twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Espionnage à grande échelle

mardi 24 août 2010

Avec la téléphonie mobile, l’Internet et le courrier électronique ont révolutionné le monde. Ces nouvelles technologies ont introduit plus de rapidité dans la circulation et l’accès à l’information. Aux Philippines, en 2000, l’échange de millions de Sms a permis l’organisation des manifestations qui ont fait chuter le régime Estrada. En mars 2004, après les attentats de Madrid, c’est le même processus qui a amené les gens à se réunir spontanément pour protester contre José-Maria Aznar. A Pékin, en mai 2005, les téléphones mobiles ont surtout servi au gouvernement chinois à tenter de contrôler la population. Un Sms a été envoyé à des milliers de citoyens pour les dissuader de se rendre à une « manifestation illégale »... Lors de l’épidémie de Sras (syndrome respiratoire aigu sévère), environ 115 millions de Sms ont été échangés les trois premiers jours de son apparition. Le gouvernement chinois, très doué pour cacher ce qui se passe sur son territoire, n’a pas pu garder le silence. C’est le versant positif de ces nouvelles technologies.

Car il y a bien un hic. Le prospectiviste américain Howard Rheingold, qui observe les effets politiques, sociaux et économiques des technologies émergentes, pense que dans 10 ans, la vie privée telle qu’on la connaît aujourd’hui n’existera plus. Déjà sur Internet, les entreprises surveillent nos habitudes pour nous proposer des offres commerciales en adéquation avec nos centres d’intérêt. Il donne l’exemple de Google qui scanne nos courriels pour nous envoyer des propositions publicitaires ciblées. Dans l’avenir, pense-t-il, tout le monde aura le pouvoir d’espionner, de surveiller son voisin. Déjà, les téléphones mobiles de nouvelle génération sont dotés de petites caméras et les séquences vidéo peuvent être publiées sur Internet... Le pouvoir des Etats et des multinationales aussi s’accroît car les nouvelles technologies vont leur permettre de connaître plus finement nos comportements et nos croyances. C’est l’autre versant. Aux citoyens de ce monde hyper branché de définir de nouveaux modes de résistance à cet espionnage à grande échelle. Mais on peut faire confiance au génie humain.

Bayil sa yaram

(Source : Le Soleil, 24 août 2010)

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 15 418 058 abonnés Internet

  • 15 064 336 abonnés 2G+3G+4G (97,72%)
    • 2G : 21,30%
    • 3G : 39,18%
    • 4G : 39,52%
  • 195 457 abonnés ADSL/Fibre (1,28%)
  • 156 129 clés et box Internet (1,00% )
  • 2 136 abonnés aux 4 FAI (0,02%)
  • Internet fixe : 1,28%
  • Internet mobile : 98,72%

- Liaisons louées : 4 131

- Taux de pénétration des services Internet : 92,29%

(ARTP, 30 juin 2021)

- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 252 221 abonnés
- 210 908 résidentiels (83,62%)
- 41 313 professionnels (16,38%)
- Taux de pénétration : 1,51%

(ARTP, 30 juin 2021)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 19 667 613 abonnés
- Taux de pénétration : 117,73%

(ARTP, 30 juin 2021)

FACEBOOK

3 900 000 utilisateurs

Taux de pénétration : 23%

- Facebook : 3,2 millions

- Instagram : 1,2 million

- LinkedIn : 680 000

- Twitter : 148 400

(Hootsuite, Février 2021)