twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Épanouissement de la jeunesse africaine : Microsoft Corporation lance une série de conférences

mercredi 30 janvier 2008

Le Dr Cheick Modibo Diarra, président de Microsoft Afrique, présente au Mali la première conférence du cycle Microsoft Leadership Lectures Series qui a pour objectif de promouvoir le débat au sein de la jeunesse africaine à propos de la future prospérité du continent.

Selon le communiqué parvenu à notre rédaction, cette série de conférences permettra à d’éminents leaders d’opinion africains de s’exprimer dans diverses universités du continent, notamment sur des questions sociopolitiques et ce afin de renouveler et de stimuler l’intérêt des jeunes africains pour ces sujets. « Nous espérons générer l’envie, pour les futures générations de leaders africains, de mettre le bien-être du continent et de ses habitants en tête de liste de leurs priorités », a déclaré Cheick Diarra. De l’avis du Dr Diarra, il est important d’offrir aux futurs leaders de l’Afrique « une plate-forme où ils peuvent apporter leurs propres idées et visions sur les façons dont le continent progressera vers le futur et trouver les façons de concrétiser cette progression ». La première conférence de la série se déroulera sur le campus de Badalabougou de l’Université de Bamako, au Mali. Elle s’appuie sur un ouvrage intitulé « Afrique 2025 : Quels futurs possibles pour l’Afrique sub-saharienne ? » écrit par le Dr. Alioune Sall de l’Institut des futurs africains. « Nous donnerons aux participants la possibilité de débattre entre eux et de mettre sur la table des propositions et des idées pour influencer durablement les orientations du continent », déclare le Dr. Sall. Selon ce dernier, « l’Afrique est en face de plusieurs futurs possibles. Il y a de nombreuses questions et variables qui peuvent avoir un effet sur les directions que choisira le continent pour avancer ». L’Afrique, selon le président pour l’Afrique de Microsoft Corporation, ne doit pas rester là à attendre que le sort décide pour elle. « Avec une population relativement jeune, des ressources naturelles importantes et un vaste territoire, l’Afrique est bien placée pour devenir un centre économique mondial incontournable », a indiqué le Dr. Diarra

Le rôle des technologies

Si de nombreuses variables peuvent influencer le futur que l’Afrique choisira pour elle-même, le rôle des technologies occupe certainement une place transversale au cœur de ces variables, pour aider le continent à réaliser pleinement son potentiel à une échelle globale. En effet, grâce aux économies d’échelle, la technologie devient plus abordable et peut aider les gouvernements et le monde des affaires à être plus efficaces. La technologie transforme aussi l’éducation, elle la rend plus accessible, même dans les endroits les plus reculés, au prix d’un peu de temps et d’efforts.

L’Afrique a beaucoup à gagner si ses jeunes sont inspirés. L’interaction entre l’engagement intellectuel des participants et les recherches approfondies conduites par le Dr. Sall et son équipe sera sans aucun doute une alchimie stimulante pour le débat et donnera peut-être naissance à des idées encore meilleures pour le futur de l’Afrique. « Il est tout à fait possible que les actions d’une seule personne affectent de façon exponentielle et spectaculaire celles de millions d’autres », a estimé le Dr Sall. « Nous sommes impatients de voir quels effets cette série de conférences pourra avoir sur les potentiels futurs de l’Afrique », a-t-il poursuivi. Quant au Dr Diarra, il a rappelé la fierté de Microsoft de fournir des produits qui aident chacun à atteindre son plein potentiel tout comme de proposer ce cycle de conférences. « Cette initiative confirme l’important engagement citoyen du leader mondial du logiciel », a conclu le Dr Diarra.

Daouda Mané

(Source : Le Soleil, 30 janvier 2008)

Mots clés

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 15 418 058 abonnés Internet

  • 15 064 336 abonnés 2G+3G+4G (97,72%)
    • 2G : 21,30%
    • 3G : 39,18%
    • 4G : 39,52%
  • 195 457 abonnés ADSL/Fibre (1,28%)
  • 156 129 clés et box Internet (1,00% )
  • 2 136 abonnés aux 4 FAI (0,02%)
  • Internet fixe : 1,28%
  • Internet mobile : 98,72%

- Liaisons louées : 4 131

- Taux de pénétration des services Internet : 92,29%

(ARTP, 30 juin 2021)

- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 252 221 abonnés
- 210 908 résidentiels (83,62%)
- 41 313 professionnels (16,38%)
- Taux de pénétration : 1,51%

(ARTP, 30 juin 2021)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 19 667 613 abonnés
- Taux de pénétration : 117,73%

(ARTP, 30 juin 2021)

FACEBOOK

3 900 000 utilisateurs

Taux de pénétration : 23%

- Facebook : 3,2 millions

- Instagram : 1,2 million

- LinkedIn : 680 000

- Twitter : 148 400

(Hootsuite, Février 2021)