twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Dérives sur les réseaux sociaux : Ces attentats numériques qui déstabilisent notre pays

mercredi 1er juin 2022

S’il existe dans le monde un pays par excellence où la liberté d’expression sur les réseaux sociaux n’a pas de limites, c’est bel et bien le Sénégal. Chez nous, la cyberviolence verbale (sous forme d’outrages, de diffamations et d’injures) est la forme la plus répandue dans ce qu’on appelle les réseaux et médias sociaux.

Pire, les activistes, propagandistes et prêcheurs du web n’hésitent pas à attaquer de manière frontale et personnelle les hautes autorités qui incarnent des institutions sacrées (le président de la République, le ministre de l’Intérieur, le haut commandant de la gendarmerie, le procureur de la République, le président du Conseil constitutionnel etc.). Et l’État, que l’on croyait être très puissant, semble être « impuissant » face aux dérives sur les réseaux sociaux.

Pourtant, la cyberviolence est pire que le terrorisme physique ou de sang puisqu’elle détruit à tout jamais des vies humaines, ruine des réputations, disloque des ménages, plonge dans la tourmente des entreprises et déstabilise des Etats.

Une chose est sûre : si les pouvoirs publics ne prennent pas leurs responsabilités, les réseaux sociaux vont brûler le pays.

Pourtant, au tout début, ces médias sociaux renforcés par la popularité des réseaux sociaux ont permis aux citoyens d’être au courant de l’actualité politique, économique ou sociale et d’exprimer leurs points de vue de manière directe. Et sans retenue, ni censure. Malheureusement, cette nouvelle voie ou tribune d’expression dénuée de garde-fous voire d’anti-dérapages pousse les activistes, politiciens, propagandistes à perpétrer des « attentats-kamikazes » outrageux, diffamatoires et injurieux contre non seulement des citoyens anonymes mais aussi des guides religieux ou des institutions incarnées par le président de la République, le haut commandant de la gendarmerie, le procureur de la République, le président du Conseil constitutionnel etc.

Selon un ancien magistrat du parquet, presque toutes les infractions pénales se commettent aujourd’hui par voie électronique parce que les gangs de rue ont migré vers le Web. A l’exception bien sûr des agressions avec des machettes qui connaissent une recrudescence inquiétante, hélas ! Mais revenons à notre procureur à la retraite. « Pourtant, le Sénégal s’est doté d’une gendarmerie ou d’une police spécialisée en cybercriminalité qui peut identifier, localiser et arrêter tout cyber-voyou ou cybercriminel en quelques heures. Malheureusement, nous avons une très mauvaise politique pénale incarnée par un Parquet à la traine. Et cela a aggravé la pagaille et le bordel sur les réseaux sociaux et autres télé-youtubes » se désole notre ancien maître des poursuites.

L’outrage à l’autorité impuni…

S’appuyant sur l’anonymat garanti et la facilité de la propagation des propos, certains activistes et autres opposants se défoulent tous les jours sur la personne du président de la République Macky Sall. Et de façon irrespectueuse alors que jusqu’à une époque récente au Sénégal, le délit d’offense au président de la République a toujours protégé la sacralité du chef de l’Etat.

Qu’en est-il du délit d’outrage à magistrat qui avait valu à l’hebdomadaire Le Témoin (devenu quotidien) plusieurs comparutions et condamnations devant les tribunaux ?

Et pourtant, durant les années 90 à 2000, les journalistes que nous sommes (Pape Ndiaye, Mohamed Bachir Diop, Mamadou Oumar Ndiaye etc.), n’avions commis que le délit d’avoir commenté et désapprouvé des décisions de justice. Mais cela suffisait aux procureurs de la République d’alors pour nous conduire à l’abattoir au reproche d’avoir trop parlé ou écrit !

Aujourd’hui, ces délits d’offense au chef de l’Etat et autres outrages à magistrats ou à autorités semblent abrogés du Code pénal si l’on en juge en tout cas par la passivité de procureurs de la République manifestement « impuissants », en tout cas incapables de faire appliquer les lois en vigueur ! Il est vrai que, comme dans la famille Ewing du feuilleton Dallas, la politique est un univers cruel où tous les coups sont permis ! Cela dit, rien ne peut justifier les attaques frontales et personnelles dont est victime, ces derniers temps, le haut commandant de la gendarmerie, le général Moussa Fall qui est très loin d’être dans l’arène politique. Pour ne prendre que cet exemple. En tout cas, certains youtubeurs, activistes, blogueurs et politiciens doivent s’estimer heureux d’être dans un Etat de droit comme le Sénégal. Et surtout d’avoir des chefs militaires et autres bidasses tolérants et indulgents. Car ailleurs, on aurait pu imaginer des groupes de « petits » gendarmes incontrôlés procéder à des représailles à l’encontre de ceux qui ont osé outrager leur chef. Rien de tout cela dans notre pays !

Que de troubles à l’ordre numérique

Sur ces autoroutes de l’anarchie que sont les réseau sociaux, chaque autorité politique, religieuse, diplomatique, judiciaire ou militaire en prend pour son grade I. Pas plus tard qu’il y a quelques semaines, le président de l’Union des magistrats du Sénégal (Ums), Ousmane Chimère Diouf, avait fait l’objet d’un lynchage sur les réseaux sociaux. On lui reprochait d’avoir tout simplement tenu une conférence de presse pour recadrer certains politiciens. Et surtout d’avoir invité les justiciables à respecter les institutions judiciaires. Injurié et outragé, le pauvre Ousmane Chimère Diouf en avait vu des vertes et des pas mûres alors pourtant qu’il est un magistrat.

L’affaire s’en est arrêtée là puisque l’action publique n’a jamais été déclenchée par le procureur de la République. Et encore, encore… Quant au ministre de l’intérieur Antoine Félix Diome, lui, n’en parlons pas ! A longueur de journée, les fossoyeurs du Web se déchaînent sur lui après l’avoir aménagé une place de choix sur les réseaux sociaux. Sans doute à force de subir la furie des internautes aux propos inappropriés voire diffamatoires, le ministre Antoine Diome a fini par se replier sur lui-même.

Un repli paradoxal de la part d’un ministre de l’Intérieur doté de tous les voies et moyens pour lâcher ses cyber policiers aux trousses des délinquants du Web. Avec la naissance d’internet, chaque pays comme le Sénégal est un territoire virtuel dont les plateformes (Facebook, Instagram, Twitter, Whatsapp, Youtube, Messenger etc) représentent les régions, départements, villes, villages, quartiers et autres. A l’instar des opérations policières de sécurisation (rafles) menées périodiquement à Grand-Dakar, Pikine, Parcelles Assainies, Guédiawaye, Sicap, Niary-Tally etc. Les cyber policiers effectuent quotidiennement des patrouilles sur le Web. Des patrouilles allant des contrôles d’identité (profils) aux filatures.

sur Facebook en passant par des planques, des fouilles sur Whatsapp et Youtube. Au cours de ces patrouilles anti-cybercriminalité, nombreux sont les internautes qui tombent sous le coup de la loi pour diverses infractions (diffamation, injures, outrage à autorité, offense au chef de l’Etat, usurpation de fonc tion, prostitution en ligne, atteintes à la vie privée et aux données personnelles etc).

Malheureusement, la plupart d’entre eux ne seront ni interpellés, ni arrêtés faute pour les policiers ou les gendarmes du Net de recevoir des ordres du procureur de la République, ne serait-ce que pour alpaguer ces malfrats pour le délit de trouble à l’ordre public…numérique. « L’ordre public ne se négocie pas ! » déclarait fermement l’ancien ministre français de l’Intérieur Nicolas Sarkozy lors des émeutes de la banlieue parisienne (Argenteuil).

Macky en croisade…

Par contre ici, au Sénégal, l’éternelle négociation de l’ordre public sur l’ensemble du cyber territoire national pour des raisons politiques ou confrériques incite les blogueurs et youtubeurs à perpétuer à longueur d’année des attentats numériques contre de pauvres citoyens. Un véritable bordel que le président de la République Macky Sall a constaté lors de sa rencontre avec les organisations syndicales (1er mai). Dans sa croisade annoncée contre les réseaux et médias sociaux, le chef de l’Etat se disait indigné et scandalisé par les dérives via le Web en passe de briser la cohésion sociale.

« Aucune société organisée ne peut accepter ce qui se passe aujourd’hui chez nous. Nous allons y mettre un terme d’une façon ou d’une autre », avait-il martelé. En mettant en place un dispositif militaire de lutte anti-terroriste, le Chef suprême des armées Macky Sall avait dû oublier que les citoyens sénégalais sont quotidiennement victimes d’attentats et autres persécutions numériques pire que le terrorisme des djihadistes !

Article rédigé par Pape Ndiaye du Journal Le Témoin

(Source : Social Net Link, 1er juin 2022)

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 15 418 058 abonnés Internet

  • 15 064 336 abonnés 2G+3G+4G (97,72%)
    • 2G : 21,30%
    • 3G : 39,18%
    • 4G : 39,52%
  • 195 457 abonnés ADSL/Fibre (1,28%)
  • 156 129 clés et box Internet (1,00% )
  • 2 136 abonnés aux 4 FAI (0,02%)
  • Internet fixe : 1,28%
  • Internet mobile : 98,72%

- Liaisons louées : 4 131

- Taux de pénétration des services Internet : 92,29%

(ARTP, 30 juin 2021)

- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 256 010 abonnés
- 215 687 résidentiels (84%)
- 40323 professionnels (16%)
- Taux de pénétration : 1,52%

(ARTP, 30 septembre 2021)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 19 742 292 abonnés
- Taux de pénétration : 118,18%

(ARTP, 30 septembre 2021)

FACEBOOK

3 850 000 utilisateurs

Taux de pénétration : 23%

- Facebook : 2,95 millions

- Instagram : 1,1 million

- LinkedIn : 800 000

- Twitter : 189 800

(Datareportal, Mars 2022)