twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Digitalisation du secteur de la santé : Le Sénégal obtient un financement de 30 milliards

samedi 24 juin 2023

Le système de santé va bientôt se connecter à une digitalisation intégrale. A travers la Cellule de la carte sanitaire et sociale, de la santé digitale et de l’observatoire de la santé (Cssdos), le ministère de la Santé et de l’action sociale a démarré un projet de digitalisation de la santé sur une période de 5 ans (2023-2027), pour un financement de 30 milliards de la Banque mondiale.

La santé numérique est une priorité pour le gouvernement du Sénégal. D’ailleurs, elle occupe une place très importante dans le Programme de développement sanitaire et social (Pndss 2019-2028), comme le montre la ligne d’action 9, qui porte sur « Développement des technologies innovantes du numérique en soutien au système de santé ». Dr Ibrahima Khaliloulah Dia, coordonnateur de la Cellule de la carte sanitaire et sociale, de la santé digitale et de l’observatoire de la santé (Cssdos) au ministère de la Santé et de l’action sociale, a partagé avec les journalistes, les contours de ce projet innovant. « Nous avons estimé qu’il fallait bien sensibiliser la presse parce que c’est un domaine assez nouveau, et nous voudrions que la presse en parle. La santé digitale est une question des usagers, elle va héberger vos données médicales en ligne, les scanner, les Irm, les bilans. Donc, c’est une question importante. Ces données pourront être mises dans des serveurs sécurisés pour aider le patient dans la coordination des soins. Un patient doit avoir son dossier médical qui le suit, qui circule de manière sécurisée dans une base de données nationale, et ça c’est une grande valeur ajoutée pour le patient », précise Dr Dia.

A l’en croire, ce projet de digitalisation de la santé va permettre au malade de faire des économies. « Peut-être qu’il y aura des radios que le patient ne va pas reprendre, mais également que le médecin va bien le prendre en charge. Dans ce programme, il y a la télémédecine, aujourd’hui on a fait beaucoup d’efforts pour construire des postes, des centres et même des hôpitaux, mais on sait qu’on peut encore faire des gains si on arrivait à faire de la télémédecine entre les centres de santé et les hôpitaux. Equiper un centre de santé pour qu’un patient, qui devait être évacué, puisse déjà à distance avoir l’avis d’un médecin qui est à Dakar ou d’un hôpital, qui appréciera s’il y a besoin qu’il soit déplacé ou pas », a déclaré le coordonnateur du Cssdos.

Ce projet démarre avec un financement de 30 milliards de francs Cfa de la Banque mondiale pour 5 ans. Selon le coordonnateur du Cssdos, ce budget ne sera pas suffisant car le Sénégal compte 1500 postes de santé, 110 centres de santé et 40 hôpitaux. « Imaginer comment on peut mettre l’internet, mettre des équipements, des tablettes, c’est beaucoup d’argent. C’est pourquoi ce financement-là n’est qu’un point de départ. Ce que nous voulons, c’est que tout le système de santé soit digitalisé. En fin de compte, que tous les postes de santé soient en mesure de consulter à travers un ordinateur, de mettre les informations et que demain, si le patient revient, le soignant puisse retrouver le dossier et le mettre à jour », dit Dr Dia.

Ainsi, pour la phase de démarrage, ce projet a pour objectif de toucher, entre autres, 20 centres de santé et 1, 5 millions de patients qui doivent avoir un Dossier malade partagé (Dpp) dont 50% seront des femmes. Toutefois, de nombreux défis se dressent devant la Cssdos. « Nous n’avons pas de textes juridiques sur la santé numérique au Sénégal. Mais, nous venons de finaliser le projet de loi d’orientation sur la santé numérique et son décret d’application. Ces textes, qui sont sortis du ministère de la Santé, suivent leur cours normal. » Il enchaîne : « L’autre défi, c’est un domaine qui attire les partenaires et nous avons des besoins de gouvernance des données. Les données des Sénégalais sont sensibles aujourd’hui, nous sommes ouverts à avoir des appuis, mais il faudrait que ces appuis-là ne remettent pas en question cette exigence de maintenir les données dans de bonnes conditions. Nous sommes sûrs qu’il n’y a que des personnes assermentées qui y accèdent. Donc, comment allier l’apport des autres et la gouvernance des données, ça fait partie des défis. Il y en a d’autres qui sont liés à l’énergie, à l’internet, il y a un budget qui est prévu pour cela. »

Le Programme de digitalisation du système de santé (Pdss) est composé de six projets numériques majeurs : le Dossier patient partagé (Dpp), la télémédecine, le système d’information hospitalière, le système géographique santé, le projet de digitalisation du médicament, le projet de digitalisation des processus de la santé communautaire et le projet de gouvernance électronique de la santé. Le financement de 150 millions de dollars du Projet d’accélération de l’économie numérique au Sénégal (2023-2028) consacre 50 millions de dollars à la digitalisation de la santé.

Alioune Badara Ciss

(source : Le Quotidien, 24 juin 2023)

Mots clés

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 19 266 179 abonnés Internet

  • 18 595 500 abonnés 2G+3G+4G (96,58%)
    • 2G : 12,95%
    • 3G : 24,60%
    • 4G : 62,45%
  • 334 642 abonnés ADSL/Fibre (1,71%)
  • 334 875 clés et box Internet (1,71%)
  • 1162 abonnés aux 4 FAI
  • Internet fixe : 1,74%
  • Internet mobile : 98,26%

- Liaisons louées : 3971

- Taux de pénétration des services Internet : 106,84%

(ARTP, 30 septembre 2023)

- Débit moyen de connexion mobile : 23, 10 Mbps
- Débit moyen de connexion fixe : 21, 77 Mbps

(Ookla, 31 janvier 2023)


- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 56,70%
(Internet World Stats 31 décembre 2021)


- + de 10 000 noms de domaine actifs en .sn
(NIC Sénégal, décembre 2023)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 382 721 abonnés
- 336 817 résidentiels (88,01%)
- 45 904 professionnels (11,99%)
- Taux de pénétration : 1,67%

(ARTP, 30 septembre 2023)

Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 21 889 688 abonnés
- Taux de pénétration : 123,34%

(ARTP, 30 septembre 2023)

FACEBOOK

3 050 000 utilisateurs

Taux de pénétration : 17,4%

- Facebook : 2 600 000

- Facebook Messenger : 675 200

- Instagram : 931 500

- LinkedIn : 930 000

- Twitter : 300 000

(Datareportal, Janvier 2023)

PRÉSENTATION D’OSIRIS

batik