twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Cybercriminalité et cyber-sécurité : Moyens de lutte contre l’infraction informatique

mercredi 19 septembre 2012

La conférence internationale sur la cybercriminalité et la cyber-sécurité se déroule depuis, hier, à Dakar. Pour faire face à cette infraction informatique, des formateurs, venant de la France, de l’Union européenne, du Japon et des USA, ont initié un atelier de trois jours, au bénéfice de fonctionnaires et législateurs sénégalais et de neuf autres pays d’Afrique.

La cybercriminalité est une infraction informatique qui touche beaucoup de pays d’Europe et d’Afrique. C’est pourquoi, des formateurs venant de la France, de l’Union européenne, du Japon et des USA ont rencontré, hier, à Dakar, des fonctionnaires et législateurs du Sénégal et de neufs autres pays d’Afrique, pour un atelier de trois jours sur la cybercriminalité et la cyber-sécurité. L’objectif de cette rencontre est de donner l’occasion aux participants de revoir la législation internationale sur la cybercriminalité, d’identifier les défis liés à la cyber-sécurité, de développer des méthodes de collecte et d’utilisation des preuves numériques et enfin, de trouver des moyens de coopérer au niveau international. L’explosion de la technologie a rendu ce thème beaucoup plus sensible, avec la pénétration des pirates dans le système. Pour venir à bout de ces pirates, les pays victimes doivent se doter d’un personnel bien formé. Aussi, faut-il prévoir une loi qui punira ces criminels, afin d’assurer la sécurité de tous, avec le renforcement du ministère de la justice et de la communication.

La question de la cybercriminalité au Sénégal n’a pas encore été prise en charge par une cellule spécifique. Sinon, ce sont des procédés classiques qui sont utilisés pour mener des investigations. Le meilleur plaidoyer est, selon Pape Touré, juge au tribunal de Dakar, la mise sur pied d’une cellule de lutte contre la cybercriminalité et une spécialisation des enquêteurs, pour une répression efficace contre ce fléau. La dimension technique étant l’étape la plus importante pour la cybercriminalité, Pape Touré de plaider le renforcement des moyens d’investigation, à la disposition des enquêteurs et des magistrats, la formation des magistrats, le renforcement des moyens de lutte mais surtout, la mise en place d’une culture de cyber-sécurité au Sénégal. Alexander Segeur, conseil de l’Europe, chef de la division sur la cybercriminalité et de la protection, pour sa part, prône une coopération globale, pour contrôler ce fléau.

Cheikh Moussa Sarr

(Source : Rewmi Quotidien, 19 septembre 2012)

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 12 045 735 abonnés Internet

  • 11 779 800 abonnés 2G+3G+4G (97,8%)
    • 2G : 25,88%
    • 3G : 53,06%
    • 4G : 21,06%
  • 108 945 clés et box Internet (0,90%)
  • 152 047 abonnés ADSL/Fibre (1,29%)
  • 1766 abonnés bas débit (0,02%)
  • 3 177 abonnés aux 4 FAI
  • Internet fixe : 1,30%
  • Internet mobile : 98,70%

- Liaisons louées : 22 060

- Taux de pénétration des services Internet : 74,31%

(ARTP, 31 décembre 2019)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 5800 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, décembre 2019)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 207 592 abonnés
- 165 915 lignes résidentielles (79,92%)
- 41 677 lignes professionnelles (20,08%)
- Taux de pénétration : 1,28%

(ARTP, 31 décembre 2019)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 17 880 594 abonnés
- Taux de pénétration : 110,31%

(ARTP, 31 décembre 2019)

FACEBOOK

- 3 171 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 18,6%

(Facebook, Juin 2019)