twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Document de stratégie « Sénégal numérique 2025 » : Le financement du projet estimé à plus de 1.345 milliards de FCfa

vendredi 16 septembre 2016

Lancé depuis 2012, le processus d’élaboration du document de stratégie « Sénégal numérique 2025 » a franchi une nouvelle étape avec le partage et la validation du rapport provisoire, hier, entre différents acteurs du secteur de l’économie numérique. Pour son financement, un budget de 1.345 milliards de FCfa est nécessaire.

Les besoins de financement du projet « Sénégal numérique 2025 » tournent autour de 1.345 milliards de FCfa. C’est l’une des principales conclusions du rapport provisoire du document de stratégie partagé et validé, hier, par les différents acteurs des Tic et des télécommunications. Ce document, élaboré par le cabinet Performances Group, se veut le cadre de référence déclinant toutes les actions et mesures à prendre, et alignées sur les orientations fixées dans le Pse, pour le développement du secteur numérique. Pour la mobilisation de ces ressources, le secteur privé est appelé à jouer un rôle prépondérant, car sa contribution est estimée à 75 %. Quant à la part attendue de l’Etat, elle est de 15 %, alors que les 10 % restants devraient être mobilisés grâce à des partenariats public-privés.

Pour Malick Ndiaye, directeur de cabinet du ministre des Postes et des Télécommunications, « la validation de ce document de stratégie marque une étape importante et l’ouverture d’une nouvelle ère pour notre secteur ». Cela, en ce sens qu’il est convaincu que le numérique constitue une opportunité pour moderniser l’économie sénégalaise et accélérer sa marche vers l’émergence. Les statistiques de 2015 mettent en lumière les belles perspectives et les avantages que le Sénégal peut tirer de la mise en œuvre d’une bonne politique d’économie numérique.

En effet, se basant sur l’intervention du Premier ministre, Mahammed Boun Abdallah Dionne, à l’occasion de la 16ème session des Assises économiques du Meds de la semaine dernière, Malick Ndiaye a rappelé que la contribution de la branche Postes télécommunications en 2015 est évaluée à 566,9 milliards de FCfa sur un Pib national de l’ordre de 8.149 milliards de FCfa, soit près de 7 %, avec plus de 19.000 emplois directes créés dans l’économie formelle. Par rapport à 2014, des améliorations ont été notées en 2015, mais l’ambition du Sénégal demeure, selon le directeur de cabinet, l’atteinte de 10 % de contribution d’ici à 2025.

Par ailleurs, le Sénégal ambitionne de maintenir son leadership régional dans le domaine du numérique et améliorer nettement son positionnement international en gagnant une quarantaine de places à l’horizon 2025. Ces enjeux et défis constituent le soubassement du concept « Sénégal numérique », « une stratégie adossée à un développement industriel accordant une place primordiale au secteur privé national », a insisté M. Ndiaye.

Dividendes du numérique

Ce rapport provisoire est le fruit d’un long processus de maturation adossé sur une démarche participative et inclusive, a fait savoir le consultant Mohamed Tidiane Seck, directeur-associé de Performances Group. « Les préoccupations de tous les acteurs du secteur des télécoms, de la société civile, des consommateurs et des journalistes ont été prises en compte dans l’élaboration de ce document que nous considérons comme la solution aux problèmes qu’on vit aujourd’hui », a-t-il déclaré.

Selon l’expert, le Sénégal dispose de prérequis solides sur lesquels il peut s’appuyer pour mettre en œuvre ce document stratégique et en tirer tous les dividendes. « McKinsey, une source indépendante, montre que le Sénégal est le premier pays en Afrique en matière de contribution des Tic dans la production du Pib.

Cela montre le caractère stratégique du secteur des télécoms dans notre pays. A ce titre, toutes les mesures tendant à renforcer ce secteur doivent être prises sans délais », a-t-il soutenu. Le concept « Sénégal numérique » n’étant pas une fin en soi, le directeur de cabinet du ministre des Postes et des Télécommunications a révélé que le processus de la réforme et de l’actualisation du cadre juridique du secteur de l’économie numérique est déjà lancé avec le recrutement d’un cabinet.

Elhadji Ibrahima Thiam

(Source : Le Soleil, 16 septembre 2016)

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 15 418 058 abonnés Internet

  • 15 064 336 abonnés 2G+3G+4G (97,72%)
    • 2G : 21,30%
    • 3G : 39,18%
    • 4G : 39,52%
  • 195 457 abonnés ADSL/Fibre (1,28%)
  • 156 129 clés et box Internet (1,00% )
  • 2 136 abonnés aux 4 FAI (0,02%)
  • Internet fixe : 1,28%
  • Internet mobile : 98,72%

- Liaisons louées : 4 131

- Taux de pénétration des services Internet : 92,29%

(ARTP, 30 juin 2021)

- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 252 221 abonnés
- 210 908 résidentiels (83,62%)
- 41 313 professionnels (16,38%)
- Taux de pénétration : 1,51%

(ARTP, 30 juin 2021)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 19 667 613 abonnés
- Taux de pénétration : 117,73%

(ARTP, 30 juin 2021)

FACEBOOK

3 900 000 utilisateurs

Taux de pénétration : 23%

- Facebook : 3,2 millions

- Instagram : 1,2 million

- LinkedIn : 680 000

- Twitter : 148 400

(Hootsuite, Février 2021)