twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Enjeux de l’information dans un monde global : L’Ipao réduit la fracture

vendredi 14 décembre 2007

Les Technologies de l’information et de la communication n’en finissent de susciter des innovations. Internet innove et crée de nouveaux instruments que les Africains ont tout intérêt à maîtriser rapidement.

Face à un monde devenu de plus en plus global et où la maîtrise des flux d’informations est stratégique, l’Afrique a sa partition à jouer. Du fait de leur fort taux d’analphabétisme, les populations africaines ont tout intérêt à s’arrimer au train des Technologies de l’information et de la communication (Tic) pour rester au rythme des autres nations. Cela n’est pourtant pas encore le cas, dans la mesure ou l’Afrique n’est la source que de 0,02% des productions mondiales en matière d’information. De plus, les outils de diffusion des Tics, l’ordinateur entre autres, sont un luxe que ne peuvent se permettre des millions de personnes en Afrique. S’y ajoute le coût élevé des connections Internet, qui constitue le plus sûr moyen de maintenir les Africains en dehors du développement.

Aujourd’hui, les informations circulent à travers le monde en abolissant les distances et en dehors de toute notion temporelle. Le monde devenu global échange ses flux d’informations en temps réel. Cette démocratisation de l’accès n’est pas sans soulever des interrogations et des inquiétudes. Pour tenter d’y répondre, des professionnels africains de la presse et des Tics sont réunis à Dakar depuis hier, pour un atelier de trois jours.

Organisée par l’Institut Panos de l’Afrique de l’Ouest (Ipao), cet atelier permettra de pousser la réflexion sur les nouveaux défis que représentent ces outils, à travers le thème : « Nouvelles technologies, nouveau journalisme, renforcement de la gouvernance ». Une révolution qui ne saurait laisser indifférent un secteur comme la presse. Un secteur qui a vu éclore ces dernières années, de puissants outils numériques tels que le Web 2.0, qui a favorisé l’éclosion d’un nouveau type de journalisme, à travers la diffusion des blogs. Ces derniers ne sont pas toujours l’œuvre de journalistes, mais sont le reflet d’une large part de la société. Aussi bien les politiques que les jeunes y trouvent un moyen d’expression gratuit et d’utilisation facile, pour peu qu’on sache manipuler de tels concepts.

Les mutations introduites par les Tics sont importantes car, elles changent la perception même de nombreux concepts. Là ou l’information était un processus à sens unique basé sur les journaux écrits, la prolifération des sites web introduit l’interactivité et même plus. Elle permet aux consommateurs traditionnels de participer à la création de l’information. Cette révolution technologique qui devrait prendre source dans les écoles de formation de journaliste, ne l’est pourtant pas. Catégorique, Eugénie Aw, la directrice du Centre d’études des sciences et techniques de l’information (Cesti), affirme que « les écoles de journalisme de l’Afrique francophone n’ont pas fait leur révolution technologique ». Elle poursuit en soulignant que « le Cesti en est resté aux technologies apportées par les bailleurs canadiens ». C’était dans les années 1970 et 1980. Une autre ère.

Mame Woury Thioubou

(Source : Le Quotidien, 14 décembre 2007)

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 12 045 735 abonnés Internet

  • 11 779 800 abonnés 2G+3G+4G (97,8%)
    • 2G : 25,88%
    • 3G : 53,06%
    • 4G : 21,06%
  • 108 945 clés et box Internet (0,90%)
  • 152 047 abonnés ADSL/Fibre (1,29%)
  • 1766 abonnés bas débit (0,02%)
  • 3 177 abonnés aux 4 FAI
  • Internet fixe : 1,30%
  • Internet mobile : 98,70%

- Liaisons louées : 22 060

- Taux de pénétration des services Internet : 74,31%

(ARTP, 31 décembre 2019)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 5800 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, décembre 2019)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 207 592 abonnés
- 165 915 lignes résidentielles (79,92%)
- 41 677 lignes professionnelles (20,08%)
- Taux de pénétration : 1,28%

(ARTP, 31 décembre 2019)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 17 880 594 abonnés
- Taux de pénétration : 110,31%

(ARTP, 31 décembre 2019)

FACEBOOK

- 3 171 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 18,6%

(Facebook, Juin 2019)