twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Extension de l’intranet gouvernemental : Le Restic dénonce un gré à gré

samedi 24 mai 2008

Un bras de fer juridique s’annonce entre le Rassemblement des entreprises du secteur des technologies de l’information et de la communication (Restic) et l’Agence de l’informatique de l’Etat (Adie). Après la dévolution du chantier de l’extension de l’intranet gouvernemental du Sénégal à l’équipementier chinois Huawei Technologie, le bureau exécutif du Restic a décidé, « après avis et consultation de ses conseils juridiques », de saisir l’Autorité de Régulation des Marchés Publics (Arpm). Non seulement le Restic reproche, dans un communiqué publié hier, à l’Agence de l’informatique de l’Etat de n’avoir pas associé le secteur privé national dans ce projet, mais aussi, il considère que le chantier a été attribué « sans procédure d’appel d’offres et surtout sans clause ou obligation de sous-traitance ou de transfert de technologie avec des sociétés de droit sénégalais dans le domaine de réseau de télécommunications ». Dépité, le Restic entend produire un mémorandum sur la question de l’extension de l’Intranet du gouvernement, qui sera mis à la disposition du président de la République.

Dans son communiqué, le Restic évalue l’exécution du projet à plus de 25 milliards de francs Cfa, et estime que s’il est exécuté par des entreprises locales, sa mise en œuvre devrait engendrer 2500 postes de travail permanents et plus de 5000 postes temporaires. Selon le bureau exécutif, les prévisions conjoncturelles du Restic anticipaient une embellie dans le sous secteur « Fournisseur d’équipement de réseaux et service connexes » du Sénégal avec le lancement du chantier de l’intranet gouvernemental avec 32 points de croissance supplémentaires.

Et d’ajouter : « L’expertise locale est parfaitement et compétitivement en mesure de prendre en charge, dans tous ses aspects, des projets comme l’intranet gouvernemental. On peut prendre l’exemple du Vpn (Virtual Private Network) Sentranet d’un opérateur de la place. »

Dialigué Faye

(Source : Le Quotidien, 24 mai 2008)

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 13 141 900 abonnés Internet

  • 12 848 086 abonnés 2G+3G+4G (97,77%)
    • 2G : 27,55%
    • 3G : 46,81%
    • 4G : 25,65%
  • 163 820 abonnés ADSL/Fibre (1,27%)
  • 126 486 clés et box Internet (0,96%)
  • 3 508 abonnés aux 4 FAI
  • Internet fixe : 1,27%
  • Internet mobile : 98,73%

- Liaisons louées : 22 540

- Taux de pénétration des services Internet : 81,08%

(ARTP, 30 juin 2020)

- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 216 286 abonnés
- 175 400 résidentiels (81,10%)
- 40 886 professionnels (18,90%)
- Taux de pénétration : 1,33%

(ARTP, 30 juin 2020)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 17 728 844 abonnés
- Taux de pénétration : 109,38%

(ARTP, 30 juin 2020)

FACEBOOK

- 3 408 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 20,4%

(Facebook, Décembre 2019)