twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Enseignement à distance : l’UVS, un succès à renforcer

lundi 7 juin 2021

Créée en 2013 suite aux recommandations des concertations nationales sur l’avenir de l’enseignement supérieur, l’Université virtuelle du Sénégal (Uvs) a connu une montée en puissance rapide. Son modèle pédagogique (comodal adapté) est salué par ses travailleurs, les parents et les étudiants. Mais ils demandent plus de moyens.

Lors du Conseil présidentiel du 14 août 2013 qui faisait suite aux Concertations nationales sur l’avenir de l’enseignement supérieur, le Chef de l’Etat avait décidé de mettre les Technologies de l’information et de la communication (Tic) au cœur du développement de l’enseignement supérieur et de la recherche pour améliorer l’accès à l’enseignement supérieur et l’efficacité du système. C’est dans ce cadre que l’Uvs a vu le jour. Depuis lors, l’institution a connu une montée en puissance qui en fait, aujourd’hui, la deuxième université du pays en termes d’effectifs. Une montée en puissance liée en grande partie à son modèle pédagogique caractérisé par un enseignement en ligne et en présentiel, mais aussi par son accessibilité. Son modèle pédagogique est comodal adapté. Selon le coordonnateur de l’Uvs, Pr. Moussa Lo, c’est un système de formation où coexistent de façon simultanée les modes de formation en présentiel et à distance. Ce qui permet à l’étudiant de choisir, sur une base hebdomadaire, le mode de diffusion qui lui convient, en fonction de ses besoins ou de ses préférences. L’autre atout de l’Uvs, c’est d’avoir réussi le maillage du territoire à travers ses 14 Espaces numériques ouverts (Eno). L’ambition des autorités, c’est de couvrir les 45 départements. Aujourd’hui, vu le contexte marqué principalement par la pandémie de Covid-19, le modèle d’enseignement de l’institution a montré toute sa pertinence.

Parents, étudiants et syndicalistes saluent la création de l’Uvs mais demandent plus de moyens. « L’Uvs est un modèle nouveau qui n’est pas très connu mais qui, depuis un certain temps, s’impose comme une référence », confie Abdou Khadre Diop, le secrétaire général adjoint de la section locale du Saes. Il en veut pour preuve la pandémie de Covid-19 qui a conduit beaucoup d’universités à adopter l’enseignement à distance. En plus, poursuit le syndicaliste, l’Uvs a fait des émules dans des pays comme la Côte d’Ivoire, d’autres comme le Mali et le Tchad sont venus s’inspirer de son modèle. Le coordonnateur de l’intersyndicale des personnels administratifs, techniques et de service de l’Uvs, Pape Daouda Dieng, affirme à son tour que l’institution a un modèle pédagogique performant et satisfaisant. « L’Uvs a un modèle pédagogique comodal qui fonctionne correctement et donne satisfaction aux étudiants », explique M. Dieng. Selon lui, en première année, l’étudiant fait plus de cours en présentiel portant sur le leadership, le développement personnel, l’initiation en informatique. Après cette étape, poursuit-il, l’étudiant se familiarise avec l’enseignement à distance. « Il est encadré par des tuteurs. Il n’est pas laissé à lui-même », a précisé le syndicaliste qui souligne que le modèle comodal a permis à l’Uvs d’avoir de bons résultats.

Le président de l’Union nationale des parents d’élèves et d’étudiants du Sénégal (Unapees), Abdoulaye Fané, abonde dans le même sens, le modèle pédagogique de l’Uvs a montré toute sa pertinence. « Nous sommes au 21ème siècle. C’est l’heure des Tic avec une nouvelle approche scientifique, technologique et pédagogique qui peut permettre de faire des enseignements », explique-t-il. C’est pourquoi, à son avis, l’enseignement à distance comme pratiqué par l’Uvs doit être privilégié.

Plaidoyer pour plus de moyens

Trouvé à la Place de l’Obélisque avec ses camarades, Moussa, élève en classe de première au lycée Blaise Diagne, amoureux du net, espère être orienté à l’Uvs, après le bac. Trouvée au même endroit, Astou qui est en terminale au lycée Kennedy, est déjà fascinée par le modèle pédagogique l’université virtuelle, et son rêve à elle aussi, c’est d’y poursuivre ses études. « Je suis tentée par l’enseignement à distance. En plus, y a plus de liberté pour l’étudiant », confie la lycéenne qui a déjà un frère pensionnaire de cette université.

Mais les responsables syndicaux de l’Uvs, tout comme les parents d’élèves, sont unanimes à dire que l’établissement a besoin d’un accompagnement de la part des pouvoirs publics. Le modèle, qui n’est pas à 100 % virtuel, nécessite beaucoup de moyens et d’investissements, car certains enseignements sont dispensés dans les Eno, explique Abdou Khadre Diop du Saes. Et malheureusement, constate-t-il, l’Uvs ne dispose que de cinq Eno aux normes alors qu’elle compte 50 000 étudiants. « L’Uvs a besoin d’accompagnement, de financement pour construire des Eno, disposer d’outils pédagogiques, renforcer le personnel », plaide M. Diop. Abdoulaye Fané de l’Unapees demande à son tour l’augmentation du budget.

Aliou Kandé

(Source : Le Soleil, 7 juin 2021)

Post-Scriptum

Macky Sall veut plus de moyens pour l’UVS

Le plaidoyer des travailleurs de l’Uvs demandant plus de moyens pour leur université a été bien entendu par le Chef de l’Etat. Lors du Conseil des ministres du 12 mai dernier, Macky Sall avait donné des instructions au ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, de prendre toutes les dispositions avec son homologue des Finances et du Budget, afin de renforcer les ressources financières nécessaires au développement de l’Uvs, au fonctionnement adéquat des Eno, ainsi qu’à la dotation des étudiants en ordinateurs et matériels pédagogiques adaptés. Il avait également demandé au ministre de l’Enseignement supérieur d’engager un audit général du fonctionnement de l’Uvs, dans le cadre de l’évaluation des concertations nationales sur l’enseignement supérieur, la recherche et l’innovation.

Aliou Kandé

Des résultats satisfaisants

Malgré l’insuffisance des moyens, l’Uvs enregistre des résultats satisfaisants. Selon un document de sa cellule de communication, en licence 1, le taux de réussite se situe entre 47,7% et 69,2%. En licence 2, il est entre 63,98% et 85,7%. En licence 3, ce taux est entre 84,62 et 89%. Pour le master 1, il est de 76,39%. Au total, l’Uvs compte à ce jour 3.994 diplômés en licence dont 506 pour la promotion 1950 pour la promotion 2, 1241 pour la promotion 3 et 1297 pour la promotion 4. Concernant le taux d’insertion professionnelle, l’Uvs révèle qu’il est de 13.45 % en 2020 (284 insérés sur 2.111 répondants).

Aliou Kandé

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 15 418 058 abonnés Internet

  • 15 064 336 abonnés 2G+3G+4G (97,72%)
    • 2G : 21,30%
    • 3G : 39,18%
    • 4G : 39,52%
  • 195 457 abonnés ADSL/Fibre (1,28%)
  • 156 129 clés et box Internet (1,00% )
  • 2 136 abonnés aux 4 FAI (0,02%)
  • Internet fixe : 1,28%
  • Internet mobile : 98,72%

- Liaisons louées : 4 131

- Taux de pénétration des services Internet : 92,29%

(ARTP, 30 juin 2021)

- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 252 221 abonnés
- 210 908 résidentiels (83,62%)
- 41 313 professionnels (16,38%)
- Taux de pénétration : 1,51%

(ARTP, 30 juin 2021)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 19 667 613 abonnés
- Taux de pénétration : 117,73%

(ARTP, 30 juin 2021)

FACEBOOK

3 900 000 utilisateurs

Taux de pénétration : 23%

- Facebook : 3,2 millions

- Instagram : 1,2 million

- LinkedIn : 680 000

- Twitter : 148 400

(Hootsuite, Février 2021)