twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Cryptomonnaies : le FMI défend l’idée d’une régulation internationale des monnaies digitales de banque centrale

jeudi 21 avril 2022

Le FMI estime que la multitude de projets de monnaies digitales de banque centrale est un risque. Selon ses experts, une régulation internationale est nécessaire. Cette proposition risque de ne pas trouver une grande adhésion.

Des experts du Fonds monétaire international (FMI) ont récemment défendu l’idée de créer une instance internationale de régulation des monnaies digitales de banque centrale (CBDC), apprend-on de la transcription d’un échange avec des journalistes. « Nous devons créer un système de paiement mondial qui fonctionne entre les pays et où les CBDC, les monnaies numériques de banque centrale sont interopérables entre les pays », a fait savoir Tobias Adrian, conseiller et directeur du département monnaies et marchés des capitaux au sein de l’institution.

De l’avis de cet expert, les monnaies digitales de banque centrale peuvent fonctionner ensemble, et il faudrait une coopération mondiale qui permettra de mettre en place ces systèmes de paiement. Son avis était donné alors qu’on discutait sur les nouveaux risques à prendre en compte dans la régulation du secteur monétaire.

Cette contribution intervient en droite ligne avec les préoccupations du FMI en matière de stabilité financière internationale, mais elle survient aussi alors que certains pays africains ont déjà émis leurs monnaies digitales (e-naira au Nigeria) et que d’autres ont lancé une réflexion pour en apprendre plus sur les implications d’une telle monnaie (Kenya). D’autres projets de monnaie digitale n’ont pas prospéré, comme c’est le cas en Tunisie et au Sénégal, avec la Banque régionale des marchés.

La différence entre les CBDC et les cryptomonnaies au sens strict, c’est que les premières sont garanties par un régulateur officiel, alors que les secondes sont gérées par un système virtuel de Blockchain. Mais pour de nombreux pays africains, l’adoption de monnaies digitales aurait au moins l’avantage de permettre une création et une circulation plus facile de la monnaie, accroissant l’inclusion financière, et réduisant l’exclusion monétaire.

Certains analystes de l’économie africaine, comme le statisticien camerounais Dieudonné Essomba, ont souvent pensé que l’émission de monnaies parallèles intransférables et inconvertibles serait une opportunité concrète de trouver des moyens alternatifs pour le financement des économies dont les monnaies ont une parité fixe comme le franc CFA. Cette réflexion suggère que les CBDC seraient dans ce contexte un point de départ de la binarisation des moyens de paiement dans la région, et d’une relance du financement des économies.

D’un autre côté, il n’est pas certain que des pays à faible revenu adhèrent à un système de régulation mondiale des monnaies digitales. Les mécanismes actuels sous le leadership du FMI n’ont pas toujours été à leur avantage, d’autant que leurs droits de vote au sein de l’institution sont faibles. Le mouvement des monnaies digitales est justement né d’une volonté de s’affranchir de l’exclusion monétaire qu’impose le système financier actuel à des centaines de millions de personnes.

I.Linge

(Source : Agence Ecofin, 21 avril 2022)

Mots clés

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 15 418 058 abonnés Internet

  • 15 064 336 abonnés 2G+3G+4G (97,72%)
    • 2G : 21,30%
    • 3G : 39,18%
    • 4G : 39,52%
  • 195 457 abonnés ADSL/Fibre (1,28%)
  • 156 129 clés et box Internet (1,00% )
  • 2 136 abonnés aux 4 FAI (0,02%)
  • Internet fixe : 1,28%
  • Internet mobile : 98,72%

- Liaisons louées : 4 131

- Taux de pénétration des services Internet : 92,29%

(ARTP, 30 juin 2021)

- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 256 010 abonnés
- 215 687 résidentiels (84%)
- 40323 professionnels (16%)
- Taux de pénétration : 1,52%

(ARTP, 30 septembre 2021)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 19 742 292 abonnés
- Taux de pénétration : 118,18%

(ARTP, 30 septembre 2021)

FACEBOOK

3 850 000 utilisateurs

Taux de pénétration : 23%

- Facebook : 2,95 millions

- Instagram : 1,1 million

- LinkedIn : 800 000

- Twitter : 189 800

(Datareportal, Mars 2022)