twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Egypte : L’ONG Amnesty International dénonce le projet de loi sur la cybercriminalité et les médias

vendredi 6 juillet 2018

Alors que le gouvernement égyptien a plusieurs fois déjà censuré des sites web et des plateformes Internet sous le prétexte de la sécurité national, il pourra peut-être désormais s’appuyer sur une base juridique pour justifier sa censure. Le 5 juin 2018, le parlement égyptien a approuvé une loi sur la cybercriminalité visant à encadrer les pratiques en termes de censure des contenus en ligne, de confidentialité des données, de piratage, de fraude, et à réguler les messages dont les autorités craignent qu’ils propagent « des idéologies terroristes et extrémistes ».

Dans un communiqué de presse publié le 2 juillet 2018, l’ONG Amnesty dénonce ce projet de loi et notamment les dérives qu’il pourrait occasionner. Aussi, elle demande au Parlement égyptien de « rejeter ces projets de loi draconiens et au président de renvoyer la loi relative à la cybercriminalité devant le Parlement pour qu’elle soit amendée ».

Selon Najia Bounaim, directrice des campagnes pour l’Afrique du Nord à Amnesty International, « Ces projets de loi renforceraient encore les vastes pouvoirs du gouvernement égyptien en matière de surveillance, de censure et de blocage des réseaux sociaux et des blogs, tout en criminalisant les contenus qui enfreignent des normes politiques, sociales ou religieuses définies en termes vagues ».

Cette loi accorde aux autorités judiciaires le droit d’« ordonner la censure de sites » chaque fois qu’un site héberge du contenu qui « représente une menace à la sécurité nationale ou compromet la sécurité nationale ou l’économie nationale ». La loi renforce également les bases légales permettant aux autorités de s’en prendre aux voix dissidentes ou aux critiques politiques. « Au cours de l’année écoulée, les autorités égyptiennes ont bloqué des centaines de sites, sans aucun fondement juridique. Si elles sont adoptées, ces lois légaliseront cette censure généralisée et intensifieront l’attaque contre le droit à la liberté d’expression en Égypte, qui compte déjà parmi les environnements les plus répressifs au monde pour les médias et le journalisme », explique Amnesty International.

L’ONG affirme également que depuis un an, les autorités égyptiennes ont bloqué 500 sites, dont des plateformes indépendantes d’information et des pages d’organisations de défense des droits fondamentaux.

(Source : TIC Mag, 6 juillet 2018)

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 12 045 735 abonnés Internet

  • 11 779 800 abonnés 2G+3G+4G (97,8%)
    • 2G : 25,88%
    • 3G : 53,06%
    • 4G : 21,06%
  • 108 945 clés et box Internet (0,90%)
  • 152 047 abonnés ADSL/Fibre (1,29%)
  • 1766 abonnés bas débit (0,02%)
  • 3 177 abonnés aux 4 FAI
  • Internet fixe : 1,30%
  • Internet mobile : 98,70%

- Liaisons louées : 22 060

- Taux de pénétration des services Internet : 74,31%

(ARTP, 31 décembre 2019)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 5800 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, décembre 2019)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 207 592 abonnés
- 165 915 lignes résidentielles (79,92%)
- 41 677 lignes professionnelles (20,08%)
- Taux de pénétration : 1,28%

(ARTP, 31 décembre 2019)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 17 880 594 abonnés
- Taux de pénétration : 110,31%

(ARTP, 31 décembre 2019)

FACEBOOK

- 3 171 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 18,6%

(Facebook, Juin 2019)