twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Développement du e-commerce au Sénégal : le secteur encore embryonnaire

samedi 12 décembre 2015

Les acteurs du e-commerce (vente en ligne) au Sénégal se sont retrouvés avant-hier, jeudi 10 décembre, sur initiative des entreprises d’Africa internet groupe (Aig) au Sénégal, pour faire un partage d’expérience et un état des lieux.

Selon Hilda Latzoo, responsable de la communication du site e-commerce Kaymu, le secteur est encore embryonnaire du fait que les Sénégalais n’ont pas encore la culture de l’achat en ligne, nonobstant la multiplication des entreprises e-commerce au Sénégal.

Ainsi donc, pour elle, les Sénégalais expriment encore des réserves quant à la fiabilité des services. Pour autant, elle a estimé nécessaire de communiquer pour faire comprendre aux nationaux que les entreprises du commerce en ligne existent bel et bien. Toutefois, elle a expliqué que ledit secteur est porteur et que nombres d’entreprises s’y lancent aujourd’hui.

Revenant par ailleurs sur les questions soulevées au cours des échanges, notamment l’employabilité des jeunes, Hilda Latzoo a trouvé que le secteur recrute beaucoup la cible jeune avec une certaine maniabilité de l’outil internet. Au cours des débats, la majeure partie des entreprises présentes ont indiqué en effet qu’en matière de recrutement, ce sont les jeunes passionnés qui sont privilégiés, surtout quand l’entreprise est une start-up. C’est dire que, pour les participants, il ne faut pas forcément avoir une formation en e-commerce pour être recruté.

Dans un tout autre registre, à savoir la logistique, les acteurs ont fait savoir que c’est tout un casse-tête pour eux dans la localisation des clients, au moment de la livraison des produits. Selon eux, certains clients n’ont pas d’adresse exacte. Pour parer à cet obstacle, certains d’entre eux ont développé des applications de géo-localisation, pour permettre au client de suivre la livraison de son produit et au livreur d’avoir l’endroit exact. Dans la même veine, les acteurs du e-commerce ont constaté la faible bancarisation des Sénégalais. Face à cette contrainte, ils ont souligné que non seulement le paiement se fait cash à la livraison, mais aussi ils sont obligés de se rabattre vers les opérateurs de transfert d’argent.

Jean Michel Diatta

(Source : Sud Quotidien,12 dcembre 2015)

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 15 418 058 abonnés Internet

  • 15 064 336 abonnés 2G+3G+4G (97,72%)
    • 2G : 21,30%
    • 3G : 39,18%
    • 4G : 39,52%
  • 195 457 abonnés ADSL/Fibre (1,28%)
  • 156 129 clés et box Internet (1,00% )
  • 2 136 abonnés aux 4 FAI (0,02%)
  • Internet fixe : 1,28%
  • Internet mobile : 98,72%

- Liaisons louées : 4 131

- Taux de pénétration des services Internet : 92,29%

(ARTP, 30 juin 2021)

- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 252 221 abonnés
- 210 908 résidentiels (83,62%)
- 41 313 professionnels (16,38%)
- Taux de pénétration : 1,51%

(ARTP, 30 juin 2021)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 19 667 613 abonnés
- Taux de pénétration : 117,73%

(ARTP, 30 juin 2021)

FACEBOOK

3 900 000 utilisateurs

Taux de pénétration : 23%

- Facebook : 3,2 millions

- Instagram : 1,2 million

- LinkedIn : 680 000

- Twitter : 148 400

(Hootsuite, Février 2021)