twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Economie numérique - Permettre au continent d’occuper sa place sur la scène internationale

lundi 5 mars 2012

L’Union africaine des télécommunications (UAT) a organisé un atelier sur l’infrastructure internet pour une économie numérique en Afrique, en collaboration avec la Société internet pour les noms et les numéros assignés (ICANN), la Société internet (ISOC) et le Centre d’information du réseau africain (AFRINIC). Les travaux se déroulent du 05 au 07 mars 2012, à Ouagadougou.

Cet atelier sous-régional sur l’infrastructure internet pour une économie numérique en Afrique offre l’occasion aux participants de renforcer leurs capacités sur l’écosystème internet, de discuter de l’intégration des infrastructures des TIC en Afrique et d’adopter des résolutions pour harmoniser les positions des Etats africains sur la gouvernance de l’internet.

Ils sont issus des ministères africains en charge des télécommunications et des TIC. Au cours de ces trois jours de travaux, il sera question de discuter des noms de domaine, des points d’échange internet, de la promotion des contenus en langues locales, des infrastructures intra-Afrique, de même que de la sécurité internet.

L’Union africaine des télécommunications (UAT), selon son secrétaire général, Abdoulkarim Soumaïla, incarne la volonté collective du continent de réaliser, grâce aux télécommunications et aux TIC, les objectifs fondamentaux de développement socioéconomique et de prospérité devant permettre à l’Afrique d’occuper la place qu’elle mérite sur la scène internationale.

« Notre objectif à l’UAT est de voir une Afrique connectée comme le reste du monde, et c’est une immense satisfaction de constater les progrès réalisés dans tous les pays ces dix dernières années, en ce qui concerne les TIC, en particulier les communications mobiles », a souligné Abdoulkarim Soumaïla.

Dans ce sens, il a rendu hommage à tous les opérateurs des télécommunications exerçant sur le continent africain. Le prochain défi pour l’Afrique, dit-il, est de reproduire pour l’internet et la large bande de l’Afrique, le miracle du mobile. « 

L’internet nous permettra d’avoir des soins de santé plus efficaces et sera synonyme de meilleur enseignement, d’environnement durable, de services de transport plus efficaces et d’approvisionnement énergétique plus intelligent et plus économique », a-t-il précisé.

Toutefois, il a soutenu que pour que le monde en ligne devienne une réalité pour tous les Africains, les gouvernements doivent faire de l’accès à internet la priorité de leur programme de développement.

De l’avis du secrétaire général du ministère des Transports, des Postes et de l’Economie numérique, Jaochim Méda, l’Afrique est l’une des régions où les télécommunications croissent sans cesse, alors que la fracture numérique y demeure une constante qu’il faut nécessairement réduire.

« Pour cela, il faudrait davantage faire de cette question, une priorité et se donner les moyens d’atteindre l’objectif escompté », a-t-il suggéré. Pour lui, les TIC constituent le socle et le vecteur du développement.

Cependant a-t-il reconnu, au-delà du déploiement et de la vulgarisation du numérique, sa gouvernance constitue un autre challenge tout aussi ardu à relever.

« L’instauration de la confiance et de la sécurité, de même que le développement des contenus locaux sont autant de questions majeures à résoudre concomitamment, pour une promotion efficace et pérenne en Afrique », a-t-il ajouté.

Dans cette logique, la représentante du bureau Afrique de la Société internet pour les noms et les numéros assignés (ICANN), Anne-Rachel Inné, a rassuré que sa structure vise à rendre internet accessible et stable pour tous.

Aimée Florentine Kaboré

(Source : Sidwaya, 5 mars 2012)

Mots clés

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 15 418 058 abonnés Internet

  • 15 064 336 abonnés 2G+3G+4G (97,72%)
    • 2G : 21,30%
    • 3G : 39,18%
    • 4G : 39,52%
  • 195 457 abonnés ADSL/Fibre (1,28%)
  • 156 129 clés et box Internet (1,00% )
  • 2 136 abonnés aux 4 FAI (0,02%)
  • Internet fixe : 1,28%
  • Internet mobile : 98,72%

- Liaisons louées : 4 131

- Taux de pénétration des services Internet : 92,29%

(ARTP, 30 juin 2021)

- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 252 221 abonnés
- 210 908 résidentiels (83,62%)
- 41 313 professionnels (16,38%)
- Taux de pénétration : 1,51%

(ARTP, 30 juin 2021)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 19 667 613 abonnés
- Taux de pénétration : 117,73%

(ARTP, 30 juin 2021)

FACEBOOK

3 900 000 utilisateurs

Taux de pénétration : 23%

- Facebook : 3,2 millions

- Instagram : 1,2 million

- LinkedIn : 680 000

- Twitter : 148 400

(Hootsuite, Février 2021)