twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Deux ingénieurs développent un système pour lutter contre les pénuries de sang‏

lundi 28 décembre 2015

Mettre la technologie au service des populations et leur apporter des possibilités nouvelles, telles sont les ambitions de Jean Luc Franseco Semedo et Ntonga Evelyne Inès, tous deux ingénieurs en télécommunications. Pour y arriver, ils ont mis au point un système d’alerte pour prévenir les pénuries au sein des banques de sang.

Au Sénégal – réalité plutôt récurrente dans de nombreux pays subsahariens – il n’est pas rare de voir des malades perdre la vie du fait d’une pénurie de sang dans les différentes banques prévues à cet effet. Dans plusieurs de ces cas, une communication bien ficelée aurait suffi pour sauver ces vies. C’est à ce problème que le système des deux ingénieurs diplômés de l’École supérieure multinationale des télécommunications (ESMT) tente de répondre. En effet, il offre plusieurs fonctionnalités et usages dont :

  • Alerter les donneurs d’une éventuelle pénurie
  • Informer les associations de donneurs d’un besoin
  • Informer un donneur précis en cas de besoin d’un groupe sanguin rare
  • Envoyer des messages vocaux et écrits dans les langues maternelles des populations
  • Selon les deux ingénieurs, leur système sera une sorte d’interface entre les banques de sangs et les populations (donneurs et receveurs). Cette application présente clairement une utilité de grande envergure pour les 19 banques de sang que compte le pays. De plus, le plus gros avantage de ce système c’est qu’il fonctionne en s’appuyant sur le temps réel, de quoi donner une marge de temps d’action non moins négligeable en cas d’urgence.

Pour l’heure, les deux passionnés s’en remettent à d’éventuelles entreprises qui seraient intéressées par leur application afin de son développement, l’améliorer puis le déployer sur une plus grande envergure au Sénégal. Leurs objectifs et besoins, ils l’expliquent en ces termes : « Nous comptons sur la Responsabilité sociale des entreprises pour sauver des vies car le déploiement à un coup financier [] il ne suffit pas de venir donner du sang de façon ponctuelle. Nous pensons aussi qu’il est possible de fidéliser les donneurs ».

(Source : Its about my Africa, 28 décembre 2015)

Mots clés

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 11 081 424 abonnés Internet

  • 10 817 325 abonnés 2G+3G+4G (97,62%)
    • 2G : 33,28%
    • 3G : 54,50%
    • 4G : 12,13%
  • 97 453 clés et box Internet (0,88%)
  • 145 964 abonnés ADSL/Fibre (1,341%)
  • 17 953 abonnés bas débit (0,16%)
  • 2729 abonnés aux 4 FAI

- Liaisons louées : 22 825

- Taux de pénétration des services Internet : 70,46%

(ARTP, 30 juin 2019)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 4710 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 25 septembre 2018)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 307 030 abonnés
- 236 665 lignes résidentielles (77,08%)
- 70 274 lignes professionnelles (22,89%)
- 91 lignes publiques (0,03%)
- Taux de pénétration : 1,952%

(ARTP, 30 juin 2019)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 17 201 494 abonnés
- Taux de pénétration : 109,38%

(ARTP, 30 juin 2019)

FACEBOOK

- 3 171 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 18,6%

(Facebook, Juin 2019)