twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Délestages : Quand la Sonatel dispute la palme à la Senelec

jeudi 9 août 2007

Bien fait pour la Sonatel, seraient tentés de dire les abonnés de son service mobile. L’amende (plus de trois milliards de Fcfa) que lui a infligée l’Agence de régulation des télécommunications et des postes (Art) et confirmée par le Conseil d’Etat ne peut, en effet, qu’être bien perçue par des clients qui en ont raz le bol d’être délestés d’un service qui ne leur est point offert.

Bien au contraire. Ils paient à coup de cartes « Diamono » ou plutôt « Orange » afin d’accéder aux prestations de la Sonatel-mobile. Accéder ? Le mot est peut-être mal placé tant il est difficile voire impossible pendant certaines périodes de communiquer à partir d’une ligne « Orange ». Par exemple- essayez, le coup en vaut la chandelle- cette phrase, « Ce numéro n’existe pas », devenue une redondance, que l’opérateur « automatique » vous balance, alors que vous êtes en face de votre interlocuteur.

Si pour la Senelec, les raisons des délestages s’expliquent par un déficit budgétaire, on ne peut pas en dire autant de la Sonatel dont les bénéfices excédent les milliards de Francs Cfa. Jugez-en : 46,48 milliards en 2002, 56,142 milliards, en 2003 (une hausse de 20,8 %) et 76,3 milliards en 2004. Durant cette année, le chiffre d’affaires était, lui, à 252,263 milliards. A quoi bon amasser des milliards sur le dos de clients encore insatisfaits du service qui leur est rendu ?

La Sonatel-mobile ne peut se glorifier d’être passé de 48 000 clients en 1989 à plus de 3 millions en 2007 sans pouvoir garantir à ses abonnés le service minimum. Son Directeur général, Cheikh Tidiane Mbaye, qui a tenté récemment de communiquer sur les performances de son entreprise (146 milliards de bénéfices pour l’année 2006) a vite fait de changer de stratégie.

Il est revenu à la charge dans la presse pour « préciser » que les Sénégalais n’avaient procuré à son entreprise que le tiers des bénéfices réalisés. Le reste provenant de prestations fournies dans d’autres pays. Soit ! C’est quand même trop pour des clients qui ne demandent qu’à avoir leur réseau. Au fait, avez-vous perçu une différence entre « Alizé » et « Orange » ?

Babacar DIONE

(Source : African Global News, 9 août 2007)

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 11 081 424 abonnés Internet

  • 10 817 325 abonnés 2G+3G+4G (97,62%)
    • 2G : 33,28%
    • 3G : 54,50%
    • 4G : 12,13%
  • 97 453 clés et box Internet (0,88%)
  • 145 964 abonnés ADSL/Fibre (1,341%)
  • 17 953 abonnés bas débit (0,16%)
  • 2729 abonnés aux 4 FAI

- Liaisons louées : 22 825

- Taux de pénétration des services Internet : 70,46%

(ARTP, 30 juin 2019)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 4710 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 25 septembre 2018)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 307 030 abonnés
- 236 665 lignes résidentielles (77,08%)
- 70 274 lignes professionnelles (22,89%)
- 91 lignes publiques (0,03%)
- Taux de pénétration : 1,952%

(ARTP, 30 juin 2019)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 17 201 494 abonnés
- Taux de pénétration : 109,38%

(ARTP, 30 juin 2019)

FACEBOOK

- 3 171 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 18,6%

(Facebook, Juin 2019)