twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Digitalisation des moyens de paiement : La Dgcpt veut opérer un saut qualitatif

vendredi 30 août 2019

La révolution numérique a fortement affecté nos modes de travail. La direction générale de la Comptabilité publique et du Trésor (Dgcpt) veut davantage s’en accommoder en faisant un « saut qualitatif ».

La direction générale de la Comptabilité publique et du Trésor veut faire un « saut qualitatif » vers la digitalisation totale de ses moyens de paiement aussi bien en encaissement qu’en paiement des dépenses publiques. A ce titre, a indiqué son directeur général, Cheikh Tidiane Diop, il est prévu d’intégrer très bientôt le paiement des salaires des agents de l’Etat, des pensions, des bourses d’étudiants, mais aussi tout autre service permettant d’interagir avec les usagers des services du Trésor. Il s’exprimait, avant-hier, à la première édition des mercredis de l’Amicale des inspecteurs du Trésor du Sénégal (Aits), portant sur « le développement des moyens de paiement digitaux : quels dispositifs pour la Dgcpt ? ». Ce thème a été introduit par le directeur de l’Informatique de la Dgcpt, Saloum Diop.

Pour Cheikh Tidiane Diop, ce saut qualitatif devra se faire dans un cadre stratégique qui permettra, dit-il, « de positionner le Trésor au cœur du dispositif de manière efficace et transparente avec une sécurité aussi bien technologique que fonctionnelle par rapport aux données que nous gérons ». Cela devra, à terme, permettre à la Dgcpt d’offrir des services bancaires de qualité aux usagers, précise-t-il.

Pour sa part, le secrétaire général du ministère des Finances et du Budget, Abdoulaye Samb, a encouragé la Dgcpt « à laisser ce vent d’innovation pénétrer davantage d’autres pans non encore explorés de son processus-métiers ». A ses yeux, cela suppose, à la fois, une « démarche holistique et prospective » qui s’appuie sur l’ensemble des leviers réglementaire, technologique et humain. Ces leviers devront, entre autres, mener, d’après lui, vers une bancarisation complète du Trésor public afin qu’il conforte sa participation directe au système de compensation interbancaire via le compte unique du Trésor pour une « meilleure visibilité et une bonne gestion de la trésorerie dans l’espace et dans le temps ». La politique de digitalisation du département ne saurait, à ses yeux, se réduire à la numérisation des documents afin de les sauvegarder sur des supports informatiques ou à une simple dématérialisation des moyens de paiement.

M. Samb pense que le système d’information de l’administration du Trésor devra être apte « à s’interconnecter avec la plateforme numérique permettant de constituer un support de paiement afin que les bénéficiaires de créances envers l’Etat et les collectivités locales ainsi que les établissements publics puissent, où ils se trouvent, avoir le choix d’entrer en possession des sommes qui leur sont dues ou de s’acquitter des contributions et taxes assises à leurs noms sans avoir à braver d’énormes contraintes de temps et de déplacement. Le président de l’Aits, Mamadou Diop, a souligné qu’on ne peut pas moderniser des services publics sans recourir à une ressource fondamentale, à savoir le numérique. « Aujourd’hui, si on ne valorise pas cet outil, on ne peut pas toucher les populations qui habitent les localités lointaines », a déclaré M. Diop, relevant que le Trésor s’y est mis de « façon précoce » (2015). A l’en croire, ces investissements lourds permettent de sécuriser les transactions financières, mais également d’intégrer d’autres moyens de paiement pour que « le service du Trésor puisse être délivré en qualité et en toute diligence ».

Souleymane Diam Sy

(Source : Le Soleil, 30 août 2019)

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 11 081 424 abonnés Internet

  • 10 817 325 abonnés 2G+3G+4G (97,62%)
    • 2G : 33,28%
    • 3G : 54,50%
    • 4G : 12,13%
  • 97 453 clés et box Internet (0,88%)
  • 145 964 abonnés ADSL/Fibre (1,341%)
  • 17 953 abonnés bas débit (0,16%)
  • 2729 abonnés aux 4 FAI

- Liaisons louées : 22 825

- Taux de pénétration des services Internet : 70,46%

(ARTP, 30 juin 2019)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 4710 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 25 septembre 2018)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 307 030 abonnés
- 236 665 lignes résidentielles (77,08%)
- 70 274 lignes professionnelles (22,89%)
- 91 lignes publiques (0,03%)
- Taux de pénétration : 1,952%

(ARTP, 30 juin 2019)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 17 201 494 abonnés
- Taux de pénétration : 109,38%

(ARTP, 30 juin 2019)

FACEBOOK

- 3 171 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 18,6%

(Facebook, Juin 2019)