twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Des stations de réception de données satellitaires présentées à l’UCAD

jeudi 8 février 2007

Le laboratoire d’enseignement et de recherche en géomatique (LERG) de l’Ecole supérieure polytechnique (ESP) de l’Université Cheikh Anta Diop a présenté jeudi des stations de réception de données satellitaires (NOAA et MSGT) en présence de plusieurs experts, a constaté sur place l’APS.

"Le but recherché est de pouvoir avoir en temps réel une information", a indiqué Amadou Tahirou Diaw, directeur du LERG, signalant que "le gros souci de la géomatique est la collecte des données dans tout ce qui est analyse à partir de la télédétection".

Selon lui, avec ces stations, ‘"un pas a été franchi parce que, nous avons directement les données satellitaires. Cela nous permet, dans la collecte et dans l’analyse des documents, d’avoir résolu une grosse partie du problème".

M. Diaw a toutefois indiqué que "les stations de réception, même si elles sont de plus en plus accessibles, resteront relativement encore chères pour nos pays (africains) et sur les aspects de collecte, c’est extrêmement important de disposer des informationsé.

"Ces stations, destinées à la météorologie, permettent de suivre et d’analyser un important nombre de phénomènes spatiaux notamment les ressources terrestres, l’étude des températures de surface, le suivi des feux de brousse et l’état de la végétation etc.", a-t-il expliqué.

Il a en outre relevé que "l’information spatiale est devenue un enjeu politique économique et social du fait de sa place centrale dans les logiques de gestion des hommes et des espaces".

Pour M. Diaw, la projection des sociétés sur leur milieu suscite "une dimension environnementale complexe" qu’on ne peut approcher à l’état actuel des connaissances, qu’en mettant en contribution les outils d’analyse systémique.

"C’est dans ce cadre, que la géomatique, qui permet d’intégrer des données, de modéliser, d’analyser, de retracer des itinéraires, de rappeler des processus et d’anticiper des phénomènes, occupe une place centrale pour tout diagnostic holistique de l’environnement", a expliqué Tahirou Diaw.

(Source : APS, 8 février 2007)

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 12 045 735 abonnés Internet

  • 11 779 800 abonnés 2G+3G+4G (97,8%)
    • 2G : 25,88%
    • 3G : 53,06%
    • 4G : 21,06%
  • 108 945 clés et box Internet (0,90%)
  • 152 047 abonnés ADSL/Fibre (1,29%)
  • 1766 abonnés bas débit (0,02%)
  • 3 177 abonnés aux 4 FAI
  • Internet fixe : 1,30%
  • Internet mobile : 98,70%

- Liaisons louées : 22 060

- Taux de pénétration des services Internet : 74,31%

(ARTP, 31 décembre 2019)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 5800 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, décembre 2019)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 207 592 abonnés
- 165 915 lignes résidentielles (79,92%)
- 41 677 lignes professionnelles (20,08%)
- Taux de pénétration : 1,28%

(ARTP, 31 décembre 2019)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 17 880 594 abonnés
- Taux de pénétration : 110,31%

(ARTP, 31 décembre 2019)

FACEBOOK

- 3 171 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 18,6%

(Facebook, Juin 2019)