twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Cybercriminalité : le gouvernement ivoirien veut doubler les peines maximales d’emprisonnement

jeudi 16 septembre 2021

La montée des menaces dans le cyberespace atteint des proportions inquiétantes. Selon la Plateforme de lutte contre la cybercriminalité, les dommages pécuniaires ont atteint la somme de 5,5 milliards FCFA en 2018 contre 3 milliards l’année précédente. Si la Côte d’Ivoire a mis en place un dispositif répressif depuis 2013 en vue de garantir la confiance et la sécurité aux utilisateurs, ce dispositif s’avère peu dissuasif, compte tenu de la criminalité cybernétique qui persiste et devient multiforme. Notamment les infractions spécifiques aux TIC, les infractions relatives à la propriété intellectuelle et les agissements illicites sur les réseaux sociaux. Internet s’apparente en effet à une zone de non droit où des infractions à la loi pénales sont commises via des publications tendancieuses et accusations gratuites.

Face à la menace, le gouvernement a adopté le mercredi 8 septembre en conseil des ministres un projet de loi modifiant les articles 17, 33, 58, 60, 62 et 66 de la loi n° 2013-451 du 19 juin 2013 relative à la lutte contre la cybercriminalité.

Durcir la répression

« Ce projet de loi modificatif durcit la répression des actes de plus en plus nombreux de cybercriminalité à travers les nouveaux médias sociaux, en doublant le quantum des peines présentement encourues par les auteurs de ce type d’infractions », indique un communiqué du conseil, tout en précisant que les peines maximales d’emprisonnement, liées notamment aux atteintes à la dignité humaine, à l’honneur, à la propriété intellectuelle et à tous les autres agissements illicites au moyen des TIC passent du simple au double.

« Plus les peines seront lourdes, plus elles seront dissuasives », commente l’expert et consultant en cybersécurité, Franck Kié, par ailleurs président et fondateur de CyberObs. Ce qu’il faudrait faire, selon lui, « en accompagnement de cette mesure pour qu’elle soit pleinement efficace, c’est de s’assurer dans un premier temps de leur applicabilité. Car c’est un des enjeux principaux ».

La question de l’applicabilité de la loi sur la lutte contre la cybercriminalité, on s’en souvient, a déjà été évoquée par le directeur de l’informatique et des traces technologiques, le colonel Guelpétchin Ouattara, au cours d’un atelier organisé en juillet 2019 par le régulateur télécoms, afin de sensibiliser les magistrats à l’ensemble des caractères propres à la cybercriminalité.

Anselme Akéko

(Source : CIO Mag, 16 septembre 2021)

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 15 418 058 abonnés Internet

  • 15 064 336 abonnés 2G+3G+4G (97,72%)
    • 2G : 21,30%
    • 3G : 39,18%
    • 4G : 39,52%
  • 195 457 abonnés ADSL/Fibre (1,28%)
  • 156 129 clés et box Internet (1,00% )
  • 2 136 abonnés aux 4 FAI (0,02%)
  • Internet fixe : 1,28%
  • Internet mobile : 98,72%

- Liaisons louées : 4 131

- Taux de pénétration des services Internet : 92,29%

(ARTP, 30 juin 2021)

- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 252 221 abonnés
- 210 908 résidentiels (83,62%)
- 41 313 professionnels (16,38%)
- Taux de pénétration : 1,51%

(ARTP, 30 juin 2021)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 19 667 613 abonnés
- Taux de pénétration : 117,73%

(ARTP, 30 juin 2021)

FACEBOOK

3 900 000 utilisateurs

Taux de pénétration : 23%

- Facebook : 3,2 millions

- Instagram : 1,2 million

- LinkedIn : 680 000

- Twitter : 148 400

(Hootsuite, Février 2021)