twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Directeur général de l’ARTP : Un nouveau raccourci vers la prison ?

samedi 10 mai 2014

La bataille de positionnement pour les prochaines locales a fini de coûter à Abou Lo son poste de directeur général de l’ARTP. Et, pour bon nombre d’observateurs, c’est le poste même de DG de l’ARTP qui serait maudit. Ils en veulent pour preuve les cas de Daniel Goumalo Seck et de Ndongo Diaw qui ont tous connu la prison. Abdou Lo risque d’ailleurs de connaître le même sort que ces ci-devant prédécesseurs à l’exception notable de l’actuel ministre des transports Thierno Alsanne Sall.

Le poste de directeur général de l’Agence de régulation des télécommunications et des postes serait-il devenu un poste à risque ? La question mérite d’être posée au regard du sort qui est réservé aux hommes qui ont dernièrement siégé à la tête de cette entité. Ce poste qui a longtemps suscité les convoitises, compte tenu des avantages qu’il présente, est semble-t-il devenu un raccourci vers la prison. Dernier cas en date : celui de Abdou Lô qui vient d’être limogé de l’Artp par le président Macky Sall et qui est loin d’être sorti de l’auberge.

Au-delà de la sanction politico-administrative, Abdou Lô risque gros car il encourt une sanction pénale de 5 à 10 ans de prison si les faits qu’on lui reproche sont avérés, de l’avis d’un avocat. Il est accusé d’être le commanditaire de l’enlèvement suivi de séquestration du mandataire de Benno Bokk Yakaar qui a eu, pour conséquence, la forclusion de la liste Apr de la commune de Ogo. Il encourt des sanctions pénales au même titre que les exécutants, s’il est reconnu coupable, dans cette affaire qui a fini de mettre dans tous ses états Macky Sall.

Bien avant, Ndongo Diaw, également Dg Artp entre 2009 et 2012, a été écroué pour les faits de détournements de deniers publics, concussion, corruption passive, faux et usage de faux en écritures publiques. Ndongo Diaw était impliqué dans un dossier de marchés douteux et fictifs de 1,8 milliard F Cfa et 3,8 milliards F Cfa, et était accusé d’avoir transformé l’agence en vache laitière pour Abdoulaye Wade et son régime. Si l’ancien Dg a bénéficié d’une liberté provisoire depuis mars, il faut noter qu’il a été enfoncé après les auditions à charge de l’agent judiciaire de l’État et de...Abdou Lô, ex Dg de l’Artp depuis cette semaine.

Daniel Goumalo Seck non plus n’a pas été à l’abri de mésaventures à l’ARTP. De 2006 à 2009, il a dirigé l’Agence de régulation des télécommunications avant d’être débarqué par le président Abdoulaye Wade. Il est inculpé à partir d’un rapport de l’inspection générale d’État l’accusant d’avoir indûment perçu des primes spéciales tirées de l’enveloppe de 90 milliards de F Cfa versée par Sudatel au Sénégal en 2008 pour l’attribution de la troisième licence de téléphonie mobile du pays. Dans un premier temps, il était poursuivi pour une somme de 135 millions qu’il aurait prise sur la quote-part de l’Artp. Avant que le juge ne lui réclame de payer 1 milliard 600 mille francs Cfa.

Et l’envoie passer un moment en prison. Toutefois, il faut noter que d’avril à octobre 2012, l’agence a été administrée par Thierno Alassane Sall, actuel ministre des Infrastructures et des Transports. Si ce dernier n’est pas inquiété par la justice, cela peut s’expliquer par le bref séjour qu’il a passé à la tête de l’agence, mais également par l’esprit de transparence qui l’a animé au cours de son passage.

En effet, Thierno Sall avait alerté les autorités sur le niveau de salaire qu’il avait hérité. Un salaire de 14 millions F Cfa pour le Directeur général par mois, une bamboula qu’il dit avoir trouvé sur place. Thierno Sall est-il l’exception qui doit confirmer une règle instaurée depuis 5 déjà ? Dans tous les cas, Abdou Karim Sall, nommé en remplacement de Adbou Lô, est prévenu.

Antoine de Padou

(Source : Enquête, 10 mai 2014)

Mots clés

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 10 770 683 abonnés Internet

  • 10 512 647 abonnés 2G+3G+4G (97,60%)
  • 99 177 clés et box Internet (1,11%)
  • 138 743 abonnés ADSL (1,31%)
  • 17 952 abonnés bas débit (0,17%)
  • 2164 abonnés aux 4 FAI

- Liaisons louées : 22 633

- Taux de pénétration des services Internet : 68,49%

(ARTP, 31 mars 2019)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 4710 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 25 septembre 2018)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 307 736 abonnés
- 237 282 lignes résidentielles (77,11%)
- 70 363 lignes professionnelles (22,86%)
- 84 lignes publiques (0,03%)
- Taux de pénétration : 1,95%

(ARTP, 31 mars 2019)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 16 977 104 abonnés
- Taux de pénétration : 107,95%

(ARTP, 30 septembre 2018)

FACEBOOK

- 3 171 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 18,6%

(Facebook, Juin 2019)