twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

« Escroquerie de haute voltige » sur le trafic international entrant : Le Palais et l’Artp manœuvrent pour le prestataire privé « Global Voice Group »

vendredi 14 mai 2010

Avant même que la clameur et l’indignation soulevées par les 20 milliards de la licence de Sudatel et les 5.000 milliards des Turcs ne s’estompent, une « escroquerie de haute voltige se prépare avec une initiative qui vise à confier la gestion du trafic international entrant à un prestataire privé, Global Voice Group ». L’information émane de l’Intersyndicale de la Sonatel qui a tenu une conférence de presse avant-hier. Un plan d’action a été élaboré pour contrecarrer les manœuvres de l’Etat et de l’Artp.

On en sait un peu plus les raisons pour lesquelles le directeur général de l’Agence de régulation des télécommunications et des postes (Artp), Daniel Goumbalo Seck, a été démis de ses fonctions. Si certains estiment que son limogeage fait suite à un détournement de plus d’un milliard relevé par l’Inspection générale d’Etat (Ige), l’Intersyndicale de la Soantel avance d’autres raisons. Mamadou Aïdara Diop, coordonnateur général de l’intersyndicale de l’entreprise dirigée par Cheikh Tidiane Mbaye, a révélé avant-hier, lors d’une conférence de presse, que M. Goumbalo Seck a toujours refusé de cautionner l’initiative visant à confier la gestion du trafic international entrant à un prestataire privé « Global Voice Group ». Si l’on croit M. Diop cela se fait « au mépris des conventions de concession d’établissement et d’exploitation de réseau des opérateurs existants et des conventions internationales, notamment celles de Melbourne et l’annexe 4 du protocole d’accord sur la commercialisation des services de l’Omc. Il faut noter qu’une opération est en gestation dans notre pays et serait même à un stade très avancé dans sa mise en œuvre « avec la bénédiction de forces tapies dans l’ombre afin de se partager à titre privé plusieurs dizaines de milliards par an en toute impunité et presque sans aucun investissement supplémentaire ». Ces initiatives, soutient le syndicaliste, ont pu prospérer dans des pays en difficulté au niveau des institutions du fait d’une instabilité politique chronique. C’est le cas en Guinée Conakry, en Guinée-Bissau et en Côte d’Ivoire. C’est plus de 10 milliards par an qui sont en jeu sans aucun impact sur le développement économique et social du pays (pas d’investissement, pas d’emplois à créer et perte de recettes).

Les conséquences d’une telle initiative

Les conséquences sont énormes. En résumé, les impacts d’une surtaxe sur le trafic international entrant et sa gestion par un « Gateway » sont : tarifs élevés pour les consommateurs du fait de la réciprocité de toute surtaxe sur le trafic, développement des solutions alternatives (Voip, sim box, by-pass, etc.). Il s’agit aussi d’un frein au développement du trafic inter Etats malgré les efforts d’interconnexion des réseaux et des usages des solutions classiques de communication. Perte du trafic international entrant et de revenus pour les opérateurs, complexité des relations commerciales, perte de devises et d’impôts pour les économies nationales, problème de sécurité et de défense nationale car toutes les communications entrantes sont minorées, le non-respect de la loi sur le secret des communications (...). Le coordonnateur général de l’Intersyndicale de la Sonatel affirme que ses camarades vont engager, comme ils l’ont fait dans le cadre de la vente des actions de la Sonatel, des initiatives de lutte pour sécuriser le secteur. Un plan d’action est d’ores et déjà élaboré. De l’avis de l’Intersyndicale de la Sonatel, des actions seront menées dans les prochains jours pour contrecarrer les manœuvres tous azimuts de l’Etat et de l’Artp. « Sur cette affaire, nous allons subir les mêmes impacts que les opérateurs qui sont légalement installés au Sénégal à savoir Tigo et Sudatel. Car le trafic international que ceux-ci reçoivent passe par le réseau de Sonatel », explique M. Diop.

Dirigé par Laurent Lamotte, « Global Voice Group » est une société de télécommunication spécialisée dans les fibres optiques (accès Internet, téléphones mobiles...), fondé à Port-au-Prince, à Haïti, en 1998. Son siège est à Miami. À l’origine, cette société s’activait « dans la production musicale ».

Ibrahim Saandi Kemba

(Source :L’Observateur, 14 mai 2010)

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 11 081 424 abonnés Internet

  • 10 817 325 abonnés 2G+3G+4G (97,62%)
    • 2G : 33,28%
    • 3G : 54,50%
    • 4G : 12,13%
  • 97 453 clés et box Internet (0,88%)
  • 145 964 abonnés ADSL/Fibre (1,341%)
  • 17 953 abonnés bas débit (0,16%)
  • 2729 abonnés aux 4 FAI

- Liaisons louées : 22 825

- Taux de pénétration des services Internet : 70,46%

(ARTP, 30 juin 2019)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 4710 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 25 septembre 2018)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 307 030 abonnés
- 236 665 lignes résidentielles (77,08%)
- 70 274 lignes professionnelles (22,89%)
- 91 lignes publiques (0,03%)
- Taux de pénétration : 1,952%

(ARTP, 30 juin 2019)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 17 201 494 abonnés
- Taux de pénétration : 109,38%

(ARTP, 30 juin 2019)

FACEBOOK

- 3 171 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 18,6%

(Facebook, Juin 2019)