twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Enregistrement dans les centres d’état civil : Vers la digitalisation des données

samedi 16 novembre 2019

Après l’installation du comité de pilotage de la Stratégie nationale de l’état civil, le ministre Oumar Guèye a présidé hier l’atelier préparatoire de son élaboration. Une rencontre qui s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre d’un système d’enregistrement des faits et statistiques liés à l’état civil.

Le Président Macky Sall avait demandé au gouvernement d’accélérer la digitalisation intégrale de l’état civil. Le ministre Oumar Guèye met un autre pas vers l’acte. En effet, après l’installation du comité de pilotage de la Stratégie nationale de l’état civil le 20 septembre dernier, le ministre des Collectivités territoriales, du développement et de l’aménagement du territoire a présidé hier un atelier de préparation de l’élaboration de la Stratégie nationale d’un système d’enregistrement des faits et statistiques de l’état civil. Cela, explique M. Guèye, pour consigner les statistiques portant sur les faits d’état civil tels que les naissances, les décès, les mariages, les divorces, entre autres. Selon le ministre, ce système administratif gouvernemental permettra de disposer d’un enregistrement permanent de chaque fait, de garantir aux individus la reconnaissance de leur identité légale, le droit d’accès aux services publics, la protection sociale et le respect des droits de l’Homme. Ce système facilitera également, d’après Oumar Guèye, la production des statistiques sur la dynamique des populations et les indicateurs de santé sur une base continue pour le pays dans son ensemble. Des informations statistiques essentielles sur lesquelles, renchérit-t-il, « se fonderont les décideurs pour formuler, planifier, mettre en œuvre et suivre les politiques ». « Les questions liées à l’état civil sont également en lien avec les données à caractère personnel qui sont du ressort de la Commission des données personnelles (Cdp) », dit-il. C’est la raison pour laquelle, assène M. Guèye, le gouvernement ne peut pas permettre, sous ce registre, des interventions tous azimuts non coordonnées. En termes clairs, « une seule et unique Stratégie nationale des systèmes d’enregistrement des faits et statistiques de l’état civil au Sénégal verra le jour et toutes les interventions en ce sens se feront sur la base de ladite stratégie ».

Bassirou Mbaye

(Source : Le Quotidien, 16 novembre 2019)

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 11 081 424 abonnés Internet

  • 10 817 325 abonnés 2G+3G+4G (97,62%)
    • 2G : 33,28%
    • 3G : 54,50%
    • 4G : 12,13%
  • 97 453 clés et box Internet (0,88%)
  • 145 964 abonnés ADSL/Fibre (1,341%)
  • 17 953 abonnés bas débit (0,16%)
  • 2729 abonnés aux 4 FAI

- Liaisons louées : 22 825

- Taux de pénétration des services Internet : 70,46%

(ARTP, 30 juin 2019)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 4710 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 25 septembre 2018)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 307 030 abonnés
- 236 665 lignes résidentielles (77,08%)
- 70 274 lignes professionnelles (22,89%)
- 91 lignes publiques (0,03%)
- Taux de pénétration : 1,952%

(ARTP, 30 juin 2019)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 17 201 494 abonnés
- Taux de pénétration : 109,38%

(ARTP, 30 juin 2019)

FACEBOOK

- 3 171 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 18,6%

(Facebook, Juin 2019)