twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Dérives des réseaux sociaux : "Certains persistent à vouloir en faire une arme de destruction de la dignité humaine"

lundi 7 juin 2021

Depuis 2008, le Sénégal a adopté un ensemble de lois portant sur le cyberespace. Notamment, loi relative aux transactions électroniques, celle relative à l’orientation sur la société de l’information (LOSI), à la cybercriminalité, à la protection des données personnelles, à la Cryptologie.

Cependant, avec les mutations et évolutions technologiques actuelles, d’autres problématiques sont identifiées telles que la cybersécurité, les paiements en ligne, l’intelligence artificielle entre autres. Ces aspects ne sont pas pris en compte dans les différents textes de lois.

Ainsi, l’harmonisation et l’actualisation du cadre juridique du sous-secteur des TIC sont devenues une nécessité absolue pour le développement de l’écosystème du numérique au Sénégal. Dans un contexte où le président Macky Sall ne cesse d’attirer l’attention des Sénégalais sur les dérives et usages peu recommandables des réseaux sociaux, cette rencontre de trois jours revêt une importance toute particulière.

D’ailleurs le ministre de l’Economie numérique et des télécommunications est conscient que "l’abus que certains font de l’utilisation des réseaux sociaux tend à s’exacerber et si on n’y prend pas garde, cela peut déstabiliser notre harmonie sociale fondée sur la paix et la fraternité".

Le ministre déplore en outre le fait que "malgré toutes les lois votées et les mesures prises, certains persistent à vouloir faire des réseaux sociaux une arme de destruction de la dignité humaine. Or, le numérique ne doit pas être utilisé comme un moyen pour attenter aux valeurs morales et sociales, mais au contraire, il doit être un outil privilégié pour bâtir une personnalité économique et sociale, à travers un usage responsable".

Ainsi, le Gouvernement sénégalais est résolument "engagé à lutter contre toutes les formes d’abus et pour cela, tous les moyens seront mis en œuvre. La mise sur pied du cadre de concertation sur l’actualisation et l’harmonisation du cadre juridique du secteur des TIC trouve tout son sens dans la mesure où elle reflète l’ambition réelle du Gouvernement, déclinée dans la stratégie nationale Sénégal numérique "SN2025" actualisée", a assuré le ministre Yankhoba Diattara.

(Source : Seneweb, 7 juin 2021)

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 15 154 400 abonnés Internet

  • 14 826 621 abonnés 2G+3G+4G (98,76%)
    • 2G : 22,99%
    • 3G : 41,61%
    • 4G : 35,40%
  • 186 225 abonnés ADSL/Fibre (1,24%)
  • 139 205 clés et box Internet (0,90% )
  • 2 349 abonnés aux 4 FAI (0,02%)
  • Internet fixe : 1,20%
  • Internet mobile : 98,80%

- Liaisons louées : 4 019

- Taux de pénétration des services Internet : 90,71%

(ARTP, 31 mars 2021)

- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 236 763 abonnés
- 195 398 résidentiels (82,53%)
- 41 365 professionnels (17,47%)
- Taux de pénétration : 1, 41%

(ARTP, 31 mars 2021)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 19 420 501 abonnés
- Taux de pénétration : 116,25%

(ARTP, 31 mars 2021)

FACEBOOK

3 900 000 utilisateurs

Taux de pénétration : 23%

- Facebook : 3,2 millions

- Instagram : 1,2 million

- LinkedIn : 680 000

- Twitter : 148 400

(Hootsuite, Février 2021)