twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Cybersécurité : pourquoi les données numériques du Cameroun sont à la merci des pirates

lundi 17 octobre 2022

Le Cameroun n’a pas le contrôle de ses données numériques nationales, selon le rapport de la deuxième édition du Forum national sur la cybersécurité et la lutte contre la cybercriminalité (FNCC) tenu le 14 octobre à Yaoundé. En cause : «  l’inexistence d’une autorité de protection des données à caractère personnel  ; la gestion anarchique des données étatiques  ; la non-existence d’un Data center étatique dédié  ; l’inexistence d’un cadre spécifique lié à l’activité d’investigation numérique  ; l’absence d’une structure de veille en matière de cybersécurité  », relève le rapport de cette rencontre organisée par le ministère des Postes et des Télécommunications.

Pourtant, il s’agit là des infrastructures critiques dont la mise hors service a un impact significatif sur le fonctionnement de l’État, ajoute le document. Aussi, le pays ne dispose pas d’un tribunal spécialisé dans les affaires du numérique. Pis, il y a le cloisonnement des structures opérant dans le domaine de la cybersécurité et la non-prise en compte de la composante cyberespace dans les corps de défense.

En outre, ce rapport révèle l’absence du droit du numérique dans les programmes de formation universitaire au Cameroun  ; l’absence de collaboration entre les administrations, les entreprises et les universités pour la recherche des solutions aux nouvelles attaques  ; l’inexistence d’un ordre national des experts en cybersécurité  ; l’absence d’une politique de reconversion des hackers  ; la prolifération des abonnements non désirés effectués par les opérateurs de télécommunications.

Ces constats sont faits dans un contexte où, selon l’Agence nationale des technologies de l’information et de la communication (Antic), la cybercriminalité a causé des pertes financières de 12,2 milliards de FCFA à l’économie camerounaise en 2021. Toujours selon cette Agence, 27 052 vulnérabilités ont été mises en exergue dans les systèmes de sécurité informatique des structures publiques et privées (ministères, opérateurs de télécoms, banques, établissements publics administratifs) en 2021.

S.A.

(Source : Investir au Cameroun, 17 octobre 2022)

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 16 350 690 abonnés Internet

  • 16 349 008 abonnés 2G+3G+4G (97,25%)
    • 2G : 18,12%
    • 3G : 32,22%
    • 4G : 49,66%
  • 213 908 abonnés ADSL/Fibre (1,32%)
  • 234 052 clés et box Internet (1,43% )
  • 1682 abonnés aux 4 FAI (0,02%)
  • Internet fixe : 1,30%
  • Internet mobile : 98,670%

- Liaisons louées : 4 491

- Taux de pénétration des services Internet : 94,98%

(ARTP, 31 mars 2022)

- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 266 260 abonnés
- 225 387 résidentiels (84,65%)
- 40872 professionnels (15,35%)
- Taux de pénétration : 1,54%

(ARTP, 31 mars 2022)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 20 067 256 abonnés
- Taux de pénétration : 116,57%

(ARTP, 31 mars 2022)

FACEBOOK

3 850 000 utilisateurs

Taux de pénétration : 23%

- Facebook : 2,95 millions

- Instagram : 1,1 million

- LinkedIn : 800 000

- Twitter : 189 800

(Datareportal, Mars 2022)

PRÉSENTATION D’OSIRIS

batik