twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Extension de la Télédac aux 52 communes de la région de Dakar : la date limite fixée à fin juin par l’ADIE

mercredi 25 mai 2016

L’Agence de l’informatique de l’Etat (Adie) dispose de moins de 2 mois pour finaliser l’extension de la Télé-demande d’autorisation de construire (Télédac) dans les 52 communes que compte la région de Dakar. Une exigence du bailleur de fonds, en l’occurrence le Fonds pour le climat d’investissement en Afrique (Icf) qui a mis sur la table une enveloppe de 700 millions de F Cfa, soit 57,8% du financement. Une deuxième phase du projet, lancée depuis décembre 2015 pour un délai d’exécution de 6 mois, qui vise à améliorer l’environnement des affaires au Sénégal, en réduisant les coûts et les délais.

La deuxième phase de la Télé-demande d’autorisation de construire (Télédac), après une première qui concernait les villes de Dakar, Pikine, Guédiawaye et Rufisque, sera étendue aux 52 communes que compte la région de Dakar, ainsi que 12 sous-préfectures de la région capitale. Mieux, il est surtout prévu, dans cette phase, la dématérialisation de sept (07) autres procédures dans le secteur de l’urbanisme, dont le renouvellement de l’autorisation de construire, le certificat de conformité de l’autorisation de construire, ainsi que le certificat d’urbanisme, entre autres. Cela, d’ici le 30 juin prochain. C’est du moins la date limite dont dispose l’Agence de l’informatique de l’Etat (Adie) pour en effet rendre opérationnel ledit projet qui s’adapte à l’Acte III de la décentralisation.

L’ultimatum vient du bailleur de fonds, en l’occurrence le Fonds pour le climat d’investissement en Afrique (Icf), qui a mis sur la table, depuis décembre 2015, la rondelette somme de 700 millions sur les 900 que coûte le projet. L’information a été livrée hier, mardi 24 mai, lors du séminaire de formation organisé par l’Adie en collaboration avec le Réseau des journalistes en Tic (Rejotic) autour du thème « Dématérialisation des procédures administratives : défis et enjeux ». A ce stade du projet, informent d’ailleurs les services du Bureau opération et méthode (Bom) du projet, celui-ci est en train de faire la connectivité administrative, le câblage desdites entitésTché des équipements pour le poste de travail (ordinateurs, imprimantes multifonction), etc.

La TELEDAC : Un gain en temps et en coût

Quid du projet d’extension du Télé-déclaration d’autorisation de construire (Télédac) aux 52 communes de la région de Dakar et 10 sous-préfectures de la capital, et ses enjeux et défis ? Lors de la rencontre avec les journalistes du réseau en Tic, les différents services, à savoir l’Adie, le Bom, tout comme les services de l’Apix, et de l’Urbanisation se sont relayés pour montrer les enjeux et les défis dudit projet. En effet, ledit projet a été lancé pour corriger les limites de la première phase, à savoir le déplacement des usagers pour payer les taxes, l’impression des dossiers pour la signature des autorités. Avec cette extension à toute la région de Dakar, conformément à l’Acte III de la décentralisation, il y aura la reconnaissance de la signature numérique, ainsi que le e-paiement des taxes. Mieux, contrairement à la première phase du projet, qui n’avait initié en réalité que les architectes à la plateforme de la Télédac, tous les citoyens peuvent effectuer leur demande d’autorisation de construire intégrale via la plateforme en ligne.

Comme enjeux du Télédac, il ressort lors du séminaire qu’il y a un gain en temps et en coût. En effet, la situation de référence fait état d’un délai de traitement de certains dossiers complexes qui peut atteindre 200 jours. Maintenant, conformément aux critères du Doing Business pour l’amélioration du climat des affaires, il faut juste 28 jours pour les dossiers simples, et 45 jours pour ceux complexes. Par rapport à l’aspect coût, il est établi que la Télédac permet d’économiser près de 52.000 F Cfa pour ladite autorisation, dans la mesure où le coût passe de 70.000 à 18.000 F CFa. Mieux, elle permet le traitement des documents en garantissant une meilleure traçabilité, en améliorant la productivité. Dans la même veine, la plateforme permet de limiter les risques opérationnels, tout en favorisant la transparence et la lutte contre la corruption, du moment qu’il n’y a pas de contact physique entre les agents et les demandeurs. Il convient de noter qu’à ce jour, la plateforme Télédac a traité au total 4.533 dossiers, dont 950 dossiers rejetés, 1.961 autorisés, 1444 en instance de signature, et 139 en instruction. Pour uniquement la ville de Dakar, 2.551 dossiers ont été traités. Mieux, aucun dossier n’est en attente dans la plateforme.

Jean Michel Diatta

(Source : Sud Quotidien, 25 mai 2016)

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 35 Gbps
- 2 FAI (Orange et Arc Informatique)
- 8 965 676 abonnés Internet

  • 8 679 507 abonnés 2G+3G (96,81%)
  • 161 625 clés Internet (1,80%)
  • 106 126 abonnés ADSL (1,18%)
  • 18 418 abonnés bas débit (0,21%)

- Taux de pénétration des services Internet : 57,59%

(ARTP, 30 juin 2017)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 50,70%

(Internet World Stats 30 juin 2016)

- 4463 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 21 avril 2017)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 288 658 abonnés
- 1 156 lignes publiques
- Taux de pénétration : 1,96%

(ARTP, 30 juin 2017)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 15 436 809 abonnés
- Taux de pénétration : 104, 30%

(ARTP, 30 juin 2017)

FACEBOOK

- 2 800 000 utilisateurs

(Facebook Ads, août 2017)