twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Exclue des consultations restreintes : Wireless-Sénégal charge l’Artp

jeudi 6 septembre 2007

Est-ce une attitude de mauvaise perdante ? En tout cas, Wireless Sénégal qui a été exclue des consultations pour l’attribution de la deuxième licence globale ne se fait pas de gêne pour dénoncer ce qu’il appelle un "abus de pouvoir" de la part de l’Artp. Ne comptant pas s’arrêter en si bon (ou mauvais) chemin, les responsables de Wireless qui revendiquent des connexions à Washington, n’excluent pas de saisir le Conseil d’Etat.

Les responsables de la société Wireless Sénégal S.a (Ws) n’ont pas fait dans la dentelle, hier, pour dire tout le "bien" qu’ils pensent des autorités de l’Agence de régulation des télécommunications et des postes (Artp). Ces derniers qualifiés d’"oligarchie" en ont véritablement pris pour leur grade. Et pour cause ! La direction n’a pas digéré d’avoir été mise "arbitrairement" sur la touche dans l’attribution de la deuxième licence globale de télécommunications par l’Artp. Pourtant, l’Administrateur général de Wireless qui faisait face, hier, à la presse soutient que toutes les conditions exigées par l’agence de régulation ont été remplies par sa société. "Les conditionnalités requises étaient que l’opérateur soit constitué en société de droit privé, qu’il propose un réseau distinct et indépendant de celui de l’opérateur historique et qu’il n’ait aucun rapport avec les deux déjà existants. Or, Wireless est une société de droit privé et les documents le prouvant existent ; nous avions également proposé, dès le départ, à l’Etat Sénégalais de lancer dans son espace aérien nos satellites pour arroser l’ensemble du territoire en télécommunications totalement indépendantes de la Sonatel, enfin n’avons aucune connexion ni avec Sonatel, ni avec Sentel encore moins avec leurs filiales ou partenaires stratégiques", a expliqué Cheikh Tidiane Faye. Le courroux de ce dernier est d’autant plus grand que, soutient-il, l’Artp avait déjà reconnu la société dont il a la direction en tant qu’opérateur en télécommunications. Et pour corroborer ses propos, l’administrateur général exhibe les différentes correspondances que sa société a envoyées à la structure régulatrice dans le cadre de l’attribution de la deuxième licence globale. D’ailleurs, dans l’une d’elles, Wireless soutient être capable de satisfaire techniquement aux exigences de l’Artp et propose une offre financière de 30 milliards pour gagner le marché.

En outre, confie Cheikh Faye, sa société a été associée à toutes les activités de l’Artp à son démarrage. C’est ainsi que, dit-il, Wireless a participé à la tenue des concertations sur les télécommunications, demandées par le président de la République. "Nous avons même été cooptés dans le comité de pilotage qui a élaboré le document final de ces journées dont les documents finaux avaient servi de base à la rédaction de la lettre sectorielle sur les télécommunications", confie le patron de Ws. Qui se désole que l’Artp n’ait plus fait signe de vie jusqu’au moment où sa société apprend que la procédure des consultations restreintes avait été enclenchée. Et c’est ainsi que, en dépit de la violation du code de procédure d’attribution des marchés, Wireless a tenu à faire acte de candidature (il exhibe de nouveau un accusé de réception de l’Artp mentionné dans un cahier de transmission en faisant foi). "Mais le 30 Août par extraordinaire, nous recevons un fax de l’Artp pour nous dire que Wireless ne peut participer à cet appel d’offres parce que ce dernier ne concerne que ceux qui ont eu à répondre à une manifestation d’intention que les autorités sénégalaises auraient exprimée au Sommet mondial sur l’information à Tunis", explique Cheikh Tidiane Faye. Ce dernier soutient que cette explication servie par l’Artp est tirée par les cheveux car, à l’en croire, une manifestation d’intention ne peut, sur le plan juridique, remplacer un appel d’offres.

En tout cas, les responsables de Wireless-Sénégal n’entendent point laisser passer ce qu’ils appellent un abus de pouvoir dont ils sont victimes. Aussi, ont-ils saisi leurs conseils juridiques pour porter l’affaire devant le Conseil d’Etat. Parallèlement, ils comptent en faire part à leur société mère établie aux Etats-Unis qui, soutiennent-ils, va tirer cette affaire au clair avec les autorités sénégalaises.

Aguibou Kane

(Source : Wal Fadjri, 6 septembre 2007)

Post-Scriptum

Reflet : Et si l’Artp avait raison ?

L’Agence de régulation des télécommunications et des postes n’aurait-elle pas finalement raison d’exclure Wireless-Sénégal de la course pour l’obtention de la deuxième licence globale de télécommunications ? Cette question a taraudé l’esprit de nombre de confrères au sortir de la conférence donnée, hier, par le patron de cette boîte. En effet, rien ne montre que celle-ci pourrait satisfaire au cahier de charges encore moins faire le poids devant ses concurrents annoncés. Comment une société n’ayant pas de fax, ni de téléphone fixe et dont le siège peut, à peine, contenir dix personnes, peut-elle prétendre gagner une licence globale de télécommunication ? L’absence de fax avait même amené l’Artp à envoyer sa réponse à la demande de candidature de Wireless- Senegal à une société mitoyenne pour transmission. Mais le plus cocasse, c’est quand le responsable moral de Ws reconnaît sans sourciler que sa société n’avait pas encore fait ses preuves en matière de téléphonie et qu’elle comptait sur l’obtention de cette deuxième pour arroser le Sénégal et développer ses tentacules dans la sous-région.

Aguibou Kane

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 13 141 900 abonnés Internet

  • 12 848 086 abonnés 2G+3G+4G (97,77%)
    • 2G : 27,55%
    • 3G : 46,81%
    • 4G : 25,65%
  • 163 820 abonnés ADSL/Fibre (1,27%)
  • 126 486 clés et box Internet (0,96%)
  • 3 508 abonnés aux 4 FAI
  • Internet fixe : 1,27%
  • Internet mobile : 98,73%

- Liaisons louées : 22 540

- Taux de pénétration des services Internet : 81,08%

(ARTP, 30 juin 2020)

- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 216 286 abonnés
- 175 400 résidentiels (81,10%)
- 40 886 professionnels (18,90%)
- Taux de pénétration : 1,33%

(ARTP, 30 juin 2020)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 17 728 844 abonnés
- Taux de pénétration : 109,38%

(ARTP, 30 juin 2020)

FACEBOOK

- 3 408 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 20,4%

(Facebook, Décembre 2019)