twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Education nationale : SIMEN, des plateformes qui simplifient les procédures administratives

lundi 17 septembre 2018

Les technologies de l’information et de la communication ont simplifié diverses tâches dans la gestion des ressources humaines. Conséquemment, elles constituent un impératif pour toute structure qui veut rendre son personnel plus productif.

Le SIMEN est un projet qui vise la refonte complète du système d’information du Ministère de l’Education nationale en vue d’une meilleure utilisation des technologies de l’information et de la communication, dans la conception, la mise en œuvre, le suivi évaluation des politiques éducatives du gouvernement du Sénégal.

Le Système d’information et de Management de l’éducation nationale qui a été mis en place par Monsieur le Ministre de l’éducation nationale en juillet 2016, vise entre autres objectifs :

  • La modernisation et l’optimisation des ressources infrastructures (virtualisation) et humaines (compétences) ;
  • La mise en place de ressources numériques pédagogiques accessibles, en ligne, à toute la communauté éducative,
  • La mise à disposition de l’information et son partage, en améliorant le travail collaboratif ;
  • Le rapprochement du service public de l’éducation, du citoyen etc.

« On avait différentes applications à savoir FUP, FINPRONET, STATEDUC, PLANETE, etc. Cependant, elles n’étaient pas en relation. Ainsi, avec l’arrivée du Ministre il a été décidé de réformer le FUP (Fichier Unique du Personnel) en le rendant plus performant, avec plus de fonctionnalités de gestion de ressources humaines. C’est ainsi qu’est née MIRADOR », indique monsieur Seyni Ndiaye FALL, Coordonnateur du projet.

Ensuite, vu que chaque application avait sa propre base de données et qu’il n’y avait aucune communication entre ces dernières, il a été noté beaucoup d’incohérences dans les données.

Conséquemment, Monsieur Serigne Mbaye THIAM a mis en place le SIMEN qui va fédérer toutes les plateformes du MEN autour de l’Identifiant de l’Education nationale (IEN).

« C’est ainsi qu’est né le SIMEN qui a pour objectif de procéder à la refonte complète du système d’information du ministère de l’éducation. Tout ce qui est statistiques, données… y est. En résumé, nous sommes le bras technique de toutes les directions du ministère. », confie M. Fall.

SIMEN, une dématérialisation des procédures administratives L’un des sujets qui revient le plus dans les revendications syndicales et qui a été beaucoup décrié par le personnel enseignant, c’est la lenteur dans la gestion des dossiers d’examen, des dossiers administratifs de manière générale. Actuellement, tout cela deviendra un vieux souvenir.

« On avait constaté qu’il y avait beaucoup de lenteurs dans les dossiers des candidats au CEAP et au CAP. Le SIMEN a réussi à créer une application qui permet de planifier les visites de classe. En plus, elle permet de remplir la fiche d’inspection qui sera générée automatiquement à la fin de prestation du candidat. » Par la suite, elle est signée par les différents membres de la commission, à savoir, l’inspecteur, le directeur d’école, l’enseignant membre et le candidat. Après cela, la fiche est réintroduite dans une application qui est celle du courrier qui va assurer la transmission hiérarchique du dossier.

Niveau de déploiement du SIMEN

En phase de déploiement, plus de 57 000 enseignants et personnel administratif se sont inscrits sur la plateforme. « Nous comptons enrolé l’ensemble des agents dès la prochaine rentrée scolaire. », déclare notre interlocuteur qui est certain que le SIMEN va automatiser et faciliter énormément les procédures.

Utilisée dans toute l’inspection d’Académie de Kaolack, les remarques ont été satisfaisantes. « Ils l’ont testé et ils se sont rendus compte que les procédures sont simplifiées. Ils ont apprécié que tout pouvait se faire en un temps record. Non seulement, c’est moins de travail, moins de temps mais également, elle leur permet surtout, de voir le maximum de candidats… »

Désormais, avec l’application qui gère le courrier, il est facile d’identifier à quel niveau se trouve le blocage d’un dossier

Le SIMEN est en même temps, un outil qui permet à l’ensemble des acteurs du système éducatif (élèves, enseignants et parents d’élèves) de communiquer directement pour ainsi rendre fluide la transmission des dossiers et des informations.

Chaque enseignant qui s’inscrit sur cette nouvelle plateforme a droit à une adresse électronique en plus d’un identifiant. En conséquence, il pourra suivre personnellement tout dossier lui concernant au sein du ministère sans se déplacer. Avec le SIMEN, le Ministère de l’Education nationale est au coeur de la dématérialisation.

« Chaque enseignant inscrit, bénéficie des outils de Google et de Microsoft. Il aura accès à la fois, à l’ensemble des applications d’Office 365 et de G-Suite de Google », explique monsieur Seyni Ndiaye FALL.

Avec le SIMEN les enseignants n’ont plus besoin de se déplacer pour déposer ou suivre leurs dossiers

En effet, c’est une plateforme qui va simplifier considérablement la gestion des ressources humaines de l’éducation nationale.

« Auparavant, quand un enseignant avait besoin d’un document, il était obligé de se déplacer, soit pour se rendre au niveau de l’IA, de l’IEF, soit se rendre au ministère. Avec les nouveaux outils, vous pouvez ne pas vous déplacer. Vous pouvez émettre votre requête quel que soit l’endroit où vous vous trouvez. Ainsi, quel que soit le périphérique utilisé (ordinateur, tablette ou smartphone), elle sera traitée par les services du ministère ou, par l’IEF et l’IA concernées. »

A temps réel, l’enseignant peut savoir à quel niveau de traitement se trouve son dossier. Désormais, les agents qui se trouvent à des centaines de Km de la capitale n’auront plus besoin d’abandonner leurs cours pour déposer ou suivre un dossier. Plus besoin de se déplacer à chaque fois à l’IEF, à l’IA ou au Ministère.

(Source : Social net Link, 17 septembre 2018)

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 50 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 8 761 804 abonnés Internet

  • 8 483 435 abonnés 2G+3G+4G (96,9%)
  • 1131 453 clés et box Internet (1,5%)
  • 117 807 abonnés ADSL (1,3%)
  • 17 965 abonnés bas débit (0,2%)

- Liaisons louées : 21 044

- Taux de pénétration des services Internet : 57,44%

(ARTP, 30 juin 2018)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 59,80%

(Internet World Stats 31 décembre 2017)

- 4710 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 25 septembre 2018)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 292 468 abonnés
- 223 179 lignes résidentielles (76,31%)
- 69 218 lignes professionnelles (23,67%)
- 71 lignes publiques (0,02%)
- Taux de pénétration : 1,92%

(ARTP, 30 juin 2018)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 16 141 304 abonnés
- Taux de pénétration : 105,80%

(ARTP, 30 juin 2018)

FACEBOOK

- 2 900 000 utilisateurs

(Facebook Ads, décembre 2017)