twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Des experts appellent à réduire les coûts des services

vendredi 2 octobre 2009

Des experts en télécommunications de la CEDEAO ont appelé vendredi à Dakar les gouvernements des pays de cette organisation à réduire les coûts des services de communication, en vue de la création d’un marché commun des technologies de l’information et de la communication (TIC) dans la région.

‘’Il est nécessaire de réduire les coûts de consommation et d’accroître le taux de pénétration de l’Internet’’, mentionne le rapport des experts en télécommunications des pays de la CEDEAO, réunis depuis lundi à Dakar.

Une réunion des ministres en charge des TIC dans les pays de la CEDEAO s’est ouverte vendredi à Dakar, à la suite de celle des experts dans ce domaine.

Il faut ‘’offrir des services de qualité à des prix tenant compte du niveau de vie des citoyens de notre région. (...) L’une des grandes orientations est la garantie de la confiance et de la sécurité dans l’utilisation des technologies de l’information et de la communication’’, a indiqué Célestin Talaki, commissaire de la CEDEAO en charge des infrastructures.

‘’Les TIC contribuent au développement durable dans presque tous les domaines : administration publique, commerce, enseignement et formation, santé, emploi, environnement, agriculture, sciences, etc.’’, a-t-il rappelé.

La CEDEAO est en train de travailler à l’application, à partir de janvier 2010, d’une législation communautaire des TIC.

Avec l’appui de la commission économique pour l’Afrique (CEA), des Nations unies, elle cherche à améliorer la qualité des transactions électroniques, à protéger au mieux les données à caractère personnel et à lutter contre la cybercriminalité.

L’harmonisation de la réglementation des TIC dans les pays de la CEDEAO aura l’avantage de ‘’créer un climat de confiance pour les utilisateurs (des services informatiques)’’, en même temps qu’elle ‘’garantira aux usagers de ces services la sécurité et la fiabilité’’, espère M. Talaki.

Cette législation permettra aussi, selon lui, de ‘’garantir des investissements dans ce secteur’’ et d’‘’asseoir des réseaux de communication nationaux et régionaux’’ de qualité.

(Source : APS, 2 octobre 2009)

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 15 418 058 abonnés Internet

  • 15 064 336 abonnés 2G+3G+4G (97,72%)
    • 2G : 21,30%
    • 3G : 39,18%
    • 4G : 39,52%
  • 195 457 abonnés ADSL/Fibre (1,28%)
  • 156 129 clés et box Internet (1,00% )
  • 2 136 abonnés aux 4 FAI (0,02%)
  • Internet fixe : 1,28%
  • Internet mobile : 98,72%

- Liaisons louées : 4 131

- Taux de pénétration des services Internet : 92,29%

(ARTP, 30 juin 2021)

- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 252 221 abonnés
- 210 908 résidentiels (83,62%)
- 41 313 professionnels (16,38%)
- Taux de pénétration : 1,51%

(ARTP, 30 juin 2021)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 19 667 613 abonnés
- Taux de pénétration : 117,73%

(ARTP, 30 juin 2021)

FACEBOOK

3 900 000 utilisateurs

Taux de pénétration : 23%

- Facebook : 3,2 millions

- Instagram : 1,2 million

- LinkedIn : 680 000

- Twitter : 148 400

(Hootsuite, Février 2021)