twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

El Hadj Ndiaye a raison et ….a tort à la fois

mercredi 9 juillet 2014

C’est comme si le boss de la 2STV confirmait les craintes et préoccupations que j’ai soulevées la semaine dernière. Le passage de l’analogique au numérique tourne au « nightmare » pour les acteurs du secteur de l’audiovisuel.

Même si le Contan ne veut pas le reconnaître et campe sur ses certitudes, la réalité est que les chaines de télévisions se trouvent devant une situation assez floue due essentiellement à un déficit de communication et surtout à une illisibilité sur ce que leur réserve le Contan. Les Sénégalais ont applaudi quand l’équipe drivée par Amadou Top a joué la préférence nationale en attribuant à Excaf le marché de l’opérateur de multiplexage, mais il y a comme une chape de plomb dans les ailes du Contan quant à sa capacité à rassurer les patrons de chaines comme El Hadj Ndiaye qui déplorent, à juste titre, le flou qui entoure leur avenir.

El Hadj Ndiaye a raison de s’interroger sur la lisibilité des actions du Contan mais il a tort aussi de ramener le passage au numérique à la seule question des chaines de télévision. Le passage est beaucoup plus complexe que cela. Le Contan va devoir se bouger et faire face à d’autres questions qui vont au-delà des patrons de chaines. La question des téléviseurs qui continuent à être massivement importés sans aucun encadrement pour voir s’ils sont aux normes ou pas. Contrairement à beaucoup de pays européens ou autres, notre pays, à l’instar de ceux de l’Uemoa, a choisi la norme de diffusion DVB-T2 et la MPEG 4 pour la compression. Cette norme que nos techniciens ont fait adopter entraîne aussi des conséquences sur le choix des téléviseurs qui peuvent supporter la DVB-T2.

En effet, la plupart des téléviseurs vendus ici, même neufs, auront besoin d’un décodeur pour diffuser la norme choisie au Sénégal. Et cela personne n’en parle, alors qu’au finish ce qui importe pour les sénégalais c’est de disposer d’un téléviseur capable de leur faire voir leurs chaines nationales. Comment équiper toutes familles sénégalaises en décodeurs ? À quel coût ? Qui va payer ? Et avec quel nombre de chaines ? Quelles seront les chaines payantes ? Quelles seront les chaines gratuites ? Voilà une série de questions sur lesquelles les Sénégalais et les responsables de chaines attendent des réponses.

Adama Sow

(Source : Leral, 9 juillet 2014)

Mots clés

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 10 770 683 abonnés Internet

  • 10 512 647 abonnés 2G+3G+4G (97,60%)
  • 99 177 clés et box Internet (1,11%)
  • 138 743 abonnés ADSL (1,31%)
  • 17 952 abonnés bas débit (0,17%)
  • 2164 abonnés aux 4 FAI

- Liaisons louées : 22 633

- Taux de pénétration des services Internet : 68,49%

(ARTP, 31 mars 2019)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 59,80%

(Internet World Stats 31 décembre 2017)

- 4710 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 25 septembre 2018)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 307 736 abonnés
- 237 282 lignes résidentielles (77,11%)
- 70 363 lignes professionnelles (22,86%)
- 84 lignes publiques (0,03%)
- Taux de pénétration : 1,95%

(ARTP, 31 mars 2019)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 16 977 104 abonnés
- Taux de pénétration : 107,95%

(ARTP, 30 septembre 2018)

FACEBOOK

- 3 100 000 utilisateurs
- Taux de pénétration de Facebook : 32%

(Facebook Ads, décembre 2018)