twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Débat autour de la disponibilité du numéro de la carte d’identité CEDEAO sur le fichier électoral mis en ligne par la DGE

mardi 4 décembre 2018

Le jeudi 22 novembre dernier, des responsables de l’opposition avaient boudé la salle informatique mise à leur disposition par les autorités pour les besoins du contrôle du fichier électoral, arguant qu’il manquait certaines informations, dont le numéro de la carte d’identité Cedeao.

Toutefois, il convient de rappeler que ce numéro avait été introduit par arrêté du ministre de l’Intérieur dans la collecte de parrainage comme un « discriminant » pour obliger les collecteurs à aller à la rencontre de leurs potentiels parrains.

Doit-on mettre les numéros de la carte d’identité biométrique Cedeao sur le fichier électoral mis en ligne par la Direction générale des élections (Dge), tel que le réclame l’opposition ?

C’est question mérite toute l’attention, dès lors qu’elle avait été brandie comme prétexte par les responsables de l’opposition pour bouder, le jeudi 22 novembre dernier, la salle informatique mise à leur disposition par les autorités pour les besoins du contrôle du fichier électoral.

En effet, juste à leur sortie de ladite salle, le Secrétaire national adjoint du Parti démocratique sénégalais (Pds), Oumar Sarr avait déploré qu’on leur ait présenté « une maquette à partir de laquelle nous ne pouvions pas avoir certaines informations, notamment sur le numéro d’identification nationale et d’électeur.

On vous donne juste votre prénom et nom ». A cet effet, il reste persuadé que ce n’était pas le fichier qui leur avait été présenté.

En réponse à ces critiques, le directeur de la Daf Ibrahima Diallo a laissé entendre que ce que voulaient Oumar Sarr et cie, « ce sont les numéros d’identité Cedeao qui ne sont pas dans le fichier parce que ce sont ces numéros qui entrent en ligne de compte pour le parrainage. Si on les donne à l’opposition, elle n’aura plus besoin d’aller chercher des parrains chez les électeurs ».

Ainsi donc, il convient de rappeler pourquoi le numéro de la carte d’identité Cedeao a été intégré dans le système de parrainage.

En effet, pour la mise en œuvre du système de parrainage de tous les candidats à la prochaine élection, la question de l’authentification des signatures des parrains a fait l’objet de beaucoup de débats dans la sphère politique.

La détention du fichier électoral par l’ensemble des coalitions ou partis politiques, lors de l’élection législative de 2017, avait suscité le problème de la possibilité pour certains, animés de mauvaise foi, de procéder dans leur salon à la constitution d’une liste de parrains.

Cela, sans l’avis des électeurs présentés comme leurs soutiens. Pour pallier cette éventualité, le ministre en charge des élections avait jugé nécessaire de trouver un verrou.

Ainsi, au-delà des éléments fixes qui seront compris sur la fiche de collecte, à savoir les prénoms, nom, circonscription électorale, le numéro de la carte d’électeur, tout comme la signature, il a été retenu d’introduire un discriminant figurant sur la Carte biométrique Cedeao fixé par arrêté du ministre en charge des élections.

La trouvaille du ministre de l’Intérieur, Aly Ngouille Ndiaye, par arrêté du 27 août, était de mettre comme spécifiant le numéro de la Carte biométrique Cedeao, seul élément qui ne figure pas sur le fichier électoral que détiendraient certains partis politiques, dont certains avaient d’ailleurs même démarré leur collecte avant que les fiches officielles ne soient disponibles.

Donc, en réalité, ledit numéro exigé par l’opposition n’est pas un élément constitutif du fichier électoral, mais simplement un verrou pour obliger les collecteurs de signatures de parrains à aller à la rencontre des populations.

Ce qui ne semble pas être obligatoire de le mettre dans la plateforme créée à l’occasion, sinon on reviendrait à la situation de départ, avec la possibilité pour certains de se confectionner des listes de parrains sans bouger de leur salon.

Jean Michel Diatta

(Source : Sud Quotidien, 4 décembre 2018)

Mots clés

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 50 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 10 449 579 abonnés Internet

  • 10 183 289 abonnés 2G+3G+4G (97,47%)
  • 115 978 clés et box Internet (1,11%)
  • 130 612 abonnés ADSL (1,25%)
  • 17 961 abonnés bas débit (0,17%)
  • 1739 abonnés aux 4 FAI

- Liaisons louées : 22 006

- Taux de pénétration des services Internet : 68,49%

(ARTP, 30 septembre 2018)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 59,80%

(Internet World Stats 31 décembre 2017)

- 4710 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 25 septembre 2018)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 299 774 abonnés
- 234 433 lignes résidentielles (78,20%)
- 65 257 lignes professionnelles (21,80%)
- 84 lignes publiques (0,03%)
- Taux de pénétration : 1,96%

(ARTP, 30 septembre 2018)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 16 403 402 abonnés
- Taux de pénétration : 107,52%

(ARTP, 30 septembre 2018)

FACEBOOK

- 2 900 000 utilisateurs

(Facebook Ads, décembre 2017)