twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Enjeux de la communication pour l’Afrique : Un audiovisuel fort, comme voie de salut

samedi 7 janvier 2006

« Les enjeux de la communication pour l’Afrique du 21e siècle », tel est le thème introduit, mercredi dernier, par l’ancien directeur de la Rts, Mactar Sylla, lors d’une conférence organisée par l’Ecole supérieure de commerce de Dakar. Actuel directeur général de Spectrum Télévision (Cameroun), Mactar Sylla soutient que le contexte actuel de l’Afrique est « marqué par un essor de la communication ». « L’évolution de la technologie offre aujourd’hui la possibilité d’accès à une gamme élargie de programmes audiovisuels », souligne-t-il. Ce qui a permis, selon lui, de passer du monopole à la libéralisation.

De l’avis du conférencier, l’Afrique, qui présente des situations disparates d’un pays à l’autre, est à la croisée des chemins dans le contexte de la globalisation. Il s’y ajoute un manque de politique extérieure. A l’en croire, les questions qu’on doit se poser c’est : « quel régime de communication il nous faut pour faire quoi ? Et quel type de régulation pour le paysage audiovisuel ? ». Pour le patron de Spectrum Télévision, il faut « éviter de camper sur les schémas classiques » mais aussi et surtout de créer « un service public fort de l’audiovisuel ».

La question du financement public de l’audiovisuel, note-t-il, est résolue dans la plupart des pays. Même si, remarque-t-il, plusieurs chaînes de télévisions africaines, qui tirent leur financement des bailleurs privés, de la publicité, etc., ont un statut peu enviable. « La bataille du 21 siècle, sera celui du contenu », soutient Mactar Sylla. Selon lui, les organes de régulation, qui doivent assurer l’équilibre du paysage audiovisuel avec le concours du politique, sont caractérisés par « un péché originel ». Cela est lié au fait que ces instances sont insérées dans « une politique politicienne ».

De l’amélioration des conditions de travail à la question de la redevance des télévisions en passant par le poids économique du secteur de l’audiovisuel, Mactar Sylla n’a laissé aucun point en rade dans sa communication. Aujourd’hui, l’ancien patron de la Rts rêve d’une « Association de télévisions et producteurs privés d’Afrique ».

Joseph DIEDHIOU

(Source : Wal Fadjri, 7 janvier 2006)

Mots clés

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 10 534 038 abonnés Internet

  • 10 531 260 abonnés 2G+3G+4G (97,58%)
    • 2G : 29,14%
    • 3G : 54,77%
    • 4G : 16,08%
  • 101 090 clés et box Internet (0,96%)
  • 151 915 abonnés ADSL/Fibre (1,47%)
  • 1781 abonnés bas débit (0,02%)
  • 2778 abonnés aux 4 FAI

- Liaisons louées : 22 570

- Taux de pénétration des services Internet : 66,98%

(ARTP, 30 septembre 2019)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 5800 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, décembre 2019)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 225 643 abonnés
- 183 331lignes résidentielles (81,25%)
- 42 312 lignes professionnelles (18,75%)
- Taux de pénétration : 1,4352%

(ARTP, 30 septembre 2019)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 17 398 285 abonnés
- Taux de pénétration : 110,63%

(ARTP, 30 septembre 2019)

FACEBOOK

- 3 171 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 18,6%

(Facebook, Juin 2019)