’assainissement » pour un montant de 40 millions d’euros, des appuis budgétaires à la Stratégie de lutte contre la pauvreté pour une enveloppe de 150 millions d’euros. Enfin, il y a ajouté, les appuis au secteur de la culture, aux acteurs non étatiques et divers appuis techniques pour 23 millions d’euros.

Bakary Dabo

(Source : Sud Quotidien, 10 avril 2008)

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 15 418 058 abonnés Internet

  • 15 064 336 abonnés 2G+3G+4G (97,72%)
    • 2G : 21,30%
    • 3G : 39,18%
    • 4G : 39,52%
  • 195 457 abonnés ADSL/Fibre (1,28%)
  • 156 129 clés et box Internet (1,00% )
  • 2 136 abonnés aux 4 FAI (0,02%)
  • Internet fixe : 1,28%
  • Internet mobile : 98,72%

- Liaisons louées : 4 131

- Taux de pénétration des services Internet : 92,29%

(ARTP, 30 juin 2021)

- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 252 221 abonnés
- 210 908 résidentiels (83,62%)
- 41 313 professionnels (16,38%)
- Taux de pénétration : 1,51%

(ARTP, 30 juin 2021)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 19 667 613 abonnés
- Taux de pénétration : 117,73%

(ARTP, 30 juin 2021)

FACEBOOK

3 900 000 utilisateurs

Taux de pénétration : 23%

- Facebook : 3,2 millions

- Instagram : 1,2 million

- LinkedIn : 680 000

- Twitter : 148 400

(Hootsuite, Février 2021)