twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Ejara permet d’investir plus facilement sur les cryptomonnaies avec des Francs CFA

mardi 3 mai 2022

Parce que la famille de Nelly Chatué-Diop avait tout perdu à cause de la dévaluation du FCFA, elle a d’abord voulu épargner en devises. Mais son projet a débouché sur opportunité qui change la manière d’investir sur les cryptomonnaies.

Ejara, une entreprise basée à Douala, et fondée par la camerounaise Nelly Chatué-Diop, a fait l’actualité fin 2021, lorsqu’elle a annoncé avoir mobilisé 2 millions $ seulement un an après sa création, pour financer les prochaines étapes de sa croissance. Mais ce que beaucoup de personnes ignorent, c’est la révolution qu’elle a introduite dans le pays en permettant d’investir en FCFA sur les cryptomonnaies.

Des vidéos sur la plateforme YouTube renseignent qu’il était déjà possible d’acheter et de conserver ces nouveaux genres d’actifs financiers. Mais la procédure est longue, complexe et limitée. Si des plateformes existantes permettent de gérer un portefeuille digital, l’étape du paiement reste la plus délicate, car il faut faire un transfert d’argent via le mobile à la personne qui veut céder ses cryptomonnaies. Aussi sur ces plateformes, les clés du portefeuille virtuel ne sont pas détenues par les clients, les exposant à des risques de pertes en cas d’attaques par des cybercriminels.

Ejara apporte une solution à ces deux problèmes. Sa plateforme permet d’effectuer des transactions sans aucune opération extérieure. Par ailleurs, la clé des portefeuilles de ses utilisateurs est leur possession, réduisant ainsi les risques. Mais au-delà de réduire les étapes pour l’investissement dans les cryptomonnaies, la plateforme donne aussi la possibilité aux Africains de la diaspora de partager leurs gains avec leurs familles via des transferts d’argent ou de crypto-monnaies. Pour sécuriser le processus, l’entreprise dit travailler sur la blockchain Tezos, qui revendique un solide bilan de sécurité.

La solution proposée par Ejara est la rencontre entre le passé de sa fondatrice et son évolution académique et professionnelle. Nelly Chatué-Diop confie avoir été touchée très jeune, en 1994, par les conséquences de la brusque dévaluation du FCFA qui avait réduit le pouvoir d’achat de ses parents. « J’étais très jeune et nous faisions partie de la classe moyenne. Du jour au lendemain, toutes nos économies ont diminué et le gouvernement n’a même pas pu payer les salaires », a-t-elle fait savoir, selon les propos recueillis par Techcrunch.

Son cursus académique lui a donné des outils pour apprendre à développer des solutions informatiques et son parcours professionnel lui a permis d’acquérir de l’expérience dans la création et la gestion des processus de paiement et de tarification. Même si de nombreuses plateformes permettent à des personnes basées en Afrique d’investir directement sur des crypto-monnaies, peu étaient connues dans les pays de l’Afrique francophone subsaharienne.

Ejara revendique déjà près de 8000 utilisateurs, mais doit évoluer sur un marché où la régulation impose des barrières. Dans les zones CEMAC et UEMOA, les banques centrales sont réticentes à autoriser ce type de transactions. Elles sont confortées par des situations où des plateformes promettant de gros rendements ont entraîné des pertes pour leurs utilisateurs. La décision de la République centrafricaine de faire du Bitcoin une monnaie légale semble être une opportunité.

Aujourd’hui, l’entreprise se tourne vers de nouveaux objectifs. Elle veut permettre à ses utilisateurs d’acheter des actions en bourse d’entreprises comme Amazon, Netflix ou Microsoft, d’investir sur les matières premières et surtout d’acheter des monnaies étrangères comme le dollar américain. A ce moment-là, Nelly Chatué-Diop aura complètement réalisé son rêve, de mettre à des solutions d’investissement et d’épargne à la disposition des personnes vivant en Afrique, qui les protégeront contre une éventuelle dévaluation.

Naturellement, cette protection a un prix. Pour chaque transaction, la plateforme prélève des frais conformément à son modèle économique.

(Source : Agence Ecofin, 3 mai 2022)

Mots clés

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 16 350 690 abonnés Internet

  • 16 349 008 abonnés 2G+3G+4G (97,25%)
    • 2G : 18,12%
    • 3G : 32,22%
    • 4G : 49,66%
  • 213 908 abonnés ADSL/Fibre (1,32%)
  • 234 052 clés et box Internet (1,43% )
  • 1682 abonnés aux 4 FAI (0,02%)
  • Internet fixe : 1,30%
  • Internet mobile : 98,670%

- Liaisons louées : 4 491

- Taux de pénétration des services Internet : 94,98%

(ARTP, 31 mars 2022)

- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 266 260 abonnés
- 225 387 résidentiels (84,65%)
- 40872 professionnels (15,35%)
- Taux de pénétration : 1,54%

(ARTP, 31 mars 2022)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 20 067 256 abonnés
- Taux de pénétration : 116,57%

(ARTP, 31 mars 2022)

FACEBOOK

3 850 000 utilisateurs

Taux de pénétration : 23%

- Facebook : 2,95 millions

- Instagram : 1,1 million

- LinkedIn : 800 000

- Twitter : 189 800

(Datareportal, Mars 2022)

PRÉSENTATION D’OSIRIS

batik