twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Elections locales : La bataille sera aussi « Technologique »

vendredi 6 juin 2014

Les locales ne se feront pas sans les nouvelles technologies. Internet est devenu le fer de lance de la communication électorale. La bataille pour les postes de maire se joue désormais par écrans interposés.

En période électorale ou pré-électorale, il est nécessaire voire capital pour les candidats en lice de se prémunir contre les attaques numériques qui peuvent avoir un effet immédiat dévastateur. Nous nous souvenons récemment de cet élu local français jean François Humbert, qui avait vu le nom de domaine qu’il voulait utiliser pour son site de campagne acheté et utilisé par un concurrent.

Dans certains cas du contenu négatif est créé sur les adversaires politiques et mis en avant sur les moteurs de recherche. Toutes ces pratiques bien que vicieuses et destructrices, sont toutefois totalement légales d’où la nécessité d’avoir une cellule de veille technologique pour les candidats les plus exposés sur le plan médiatique. Au Sénégal le vice est encore poussé plus loin.

Puisque des maitre-chanteurs professionnels réalisent des montages photos ou de fausses bandes sonores en vue de mettre en cause des candidats ou des membres de leur famille pour soutirer de l’argent à ces derniers. Le procédé est simple les maitres chanteurs volent des photos sur facebook puis les transforment ou tout simplement vous appellent en simulant en sondage pour avoir le son de votre voix qu’ils vont ensuite falsifier et monter pour vous faire dire des choses néfastes pour votre image.

Ensuite ils contactent les candidats ou leurs proches qu’ils sont censés incriminés et les menacent de leur faire subir le même sort que celui qu’a connu le désormais tristement célèbre Tange Tandian en diffusant les éléments qu’ils ont à leur disposition largement dans la presse en ligne s’ils ne leur remettent pas de fortes sommes d’argent. Pour se protéger, les candidats ainsi que leurs proches sont priés de contrôler le contenu qu’ils publient sur les réseaux sociaux et être très vigilants jusqu’à la campagne par rapport aux appels téléphoniques qu’ils reçoivent d’inconnus. L’état est aussi invité à prendre ses responsabilités parce que sans nul doute la campagne sera mouvementée.

(Source : Social Net Link, 6 juin 2014)

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 15 418 058 abonnés Internet

  • 15 064 336 abonnés 2G+3G+4G (97,72%)
    • 2G : 21,30%
    • 3G : 39,18%
    • 4G : 39,52%
  • 195 457 abonnés ADSL/Fibre (1,28%)
  • 156 129 clés et box Internet (1,00% )
  • 2 136 abonnés aux 4 FAI (0,02%)
  • Internet fixe : 1,28%
  • Internet mobile : 98,72%

- Liaisons louées : 4 131

- Taux de pénétration des services Internet : 92,29%

(ARTP, 30 juin 2021)

- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 252 221 abonnés
- 210 908 résidentiels (83,62%)
- 41 313 professionnels (16,38%)
- Taux de pénétration : 1,51%

(ARTP, 30 juin 2021)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 19 667 613 abonnés
- Taux de pénétration : 117,73%

(ARTP, 30 juin 2021)

FACEBOOK

3 900 000 utilisateurs

Taux de pénétration : 23%

- Facebook : 3,2 millions

- Instagram : 1,2 million

- LinkedIn : 680 000

- Twitter : 148 400

(Hootsuite, Février 2021)