twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Des universités du sud ont résorbé le gap numérique, selon un enseignant

mardi 21 février 2006

Le secrétaire général de la Conférence internationale des dirigeants des institutions d’enseignement supérieur et de recherche de gestion d’expression française (CIDEGEF), Robert Le Duff, a déclaré que ’’certaines universités africaines ont résorbé le gap numérique qui les séparait avec celles européennes’’.

’’Beaucoup d’universités du Sud ont une dotation en informatique égale à certaines du Nord. Le gap me semble combler’’, a notamment dit M. Le Duff.

Il était interrogé par la presse en marge de l’ouverture, lundi à l’Université Gaston Berger (UGB), d’un séminaire international de deux jours axé sur le transfert des innovations pédagogiques.

’’Les étudiants ont ici autant de capacités que ceux du nord’’, a-t-il affirmé, en précisant toutefois qu’il ne voit comme obstacle au développement des universités africaines que le déficit en professeurs.

Souvent, a-t-il déploré, ces compétences ne sont pas disponibles sur place et les autorités universitaires sont obligés de faire appel à des professeurs occidentaux pour dispenser certians cours.

’’Le meilleur serait que ces derniers soient disponibles sur place.’’

Le président de la CIDEGEF, Maurice Lemelin, a estimé qu’en tenant ce séminaire l’objectif est de faciliter les transferts pour permettre aux gens de s’approprier les innovations et de parvenir à les utiliser dans leur enseignement.

’’Ces innovations ne sont pas forcément technologiques’’, a-t-il expliqué soulignant ainsi ’’l’importance de la créativité dans ce domaine où l’informatique n’est nullement favorisée’’.

Ouvrant les travaux le recteur de l’UGB, Pr. Ndiawar Sarr, a salué l’effort commun des universitaires qui cherchent à réajuster les méthodes pédagogiques afin de parvenir à plus de flexibilité dans le parcours et les curricula.

Cette rencontre est organisée par l’UFR de Sciences économiques et de gestion de l’UGB, en collaboration avec le CIDEGEF.

Deuxième du genre après celui organisé à l’Université Senghor d’Alexandrie, ce séminaire a pour objectif de favoriser les échanges d’expériences, de proposer des initiatives, afin d’apporter des ’’transformations pédagogiques nécessaires’’ à l’amélioration du système de l’enseignement supérieur.

(Source : APS, 21 février 2006)

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 15 418 058 abonnés Internet

  • 15 064 336 abonnés 2G+3G+4G (97,72%)
    • 2G : 21,30%
    • 3G : 39,18%
    • 4G : 39,52%
  • 195 457 abonnés ADSL/Fibre (1,28%)
  • 156 129 clés et box Internet (1,00% )
  • 2 136 abonnés aux 4 FAI (0,02%)
  • Internet fixe : 1,28%
  • Internet mobile : 98,72%

- Liaisons louées : 4 131

- Taux de pénétration des services Internet : 92,29%

(ARTP, 30 juin 2021)

- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 256 010 abonnés
- 215 687 résidentiels (84%)
- 40323 professionnels (16%)
- Taux de pénétration : 1,52%

(ARTP, 30 septembre 2021)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 19 742 292 abonnés
- Taux de pénétration : 118,18%

(ARTP, 30 septembre 2021)

FACEBOOK

3 900 000 utilisateurs

Taux de pénétration : 23%

- Facebook : 3,2 millions

- Instagram : 1,2 million

- LinkedIn : 680 000

- Twitter : 148 400

(Hootsuite, Février 2021)