twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Etat du Sénégal/Sentel : Les failles de la démarche du gouvernement mises à nu par un expert

dimanche 28 février 2010

Le gouvernement du Sénégal aurait perdu beaucoup de temps concernant les accords avec Sentel, semble dire le consultant et ingénieur électronicien de formation, spécialisé en télécommunication et ancien Directeur des Etudes de la Réglementation des Postes et des Télécommunications, Cheikh Tidiane Diongue.

En effet, invité, ce dimanche 28 février, à l’émission « Grand Jury » de la Rfm, il a indiqué : « ce que je trouve long, c’est que depuis 2001 cette affaire là ne soit pas conclue. D’abord, il y a des problèmes juridiques parce qu’on a retiré une licence par décret en 2001. Mais, je n’ai pas vu un autre décret même si c’est à titre transitoire qui autorise Sentel à continuer à exercer » a-t-il soutenu.

Il a expliqué que : « l’Etat a, effectivement, constaté, en 2001, la résiliation de la convention de concession par décret du point de vue de la légalité. Du point de vue de la légitimité, le Sénégal, à l’instar de la Côte d’Ivoire, de Nigéria, de la RCA, a exigé le paiement d’un ticket d’entrée ou de frais d’accès ». Pour lui, ce qui est gênant c’est que cela a duré 9 ans. C’est beaucoup trop long. Parce que pour ce qui est de la Côte d’Ivoire, le Nigéria, la RCA, les accords ont été conclus tout de suite. Mais pour notre pays, 9 ans c’est trop long.

Cheikh Tidiane Diongue de renseigner qu’il y avait à l’époque deux philosophies en matière d’attribution de licence de téléphonie mobile. La première voulait que l’on ne demande pas de ticket d’entrée en d’autres termes de frais d’accès au marché et en imposant par contre un programme d’investissement très lourd pour couvrir le territoire dans des délais très courts.

La deuxième, appliquée par d’autres pays à l’époque qui demandait un ticket d’entrée, imposait un programme d’investissement beaucoup moins important. Le Membre de l’Union International des Télécommunications (UIT) est d’avis que le Sénégal aurait du demander des tickets d’entrée.

Papa Mamadou Diéry Diallo

(Source : Pressafrik, 28 février 2010)

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 15 154 400 abonnés Internet

  • 14 826 621 abonnés 2G+3G+4G (98,76%)
    • 2G : 22,99%
    • 3G : 41,61%
    • 4G : 35,40%
  • 186 225 abonnés ADSL/Fibre (1,24%)
  • 139 205 clés et box Internet (0,90% )
  • 2 349 abonnés aux 4 FAI (0,02%)
  • Internet fixe : 1,20%
  • Internet mobile : 98,80%

- Liaisons louées : 4 019

- Taux de pénétration des services Internet : 90,71%

(ARTP, 31 mars 2021)

- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 236 763 abonnés
- 195 398 résidentiels (82,53%)
- 41 365 professionnels (17,47%)
- Taux de pénétration : 1, 41%

(ARTP, 31 mars 2021)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 19 420 501 abonnés
- Taux de pénétration : 116,25%

(ARTP, 31 mars 2021)

FACEBOOK

3 900 000 utilisateurs

Taux de pénétration : 23%

- Facebook : 3,2 millions

- Instagram : 1,2 million

- LinkedIn : 680 000

- Twitter : 148 400

(Hootsuite, Février 2021)