twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Enseignement supérieur : L’Université virtuelle du Sénégal en eau trouble

mardi 2 janvier 2018

Les 8000 étudiants de l’Universités virtuelle du Sénégal (UVS) rencontrent d’énormes difficultés. Et pour cause, dénoncent-ils, certaines lenteurs et des défaillances techniques menacent sérieusement les enseignements distillés via le net.

En première année, nous avons débuté au mois d’aout. Le Premier semestre s’est fait le 19 décembre 2016 après, on est resté 4 mois pour faire le deuxième semestre », a déploré un étudiant de l’UVS au micro de Sud Fm.

Selon lui, les étudiants de cet établissement n’ont pas les mêmes chances que leurs camarades des autres universités et pour cause, déclare-t-il, « un étudiant qui a obtenu son bac en 2016 et qui a été orienté à l’UVS, et un autre qui a son diplôme en 2017 orienté à l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar (UCAD), on est en 2018 et ils sont au même niveau ».

Concernant les défaillances techniques, l’étudiant indique que des couacs interviennent en plein cours à cause des aléas de la plateforme. Celle-ci a tendance parfois « à rejeter » un apprenant s’il n’est pas authentifié alors que ce dernier est en plein cours. Ce qui ce qui fait que, explique-t-il, « vous devez vous déconnecter et vous reconnecter. Et si le tuteur ne comprend pas, il peut se dire que l’étudiant est indiscipliné ». S’y ajoute que les baffles leur permettant d’entendre le prof ne sont pas toujours fonctionnels.

La connectivité est aussi pointé du doigt puisque, avec les 4G qui leur sont octroyés à chaque fin du mois, ils affirment ne pas être en mesure d’effectuer correctement les recherches supplémentaire d’usage vue la rapidité avec laquelle la nouvelle plateforme épuise leur connexion.

Le responsable des UVS a été contacté en vain par nos confrères.

(Source : Pressafrik, 2 janvier 2018)

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 15 418 058 abonnés Internet

  • 15 064 336 abonnés 2G+3G+4G (97,72%)
    • 2G : 21,30%
    • 3G : 39,18%
    • 4G : 39,52%
  • 195 457 abonnés ADSL/Fibre (1,28%)
  • 156 129 clés et box Internet (1,00% )
  • 2 136 abonnés aux 4 FAI (0,02%)
  • Internet fixe : 1,28%
  • Internet mobile : 98,72%

- Liaisons louées : 4 131

- Taux de pénétration des services Internet : 92,29%

(ARTP, 30 juin 2021)

- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 252 221 abonnés
- 210 908 résidentiels (83,62%)
- 41 313 professionnels (16,38%)
- Taux de pénétration : 1,51%

(ARTP, 30 juin 2021)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 19 667 613 abonnés
- Taux de pénétration : 117,73%

(ARTP, 30 juin 2021)

FACEBOOK

3 900 000 utilisateurs

Taux de pénétration : 23%

- Facebook : 3,2 millions

- Instagram : 1,2 million

- LinkedIn : 680 000

- Twitter : 148 400

(Hootsuite, Février 2021)