twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Economie de la connaissance : Un facteur essentiel de développement

lundi 15 octobre 2007

« L’Union Africaine devrait bientôt rattraper son retard en nombre d’internautes grâce notamment à l’impulsion du plan d’action régional sur l’Economie de la Connaissance (Arapke/Prades) », a déclaré le président de Sopel International Amath Soumaré qui faisait une communication sur la nouvelle économie et le développement de l’entreprise africaine. Il a assuré que cette nouvelle économie peut être assimilée à une stratégie pour transformer l’impact de l’innovation des technologies de l’information dans la croissance économique.

La mise en œuvre du Plan d’action régional sur l’économie de la connaissance (Arapke/Prades) devrait permettre à bon nombre de Pme d’entrevoir de nouveaux débouchés vers le commerce électronique, a estimé le président Sopel International et par ailleurs, responsable du Centre africain de la nouvelle économie (Cane) Amath Soumaré.

Outre le marché local, dont elles seront les principaux acteurs grâce à leur petite taille et à leur réactivité, Internet les débarrassera des barrières géographiques les exposant ainsi à la concurrence mondiale, a-t-il expliqué.

M. Soumaré faisait une communication, à l’occasion de l’université d’été du Meds sur le thème : « La nouvelle économie et le développement de l’entreprise africaine : Compétitivité des entreprises africaines, mondialisation, Tic, économie de réseaux ».

Il a au cours de cette rencontre tenue à Toubab Dialaw assuré que ces Pme devront aller à la recherche de leurs clients sur internet et adopter de nouveaux usages, repenser leur organisation interne, dégager de nouveaux avantages compétitifs grâce à Internet, revoir leur positionnement dans la nouvelle chaîne de valeur et se créer une image auprès des internautes.

La nouvelle économie, a-t-il noté, repose sur une stratégie pour transformer l’impact de l’innovation des technologies de l’information dans la croissance économique.

Il a par ailleurs, estimé que les managers dans des grandes entreprises mondiales de pointe ont pris l’habitude d’identifier les facteurs décisifs de performance sur leur marché, et de s’en servir pour offrir une valeur supérieure à leurs clients.

Cette nouvelle économie, qui est aussi l’innovation technologique associée à la finance et à la mondialisation, fonctionne en temps réel grâce à des réseaux de communautés financières de plus en plus synchronisées, ce qui la rend vulnérable à tout événement négatif qui fait perdre confiance aux gens.

Il y a ainsi a-t-il soutenu, trois nouvelles forces possédant leur logique et leur cycle, en l’occurrence les convergences technologiques, la mondialisation des marchés et la personnalisation des citoyens - consommateurs, qui modifient notre société, en faisant émerger de nouvelles caractéristiques ou en la dotant d’outils plus performants destinés à faciliter le passage vers la nouvelle économie.

Les nombreux changements, liés à l’adoption de la stratégie imposée par la nouvelle économie, constituent un défi pour les entreprises, a fait remarquer M. Soumaré. Ces entreprises doivent à leur tour « repenser leur organisation et leur fonctionnement autour des flux d’information pour valoriser au mieux, de la prospection à la livraison et à l’après-vente, les signaux électroniques émis par le client ».

Ainsi, a-t-il indiqué, l’efficacité et l’imagination dans l’utilisation des technologies de l’information deviennent « des éléments discriminants au cœur de la stratégie concurrentielle de l’entreprise ».

Mamadou Sy

(Source : Le Soleil, 15 octobre 2007)

Mots clés

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 10 534 038 abonnés Internet

  • 10 531 260 abonnés 2G+3G+4G (97,58%)
    • 2G : 29,14%
    • 3G : 54,77%
    • 4G : 16,08%
  • 101 090 clés et box Internet (0,96%)
  • 151 915 abonnés ADSL/Fibre (1,47%)
  • 1781 abonnés bas débit (0,02%)
  • 2778 abonnés aux 4 FAI

- Liaisons louées : 22 570

- Taux de pénétration des services Internet : 66,98%

(ARTP, 30 septembre 2019)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 5800 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, décembre 2019)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 225 643 abonnés
- 183 331lignes résidentielles (81,25%)
- 42 312 lignes professionnelles (18,75%)
- Taux de pénétration : 1,4352%

(ARTP, 30 septembre 2019)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 17 398 285 abonnés
- Taux de pénétration : 110,63%

(ARTP, 30 septembre 2019)

FACEBOOK

- 3 171 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 18,6%

(Facebook, Juin 2019)