twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Déchets électroniques : Cheikh Bakhoum, DG ADIE : « Le développement durable ne peut pas se réaliser sans la gestion de ces déchets »

mardi 30 juillet 2019

Les déchets électroniques et toxiques préoccupent les dirigeants de pays sous-développés. Conscients du danger et des risquent toxiques sur les populations, ils recommandent à une prise en charge de ces déchets. « Les déchets électroniques doivent être pris en charge. Parce que le développement durable ne peut pas se réaliser sans la gestion de ces déchets. Il y a près de 50 000 tonnes de déchets électroniques dans le monde. Donc, la moitié va finalement atterrir dans les pays sous-développés. Les pays riches vont faire des transformations pour rediriger ces produits vers nos pays pauvres », a décrypté le Directeur général de l’Agence de l’Informatique de l’Etat, Cheikh Bakhoum.

Au retour de ces produits dans les pays sous-développés, prévient-il, après une brève utilisation, ces appareils se dégradent. « Nous voyons dans nos pays, un secteur informel qui s’active dans ce domaine. Alors que, nous avons un problème avec les déchets toxiques. Il n’y a pas d’industrie au Sénégal qui peuvent détruire ces déchets toxiques », reconnaît-il.

Et, il a été enregistré en 2008 près de 12 000 tonnes de déchets électroniques au Sénégal. De 2008 à maintenant, précise-t-il, la marge de progression annuelle est de 17%. « Les déchets électroniques connaissent une hausse. Le gouvernement du Sénégal à travers le Ministère de l’économie numérique, en collaboration avec le Ministère de l’environnement et des partenaires privés, a décidé de trouver un cadre réglementaire de gestion des déchets et voir comment les valoriser ou les détruire », conclut-il.

(Source : Leral, 30 juillet 2019)

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 11 081 424 abonnés Internet

  • 10 817 325 abonnés 2G+3G+4G (97,62%)
    • 2G : 33,28%
    • 3G : 54,50%
    • 4G : 12,13%
  • 97 453 clés et box Internet (0,88%)
  • 145 964 abonnés ADSL/Fibre (1,341%)
  • 17 953 abonnés bas débit (0,16%)
  • 2729 abonnés aux 4 FAI

- Liaisons louées : 22 825

- Taux de pénétration des services Internet : 70,46%

(ARTP, 30 juin 2019)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 4710 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 25 septembre 2018)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 307 030 abonnés
- 236 665 lignes résidentielles (77,08%)
- 70 274 lignes professionnelles (22,89%)
- 91 lignes publiques (0,03%)
- Taux de pénétration : 1,952%

(ARTP, 30 juin 2019)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 17 201 494 abonnés
- Taux de pénétration : 109,38%

(ARTP, 30 juin 2019)

FACEBOOK

- 3 171 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 18,6%

(Facebook, Juin 2019)