twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

En Afrique, une start-up sur deux a fermé au cours de la décennie écoulée

mercredi 1er juillet 2020

L’écosystème des start-up africaines a connu un taux d’échec de plus de 50% entre 2010 et 2018. Les secteurs ayant enregistré un pourcentage élevé de fermeture se retrouvent sur les réseaux sociaux et concernent majoritairement l’E-commerce.

En Afrique, la moitié des start-up créées au cours de la dernière décennie ont fermé, selon une enquête réalisée par Weetracker et publiée dans le rapport « The Better Africa ». L’enquête, menée sur une sélection de 500 start-up, a révélé un taux de fermeture de 54,20%.

Les pays qui ont connu les taux de fermeture les plus élevés de start-up sont l’Éthiopie (75%), le Rwanda (75%) et le Ghana (73,91%). Parmi les hubs de start-up les plus importants en Afrique, le Nigeria a enregistré 61,05% de fermetures, suivi du Kenya (58,73%) et de l’Afrique du Sud (54,39%).

L’analyse par secteur montre que les start-up des réseaux sociaux (96%), commerces en ligne (76%), analytique (75%), marketplace, médias et divertissement (68%) sont les secteurs avec les taux d’échec les plus élevés, tandis que la haute technologie est le secteur avec le taux d’échec le plus bas.

Ces fermetures sont justifiées par le coût élevé de création de produits originaux. Du reste, l’absence de marché (la majorité des start-up étant fondées sur une idée nouvelle), la faible demande, le manque de fonds, le manque d’expérience et la concurrence constituent de manière générale les causes d’échec les plus communes aux start-up.

Les entrepreneurs ayant réussi ou échoué dans leurs aventures ont évoqué entre autres l’analyse concrète des besoins du marché, le financement externe et l’acquisition de talents, comme étant des solutions indispensables pour la survie d’une start-up.

Cela dit, si l’Afrique enregistre un taux d’échec de plus de 50%, ces statistiques sont relativement faibles par rapport à celles des États-Unis avec un taux d’échec de 67% sur 2 ans, et l’Inde avec un taux d’échec de 90% sur 5 ans.

Aïsha Moyouzame

(Source : Agence Ecofin, 1er juin 2020)

Mots clés

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 15 418 058 abonnés Internet

  • 15 064 336 abonnés 2G+3G+4G (97,72%)
    • 2G : 21,30%
    • 3G : 39,18%
    • 4G : 39,52%
  • 195 457 abonnés ADSL/Fibre (1,28%)
  • 156 129 clés et box Internet (1,00% )
  • 2 136 abonnés aux 4 FAI (0,02%)
  • Internet fixe : 1,28%
  • Internet mobile : 98,72%

- Liaisons louées : 4 131

- Taux de pénétration des services Internet : 92,29%

(ARTP, 30 juin 2021)

- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 252 221 abonnés
- 210 908 résidentiels (83,62%)
- 41 313 professionnels (16,38%)
- Taux de pénétration : 1,51%

(ARTP, 30 juin 2021)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 19 667 613 abonnés
- Taux de pénétration : 117,73%

(ARTP, 30 juin 2021)

FACEBOOK

3 900 000 utilisateurs

Taux de pénétration : 23%

- Facebook : 3,2 millions

- Instagram : 1,2 million

- LinkedIn : 680 000

- Twitter : 148 400

(Hootsuite, Février 2021)