twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Cybercriminalité : Des hackers pompent plus de 300 millions Fcfa des comptes de Free Mobile

vendredi 11 décembre 2020

Une bande de quatre hackers a réussi à pomper 358 700 000 FCfa des comptes de l’opérateur de téléphonie mobile Free, domiciliés à Ecobank. Une affaire aux allures de scandale qui a été éventée par la Division spéciale de Cyber-sécurité (Dsc) de la police. Un entrepreneur en multimédia, ex-Directeur de publication d’un site d’informations, membre de la bande, a été arrêté et déféré au parquet hier jeudi. Le cerveau et ses deux autres complices sont activement recherchés.

C’est certainement une première au Sénégal avec cette affaire déroulée par des hackers qui ont frappé fort et très fort même après avoir réussi une intrusion dans le système informatique de l’opérateur de téléphonie mobile Free. Pour l’heure, le préjudice subi est estimé à 358,7 millions de FCfa « et ce n’est qu’un préjudice temporaire », souffle-t-on du côté de la Direction de Free mobile. Et pourtant, tout allait bien à la Direction de Free mobile. Les comptes étaient au vert avec un afflux énorme de clients au point que les responsables se frottaient les mains. C’était le calme qui précède la tempête. En effet, le vendredi 04 décembre dernier, tout s’écroule brusquement lorsque le chef comptable débarque à son bureau au petit matin et met en marche son ordinateur. Un rituel de tous les jours, sauf que cette fois, il va manquer de s’arracher les cheveux en voyant défiler sur l’écran de son ordinateur de service, des mails de notification de validation de virements bancaires sur le compte de la société ouvert à Ecobank. En plus clair, des sommes importantes étaient débitées du compte de Free Mobile Cash domicilié à Ecobank et virées vers des comptes de particuliers. Pensant qu’il s’agit d’un dysfonctionnement interne, le chef comptable manque de s’évanouir lorsqu’il découvre dans le même temps 48 autres alertes de virement du même genre. Groggy, il sonne l’alerte et comprend vite qu’il s’agit là de retraits frauduleux et qu’il faut très vite agir pour stopper la saignée.

Le compte « Mobile Cash Sa » de l’opérateur Free bloqué

Secoué et sonné par cette découverte, le chef comptable, en accord avec le trésorier et contrôleur de Free, alerte Ecobank qui, à son tour, bloque le compte de « Mobile Cash Sa ». Une manière pour la banque de couper l’herbe sous le pied des hackers par une suspension de toute possibilité de retraits de fonds. Le mal était déjà fait : Plusieurs virements irréguliers sur le compte de la société de téléphonie mobile Free, au profit de quatorze bénéficiaires, étaient déjà exécutés par la banque. N’empêche, en sus de cette mesure pour suspendre toute possibilité de retraits sur le compte de Free Mobile Cash, des investigations sont déclenchées pour identifier les bénéficiaires de ces sorties frauduleuses d’argent et mettre leur compte sous surveillance et guetter tout mouvement suspect. Il faut dire que ces sorties frauduleuses d’argent à partir du compte de « Free Mobile Cash » ont servi à créditer des cartes prépayées confectionnées par Ecobank, des comptes d’Entreprises (certainement fictives) et des comptes de particuliers domiciliés à Ecobank.

Un entrepreneur en multimédia, ancien Directeur de publication, arrêté

Pendant que tous les comptes ayant bénéficié de ces importants mouvements de fonds étaient étroitement surveillés, P.D. Kébé, entrepreneur en multimédia, domicilié à Yeumbeul, membre de la bande et dont le compte ouvert à Ecobank avait reçu 97 millions de FCfa (des 358 millions), enfourche son scooter, quitte la banlieue et se rend au rond-point « Case Bi » des Parcelles Assainies où l’attendait son complice hacker du nom de M. Rassoul. Il était 15 heures, le vendredi 04 décembre 2020. Ensemble, ils font cap vers l’agence d’Ecobank située à Ouakam où ils avaient prévu de récupérer 6 millions de FCfa des fonds soustraits à Free et crédités frauduleusement dans le compte de P.D. Kébé. Cela, après un premier retrait de 12 millions de FCfa effectué dans la matinée du même jour, vendredi 04 décembre dernier. Ils ignoraient qu’un comité d’accueil spécial était sur place pour surveiller les mouvements sur le compte de P.D. Kébé. A leur arrivée, son complice, certainement plus rusé, décide de faire le guet dehors. Lorsque P.D. Kébé s’avance vers le guichet, son téléphone retentit avec l’arrivée d’un message du cerveau, un Sénégalais du nom de A. Diop alias « Abou Fresh », qui vit au Portugal. Le cerveau qui est au cœur du piratage du système informatique de « Free Mobile Cash », contrôlait ainsi de loin le déroulement de l’opération de retrait des fonds soustraits frauduleusement et qui ont servi à alimenter plusieurs comptes. Arrivé enfin au guichet, P.D. Kébé, identifié grâce au chèque présenté pour récupérer les six millions, est invité à patienter. Une attente de courte durée, car il a été vite arrêté et pris en charge par des éléments du Groupe de recherches et d’interpellations (Gri) dépêchés sur les lieux par la Division spéciale de cyber-sécurité (Dsc) de la Police. Son complice M. Rassoul qui a flairé l’arrestation de P.D. Kébé, retenu à l’intérieur de la banque, finit par prendre la tangente.

Conduit dans les locaux de la Dsc, P.D. Kébé a reconnu les faits avant d’expliquer dans les détails comment il a été approché par le cerveau « Abou Fresh » pour participer à l’opération de piratage du système informatique de Free afin de transférer de manière frauduleuse des fonds vers des comptes qui seront ensuite vidés au nez et à la barbe de Free et d’Ecobank. P.D. Kébé, âgé de 30 ans, a été déféré au parquet pour association de malfaiteurs, retrait et tentative de retrait frauduleux d’espèces, faux et usage de faux en écriture privée de banque, piratage informatique, accès frauduleux dans le système informatique, vol d’informations et complicité.

Alassane Hanne

(Source : L’Observateur, 11 décembre 2020)

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 14 825 111 abonnés Internet

  • 14 016 086 abonnés 2G+3G+4G (97,90%)
    • 2G : 23,96%
    • 3G : 43,14%
    • 4G : 32,90%
  • 177 363 abonnés ADSL/Fibre (1,21%)
  • 134 098 clés et box Internet (0,90% )
  • 2 258 abonnés aux 4 FAI (0,02%)
  • Internet fixe : 1,20%
  • Internet mobile : 98,80%

- Liaisons louées : 22 706

- Taux de pénétration des services Internet : 88,74%

(ARTP, 31 décembre 2020)

- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 228 774 abonnés
- 186.695 résidentiels (81,61%)
- 42 079 professionnels (18,39%)
- Taux de pénétration : 1,36%

(ARTP, 31 décembre 2020)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 19 078 948 abonnés
- Taux de pénétration : 114,21%

(ARTP, 31 décembre 2020)

FACEBOOK

- 3 408 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 20,4%

(Facebook, Décembre 2019)